Philippe Couillard, à droite, a été désavantagé par le fait que la santé a été le premier sujet discuté dans ce débat. On l’a donc vu plus souvent sur la défensive que sur l’offensive, notamment devant François Legault, à gauche.

Couillard et non Legault sur la sellette

CHRONIQUE / Contrairement à une vieille habitude, je n’ai pas cherché à déterminer les gagnants et les perdants au débat des chefs, parce que c’est à la perception des téléspectateurs que ce verdict devrait être laissé. J’ai préféré évaluer la performance des participants sur la base de leurs défis respectifs, en commençant par François Legault parce qu’il mène dans les sondages.

Le principal enjeu du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) n’était pas de gagner ce débat, mais d’en sortir indemne et conserver son avance. Pour ce faire, M. Legault devait éviter de se retrouver trop souvent sur la défensive. Il devait demeurer souriant, et projeter la confiance de quelqu’un qui sait où il s’en va. Bref, offrir l’image de crédibilité d’un premier ministre compétent, respectueux et responsable.

Le défi de Philippe Couillard était de démontrer que François Legault n’est pas fiable, qu’il est «brouillon», et qu’il fait courir des risques à l’économie du Québec. Son autre grand défi, peut-être le plus difficile, était de montrer de la passion pour ce qu’il entend réaliser s’il obtient un autre mandat.

De son coté, Jean-François Lisée devait démontrer que le Parti québécois (PQ) est encore dans la course et offre un programme crédible, même à 20% dans les sondages. Pour ce faire, il devait ébranler autant la droite que la gauche, chez François Legault et Manon Massé, dont les partis ont grignoté la base souverainiste.

Chez Québec solidaire (QS), le défi de Manon Massé était d’être aussi efficace que l’a été Françoise David dans ce forum. Elle devait aussi démontrer que ses engagements ne sont pas farfelus et que QS est un vrai joueur, même s’il n’a aucune chance de former le gouvernement.

Voyons donc leur performance à l’issue de ce débat.

  • François Legault : contrairement à ce que la majorité des observateurs prédisaient, le chef de la CAQ n’a pas été la cible principale et il ne s’est pas retrouvé souvent sur la défensive. Il n’a donc pas occupé le siège d’un premier ministre potentiel, mais celui du chef de la deuxième opposition. Il s’est démarqué davantage par sa combativité que par la présentation de son projet de gouvernement. Plusieurs de ses coups ont porté. Le chef de la CAQ a toutefois été d’une discrétion éloquente pendant le débat sur l’environnement. Ses adversaires ont manqué là une belle occasion d’en tirer profit.
  • Philippe Couillard : au pouvoir depuis quatre ans, Philippe Couillard a été désavantagé par le fait que la santé a été le premier sujet discuté dans ce débat. On l’a donc vu plus souvent sur la défensive que sur l’offensive, d’autant plus qu’il essuyait les attaques de ses trois adversaires. Les questions posées sur la santé, et tout particulièrement celle de la première intervenante qui a dit avoir peur de se retrouver en CHSLD, ont fait mal au gouvernement et donné des munitions aux autres partis.
  • Jean-François Lisée : c’était prévisible, Jean-François Lisée a occupé beaucoup de place dans ce débat avec des réparties habiles et des interventions bien préparées. Alors que tout le monde donnait l’Ontario en exemple dans la santé, Lisée a marqué des points en promettant que ce n’est pas Doug Ford qui lui servirait d’exemple pour gérer la santé. Le chef du PQ a utilisé une bonne vieille méthode pour critiquer le gouvernement, soit de dénoncer des cas précis de misère dans la santé, pour donner l’impression que tout va mal dans le système.
  • Manon Massé : il y a un an, on n’aurait pas imaginé Manon Massé faire sa place aussi habilement dans ce forum épuisant de débats musclés. La co-chef de Québec solidaire s’est démarquée par la qualité de ses arguments et sa connaissance des dossiers. Le ton était bon, et elle a survécu facilement aux quelques critiques de ses adversaires sur le réalisme de ses engagements électoraux.