Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Guillaume Vermette est un clown thérapeutique et humanitaire de Trois-Rivières
Guillaume Vermette est un clown thérapeutique et humanitaire de Trois-Rivières

Clown thérapeutique : Intervenir autrement

Georgia Vrakas, Ph. D., psychologue et ps.éd.
Professeure agrégée, Département de psychoéducation UQTR, campus de Québec
Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Pour ceux et celles qui ne le connaissent pas déjà, Guillaume Vermette est un clown thérapeutique et humanitaire de Trois-Rivières. Il est directeur de la Caravane Philanthrope qui existe officiellement depuis deux ans. La Caravane a trois volets : le clown humanitaire qui agit en réponse à une crise humanitaire, le clown thérapeutique qui intervient surtout dans les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et le cirque social où l’enseignement du cirque est utilisé comme levier d’intervention auprès des populations marginalisées (ex. : jeunes de la rue).

J’ai rencontré Guillaume Vermette pour mieux comprendre ce qu’il fait et en quoi cela contribue à améliorer la santé mentale des gens. Étant thérapeute moi-même, je m’intéressais surtout au volet thérapeutique.

Première chose à savoir est qu’il ne s’agit pas de clowns qu’on voit au cirque ou à des fêtes d’enfants. Selon M. Vermette, le clown n’est ni drôle, ne porte pas de costume et n’est pas (exclusivement) pour les enfants. C’est plutôt un métier exercé par un comédien qui pratique une forme de théâtre physique où la communication est faite par l’entremise de mouvements et d’émotions.

Le clown thérapeutique intervient pour briser l’isolement des patients en milieu hospitalier ou en CHSLD et répondre à une détresse émotionnelle, d’après M. Vermette. Le clown est un outil, un levier d’intervention pour créer un contact, une chaleur humaine, rentrer dans l’univers de la personne.

«On est dans le mouvement, dans la joie de vivre, dans le simple but de devenir leur ami.e.», mentionne Guillaume Vermette.

Le clown thérapeutique accepte la personne comme elle est au moment présent. Le but est d’être dans l’émotion avec la personne pour créer un lien significatif.

Étant intriguée (et peut-être intéressée?), je me suis demandée ce qu’il faut pour être un.e clown thérapeutique. Selon M. Vermette, il faut être «attachant.e, humain.e et parfaitement imparfait.e». Ce dernier critère m’a fait sourire. Qu’est-ce que cela signifie être parfaitement imparfait? Ne sommes-nous pas tous et toutes? En fait, cela veut dire que comme clown thérapeutique, on ne peut pas adopter une attitude d’expert.e ni garder une distance professionnelle avec nos client.e.s. Selon M. Vermette, pour que son travail soit un succès, il faut adopter l’opposé d’une posture d’expert : «le boss de l’intervention est la personne». Il faut également lâcher prise sur sa propre crédibilité tout en étant confortable là-dedans. 

Moins on a de la crédibilité, plus les défenses des personnes qu’on veut aider vont tomber.  C’est ainsi qu’on peut entrer dans l’univers des gens et créer des liens significatifs. Intéressant tout de même! Moins on est crédibles, plus les gens vont s’ouvrir à nous. Cela peut sembler étrange pour des professionnels de la santé mentale comme moi pour qui la crédibilité est importante dans mon travail, mais pour un clown thérapeutique, c’est un ingrédient clé.

Le volet clown thérapeutique de la Caravane est axé sur les personnes vivant en CHSLD. Selon M. Vermette, cette population est des plus marginalisées dans notre société où règne l’âgisme systémique. La crise des CHSLD durant la COVID-19 nous a bien démontré à quel point ce groupe d’âge est mis de côté dans certains cas. Cependant, la Caravane ne les a pas oubliés! Leur travail a continué à l’extérieur, à travers les fenêtres, plutôt que dans les chambres des personnes âgées. Puisque les clowns viennent régulièrement visiter les patients — une fois par semaine — ils et elles réussissent à s’ancrer dans leur quotidien et ainsi créer des relations significatives. Ceci est différent de visites ponctuelles qui ne permettent pas vraiment la création de liens profonds.

J’étais vraiment curieuse de connaître les bienfaits observés sur les personnes âgées vues par des clowns thérapeutiques de la Caravane. La joie, le sourire des gens, des crises désamorcées chez des personnes en détresse, bris de l’isolement, la création de liens significatifs en sont quelques-uns. C’est impressionnant!

En discutant avec Guillaume Vermette, j’ai vraiment senti qu’il aime ce qu’il fait. Ce métier semble lui apporter beaucoup de bonheur. Je sens aussi qu’il réussit à transmettre sa joie et sa passion pour son travail à toutes les personnes auprès de qui il intervient. Il y a un élément qui m’a particulièrement émue lors de notre entrevue : le clown thérapeutique par sa présence contribue à valider l’existence de la personne. C’est fort. C’est très touchant. Pour moi, cela démontre que les clowns thérapeutiques ont un rôle très important à jouer dans l’intervention auprès des personnes les plus vulnérables, les plus marginalisées de notre société. Ceux et celles qu’on met de côté, mais qui ne seront jamais oubliés par les gens comme Guillaume Vermette.

Merci Guillaume.

Sites Web : caravanephilanthrope.com / www.guillaumevermette.com/

Pages Facebook : www.facebook.com/ClownHumanitaire /  www.facebook.com/caravanephilanthrope/

Liste des ressources en santé mentale.