La nouvelle Passe-Carreau, Gabrielle Fontaine, est la fille de Martin Fontaine qui tient le rôle d’Elvis Presley depuis plus de vingt ans.

Passe-Carreau, l’idole d’Elvis

CHRONIQUE / Gabrielle Fontaine a tout juste le temps de retirer son manteau que la gérante du restaurant se présente à notre table, ravie de lui faire savoir qu’elle est la nouvelle idole de sa fille.

«Je l’ai rarement vue en aussi grande interaction avec un personnage télé. Elle répond à toutes vos questions et chante avec vous toutes vos chansons!»

Pamela a 42 ans. Sa petite, 4 ans. L’une est de la première génération Passe-Partout, l’autre, de la deuxième mouture.

Martin Fontaine me jure en riant que la scène n’est pas arrangée avec le gars des vues tout en repoussant délicatement une mèche de cheveux devant les yeux de sa rouquine.

Tout sourire, Gabrielle continue d’écouter la femme lui raconter à quel point Passe-Carreau et sa bande occupent déjà une place importante dans le cœur de son enfant.

Aux premières loges de cet échange fort sympathique avec une mère reconnaissante, l’homme se tourne vers moi, la fierté à son comble.

«L’autre jour, j’ai dit à Gab: tu es en mission pour les tout-petits. Tu as la responsabilité de les divertir, de les guider et de les éduquer en même temps. Tu ne joues pas seulement un rôle, tu laisses une trace.»

Rien de moins.

Depuis que la jeune comédienne de 25 ans a les deux pieds plongés dans l’univers de Passe-Partout, elle mesure toute l’ampleur de cette émission jeunesse dans le paysage télévisuel et, par la force des choses, dans sa propre vie.

«C’est quelque chose! Je le vois quand les gens m’en parlent. Ils ont les yeux pétillants, qui brillent comme des étoiles.»

Martin Fontaine a posé avant tout le monde un regard émerveillé sur l’attachante Passe-Carreau, version 2019.

Gabrielle Fontaine est la fille de celui qui s’est notamment fait connaître pour son interprétation d’Elvis Presley sur différentes scènes dont celle du Capitole, à Québec.

Plus récemment, le Lavallois de 54 ans s’est installé au Memphis cabaret, à Trois-Rivières, où il apprend à conjuguer son talent d’artiste à ses qualités d’entrepreneur. Martin Fontaine chante et fait monter d’autres artistes sur scène.

«Je vends des billets, des soupers, des émotions.»

Ce nouveau défi l’emballe, d’autant plus que l’aînée de ses deux filles pourrait prendre la relève le moment venu.

«Je me suis créé une job pour lui léguer un jour.»

Gabrielle ne dit pas non, bien au contraire.

«Ça m’intéresse! Mon père se donne corps et âme pour le Memphis. C’est son bébé!»

La jeune femme évolue depuis suffisamment longtemps dans le milieu pour savoir qu’il est fait en montagnes russes. Elle a compris que tant qu’à monter à bord de l’autobus du show-business, aussi bien savoir tenir le volant.

Gabrielle Fontaine est née avec la fibre artistique.

Quand l’aventure Elvis Story a débuté, en 1995, elle avait un an et demi et sa petite sœur, Camille-Rose, à peine 4 mois.

Gabrielle a grandi dans les coulisses de cette méga production en imitant sa mère, Marie-Claude Lapointe, choriste aux côtés de son père.

La fillette – qui aimait regarder les vieilles cassettes VHS de Passe-Partout - a vécu la vie de tournée en France, aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

«Quand on partait plusieurs mois, ma mère nous faisait l’école, à ma sœur et moi.»

Gabrielle Fontaine avait 15 ans lorsque sa famille a quitté Québec pour revenir à Laval. C’est également à cet âge que l’adolescente a décidé d’amorcer sa carrière professionnelle. Depuis, elle a joué à la télé (Subito texto, Med, Tactik, L’heure bleue…), dans des comédies musicales (Grease, Fame…) et au théâtre.

Heureux de pouvoir faire cette entrevue en compagnie de celle qui a un agenda particulièrement rempli – Gabrielle est également de la nouvelle émission 14 mille millions de choses à savoir - Martin Fontaine ne s’est pas fait prier pour parler de sa relation avec sa fille qui se lance la première.

«Je suis une show girl. Il est un show man. On aime ce métier-là avec passion. On est intense tous les deux. Côté personnalité, je suis clairement mon père.»

«À la puissance 1000!», précise celui qui aime raconter: «Depuis que Gab est toute petite, je dis que je veux être comme ma fille quand je serai grand. Elle est mon idole!»

La jeune femme sourit d’attendrissement en regardant son paternel pâmé d’admiration.

«Il est quétaine!», me glisse-t-elle pendant que l’homme poursuit sur son élan: «Gabrielle est curieuse et a une énergie sans fin. Elle est capable d’abattre beaucoup de boulot, d’être partout en même temps, d’apprendre des textes comme ça», ajoute-t-il en claquant des doigts.

«Gabrielle fait quatre fois ma vie!»

Martin Fontaine s’en réjouit même s’il profite de ce rare moment qu’ils ont ensemble ces jours-ci pour lui donner ce conseil: «Fais attention pour ne pas que ton élastique casse.» Parfois, lui rappelle-t-il encore avec expérience, il faut savoir dire non.

«Oui, mais j’aime tout ce que je fais! Je veux tout faire», le rassure-t-elle en pigeant une frite dans l’assiette de son père.

Lui, c’est le «gros papa lion», illustre le chanteur et metteur en scène. Une fois qu’il a tout donné en spectacle, il aime retrouver la quiétude de son chez-soi, recharger ses batteries loin des projecteurs.

«Je suis un gars lent. Je ne suis pas un multitâches. Je me concentre sur une chose à la fois.»

Depuis qu’il a pris les commandes du Memphis, Martin Fontaine se découvre cependant une Gabrielle infatigable et insatiable en lui.

«Tu n’as pas le choix de foncer!», le félicite sa fille qui rigole, en me faisant remarquer: «Je trouvais que j’avais de la jasette en entrevue. Je vois de qui ça vient!»

Martin et Gabrielle Fontaine parlent sans arrêt durant la rencontre où les blancs sont inexistants. Leur complicité est franchement belle à voir et à entendre.

Elle a longtemps été présentée comme «la fille de Martin Fontaine». Aujourd’hui, ce dernier se fait un honneur de se présenter lui-même comme «le père de Gabrielle Fontaine».

Martin Fontaine n’a pas été le seul à se glisser dans la peau d’Elvis comme sa fille n’est pas la première à camper le personnage de Passe-Carreau.

On a déjà dit à Martin Fontaine: «Tout a déjà été fait, mais pas par toi».

Chaque artiste est unique, se distingue par son nom et son talent.

À son tour de partager cette réflexion à sa fille dont la Passe-Carreau fait le bonheur de milliers de poussinots et d’un Elvis dans l’âme.

«Peu importe le rôle que tu vas jouer dans ta carrière, il y a juste Gabrielle Fontaine qui peut l’interpréter comme Gabrielle Fontaine.»