Curieux fouineurs

CHRONIQUE / Dans la tête de plusieurs, le journaliste est une personne qui a toujours le nez fourré partout. C’est un être qui cherche à tout savoir sur tout. Un curieux de nature. Une fouine. Dans mon cas, pour la fouine, on repassera.

Curieusement, je ne semble pas intéressée par les mêmes choses que mes compatriotes.

C’est du moins ce que j’ai réalisé en lisant récemment un article publié dans L’actualité de décembre. Autres choses que j’ai réalisées: le fait que je vieillis et que je suis une mauvaise mère. Une mauvaise mère débrouillarde qui sait cuisiner, toutefois ! À moins que ce ne soit simplement la preuve que je ne suis pas toujours branchée sur Google... Quand même.

Parmi les recherches les plus fréquentes faites au Québec sur Google en 2018, j’en n’ai réalisé qu’une seule et elle arrive en huitième position sur dix dans le domaine... des recettes ! Un jour, j’ai cherché à faire des brownies sans me référer à la boîte Betty Crocker Delights Supreme Triple Chunk.

J’ai donc cherché sur Google.

Pour le reste, que ce soit au plan de la musique, du cinéma, de la télé, des sports, du divertissement, de l’actualité, voire de « comment faire » certaines choses, mes intérêts semblent aux antipodes du reste du monde.

À première vue, c’est comme si j’en n’avais aucun. Disons plutôt qu’ils sont différents.

Reste qu’il est intéressant de découvrir ce qui a massivement suscité l’intérêt des gens au cours de la dernière année. Des jeunes, devrais-je dire. Car à la lumière des requêtes et questions soumises au moteur de recherche, la moyenne d’âge des gens installés devant leur écran ne devait pas être très élevée.

Les deux sujets les plus googlés l’an dernier dans la province ?

La Coupe du Monde de la FIFA et le cannabis.

Si je suis absente de ces statistiques, c’est clairement parce que moi, je m’intéresse davantage aux nouvelles coupes courtes (de cheveux) et à la culture des fines herbes.

Après suivent les noms de nombreuses personnalités mortes en 2018: Stan Lee, Mac Miller, Kate Spade, Anthony Bourdain, Stephen Hawking, Avicii.

Avicii, Tim Bergling de son vrai nom, était un DJ, mixeur et producteur suédois. C’est à lui que l’on doit la chanson Wake Me Up. Ce succès, je le connaissais, mais son auteur, non.

Il est mort par suicide à l’âge de 29 ans. Normal que la nouvelle ait attiré les curieux. Surtout ceux et celles qui aimaient ce qu’il faisait. Moi, en octobre dernier, j’ai tenu à savoir ce qui avait emporté Charles Aznavour. À chacun ses vedettes... et sa façon de s’informer.

D’ailleurs, dans le domaine de la musique, comme la plupart des recherches de 2018 ont porté sur des rappeurs qui font peur, sur la chanteuse pop Demi Lovato qui s’est relevée d’une overdose et sur le phénomène Hubert Lenoir, encore une fois, ça ne m’a pas interpellée. Même phénomène au rayon des émissions de télé où Occupation Double a généré beaucoup de trafic sur Google.

Visiblement, je ne suis pas de mon temps.

Imaginez. La question la plus couramment adressée à Google l’an dernier a été « comment faire de la slime ? »

De la slime, c’est une espèce de pâte gluante, visqueuse et colorée que les enfants adorent pétrir. C’est fait, paraît-il, avec de la colle liquide, du colorant alimentaire, du borax, du savon à linge, du shampoing, voire du liquide à verres de contact. Un beau porte-poussière mou. J’ai connu cette mode passagère grâce à ma fille de neuf ans qui, pauvre elle, a une mère qui a toujours refusé qu’elle en produise à la maison. On n’a donc jamais enquêté pour trouver la r’cette. D’où mon côté « mère ingrate ».

Mais je me console en me disant que moi, contrairement à bien du monde en 2018, je n’ai pas eu à chercher comment faire des carrés aux Rice Krispies, comment débloquer une toilette ou comment chasser les mouches à fruits. J’excelle dans tous ces domaines.

Et à l’opposé de plusieurs Googleliens, je n’ai pas non plus tenté de savoir comment tricher au Scrabble.

Ingrate, ça passe, mais tricheuse, no way !