Le monde selon Goudreault

Abandonner l’exemple

« Fais ce que je dis, pas ce que je fais. » — Contribuable anonyme

CHRONIQUE / Quand je demande à mes enfants de se calmer tout en m’énervant; quand j’exige de ma fille qu’elle range sa chambre alors que la mienne ressemble à une autoroute québécoise (un beau bordel en éternel chantier); quand je donne des conseils à tout le monde, mais néglige de les appliquer moi-même; quand je prône des valeurs humanistes, mais condamne sévèrement l’imbécile qui laisse tourner son moteur, la cigarette au bec devant la garderie, je donne un piètre exemple.

Je suis loin d’être parfait. Comme vous, comme tout le monde, j’essaie de reconnaître mes torts et de faire mieux. Ça ne semble pas toujours être le cas de nos élus, ces leaders éclairés, ces modèles d’engagement politique. Ni celui d’une fraction de nos gens d’affaires aux pratiques parfois douteuses, aussi légales qu’immorales. Notre jeunesse assoiffée de modèles inspirants doit commencer à se déshydrater.

À l’échelle internationale, le Canada serait, paraît-il, un modèle à suivre en matière de défense des droits humains. Pourtant, on donne un drôle d’exemple quand le gouvernement fédéral laisse tomber les droits de l’homme pour mieux négocier la vente de véhicules militaires à l’Arabie Saoudite ou la conclusion d’ententes commerciales avec la Chine. Je sais, l’économie d’abord, l’économie à tout prix, mais ne devrait-on pas rougir un peu, comme nos feuilles d’érable à l’automne, quand toutes les organisations humanitaires dénoncent les conditions de travail qui perdurent dans les mines canadiennes, en Afrique comme en Amérique du Sud? Et rougir encore quand l’ONU dénonce les conditions de vie dignes du tiers-monde dans lesquelles on maintient les communautés autochtones? Le plus meilleur pays du monde devrait parfois se regarder dans le miroir plutôt que de s’admirer le nombril.

Et que penser des nouvelles révélations des Paradise Papers? Après Bill Morneau qui a dû s’extirper d’un troublant conflit d’intérêts et confier à une fiducie sans droit de regard les actions de son entreprise, c’est au tour du responsable du financement du Parti libéral du Canada, Stephen Bronfman, et de l’ex-sénateur libéral Leo Kolber de se retrouver dans l’eau chaude avec une fiducie de plus de 60 millions de dollars américains aux îles Caïmans. Autant d’argent détourné du fisc, autant d’argent qui ne pourra servir la collectivité.

Les nouvelles révélations sur les paradis fiscaux n’ont pas fini de nous troubler. On y retrouve des milliers de Canadiens qui ont magouillé aux limites de la légalité pour planquer leur argent à l’abri de l’impôt. De grandes compagnies s’y retrouvent aussi, du Canadien de Montréal à Hydro-Québec en passant par Couche-Tard. Nos fleurons subventionnés et célébrés auraient-ils les racines pourries? Que nenni! Ils répondront probablement qu’ils font de l’évitement fiscal et non de la fuite…

« J’ai le droit, c’est légal, j’ai le droit! ». Comme le sympathique et viral Gatinois en train d’enterrer des déchets suspects pour niveler son terrain en répétant agir dans le cadre de la loi, ces politiciens et gens d’affaires joueront la carte de la légalité en guise de justification. Pour la moralité, on repassera! Séviront toujours les lobbys et les « spécialistes de la fiscalité » prêts à défendre l’indéfendable. Et remporter la mise. C’est l’état de droit et on a souvent droit à l’injustice.

On peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. On peut aussi se lever et aller le remplir. Si l’actualité nous offre des modèles désolants, essayons de trouver des sources d’inspirations au-delà des individus et des compagnies aux comportements condamnables. Laissons-nous inspirer par le sens du devoir et de la justice des sonneurs d’alarmes et divulgateurs d’informations sensibles, ces héros de la justice sociale aux talons des paradis fiscaux, des élus véreux et des États voyous. Saluons la montée des politiciens qui abandonnent le financement illégal, le copinage et les pots-de-vin. Apprécions le travail des entreprises honnêtes et des gens d’affaires qui ne cachent pas leurs magots et acceptent de participer au développement de nos communautés. Et si vous trouvez qu’on manque encore de modèles, rien ne vous empêche d’en devenir un.

David Goudreault

En dedans des gars en dedans

CHRONIQUE / Je me retrouve souvent en prison ces temps-ci. Jusqu’à maintenant, on me laisse ressortir le jour même chaque fois. J’ai visité la prison toute neuve de Roberval où les gars se gavaient de bonbons en jasant de poésie. Et la prison de Trois-Rivières, où j’ai recroisé de vieux chums d’adolescence prêts à reprendre leurs vies en main. Et la prison de Sherbrooke où certains détenus ont écrit des poèmes dignes d’Émile Nelligan ou de Denis Vanier. Et j’ai rencontré les gars de Bordeaux cette semaine.

À mon arrivée, une demi-douzaine d’ex-détenus fraîchement libérés franchissaient la sortie, sacs en papier à la main, cigarettes au bec, arborant des sourires prêts à fendre le ciel. Lumineux, ils ne ressentaient ni la pluie ni le poids du ciel gris, ils respiraient la liberté à pleins poumons. Entre deux poffes de clope.

Ils sortent et j’entre. À la fin de la journée, je ressortirai et d’autres entreront, pour quelques jours, mois ou années. La prison de Bordeaux accueille des détenus depuis 1912. Pas moins de 82 condamnés à mort y ont été pendus. Des dizaines de milliers de détenus ont franchi ses grilles. Plus de 1300 hommes incarcérés grouillent dans ses tripes en ce moment même. Beaucoup de détresse, de problèmes de santé mentale ou de consommation. Des agressions. Des suicides.

Et de la résilience, sous diverses formes. De la résilience individuelle pour les gars qui font leur temps, préparent leur sortie et ne remettront plus jamais les pieds en détention. Et de la résilience collective pour les gars qui se tiennent et se soutiennent dans leurs démarches de libération, dans les programmes de réinsertion sociale, dans leurs études. Des gars qui se retrouvent souvent parmi les Souverains Anonymes.  

Depuis 27 ans déjà, les Souverains Anonymes incarnent ce drôle d’ovni qui voyage dans la prison de Bordeaux. Initiés par Mohamed Lotfi, journaliste d’exception qui se rend là où les autres ne se rendent pas, les souverains importent la culture à l’intérieur des murs. Ils analysent des œuvres artistiques, discutent des thèmes, du style, de ce qui les interpelle. Ils s’inspirent de leurs découvertes pour créer à leur tour. Régulièrement, ils reçoivent des créateurs pour partager leurs perceptions, poser des questions, mener des entrevues de fond. Des centaines d’artistes sont venus à la rencontre des Souverains, de Dany Laferrière à Pierre Falardeau en passant par Manu Militari et Céline Dion. Ces détenus ont aussi organisé de grands spectacles à l’intérieur de Bordeaux, allant jusqu’à produire un album intitulé Libre à vous, avec Richard Séguin comme interprète de la chanson titre. Pourquoi pas? La réhabilitation, la réinsertion sociale, c’est aussi ça : sortir de sa cellule pour apprendre à s’exprimer, s’affirmer sans violence, découvrir d’autres façons de faire et de penser.

Les artistes et les détenus passent, mais Mohamed reste. Presque trois décennies au compteur de ce projet fou, mais la passion l’habite toujours. Il a dû déménager la régie technique, tenir les rencontres dans divers bâtiments, adapter le format et collaborer avec dix directeurs différents, mais les Souverains Anonymes sont encore debout. Et Mohamed aussi. Il s’attelle présentement à la fastidieuse tâche d’exhumer toutes les archives afin de rendre accessibles les documents audios et vidéos en lien avec les rencontres d’artistes. Il désire rendre ces trésors accessibles aux détenus en dedans et au public dehors. On ne peut que saluer cette initiative, nous en profiterons des deux côtés de la clôture.

Dehors, on oublie trop facilement ces milliers d’hommes et de femmes enfermés aux quatre coins du Québec. On ne connaît pas leur réalité ni les efforts que certains déploient pour survivre et se réhabiliter. 

Je manquais de mots pour encourager ces hommes qui me présentaient leurs poèmes, leurs bouts de chansons, leurs bandes dessinées et les masques qu’ils ont fabriqués dans un atelier de poterie. Ils ont du vécu, du vrai, du cru, du difficile. Mais pas seulement. Purger sa peine ne devrait pas empêcher de ressentir de l’espoir, de l’inspiration ou de la joie, à l’occasion. Ça déconne et ça rit aussi à gorge déployée en dedans. Le chili végé qu’on nous a servi ce midi-là a reçu des critiques particulièrement savoureuses...

En sortant, j’affichais un sourire large comme celui des hommes libérés à mon arrivée. Je me sentais privilégié d’avoir rencontré Caspy, Jean-Pierre, Brandon, Ronald, Sammy, Popo et tous les Souverains Anonymes qui m’ont accueilli. Dans une salle où l’art orne les murs, à jaser de littérature et se dire du vrai, on n’est plus en prison, on est entre humains. Des parcours particuliers, parfois chaotiques, mais les mêmes rêves, les mêmes besoins; recevoir et donner de l’amour, être libre, fonder une famille, ouvrir un café ou publier un livre. Peu de choses séparent les hommes les uns des autres, parfois c’est juste un mur de 20 pieds surplombé de fils barbelés.

LE MONDE SELON GOUDREAULT

Le réchauffement du climatoscepticisme

« Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l’industrie américaine non compétitive. » — Donald Trump

CHRONIQUE / J’ai le privilège d’être suivi par des lecteurs brillants, des lectrices d’une intelligence remarquable, mais chaque semaine entraîne aussi son lot d’obscurantistes, de misogynes et de gardiens de la vertu en tous genres. Ils m’envoient des messages plus distrayants les uns que les autres. Des climatosceptiques enragés se sont ajoutés à cette belle bande de réactionnaires dans les derniers jours. J’ai découvert la susceptibilité des rébarbatifs du bac brun, l’intransigeance des militants de la pollution décomplexée. Jean-Pierre m’accuse même de relayer les mensonges de Greenpeace et de nuire à l’économie du Canada! Jean-Pierre accorde beaucoup trop de pouvoir à mes chroniques…

Mon dernier papier exposait les chiffres troublants révélés par l’Agence européenne pour l’environnement et la revue scientifique The lancet : la pollution cause 9 millions de morts par années, 5 millions pour la pollution atmosphérique seulement. Ce constat n’est pas le résultat de statistiques obtenues avec un échantillon restreint dans le cadre d’une recherche menée par des stagiaires neurasthéniques en réinsertion sociale, ce sont des nombres absolus! Ces données scientifiques rapportées dans une revue médicale laissent pourtant certains individus perplexes. De furieux sceptiques m’écrivent carrément que ces chiffres n’ont aucune valeur et qu’on fait dire ce que l’on veut aux statistiques.

Comme Donald, président de la première puissance mondiale, pays pollueur à l’empreinte écologique tout aussi indélébile qu’exceptionnelle, de nombreux Québécois rejettent l’idée que l’activité humaine puisse avoir un impact sur le climat. Même si 98 % des scientifiques le reconnaissent! La sortie publique de l’Organisation météorologique mondiale nous mettant en garde contre « une hausse dangereuse de la température » suite à l’évaluation des taux de dioxyde de carbone de 2016, les plus élevés depuis 800 000 ans, n’y pourra rien. La corrélation directe entre l’industrialisation, son apogée moderne grâce à la mondialisation des marchés, et le réchauffement climatique n’est pas recevable. L’incontestable montée en flèche du niveau de CO2 dévoilée lundi dernier les laissera de glace. Une glace qu’aucun réchauffement appréhendé ne fera fondre.

Mais je ne veux pas m’inquiéter davantage sur la pollution ou le réchauffement climatique, j’y consacre déjà une large part de mon existence; c’est l’ignorance qui m’inquiète aujourd’hui. La mienne, d’abord (j’ignorais l’ampleur du désastre intellectuel dans lequel nous baignons). 

Et celles des climatosceptiques aussi...

Près de la moitié des Québécois souffriraient d’analphabétisme plus ou moins fonctionnel. Le nombre doit exploser comme les ventes de VUS si on parle d’innumérisme, cette incapacité à maîtriser les nombres, les calculs et les raisonnements en découlant. Il faut reconnaître que certains chiffres sont vertigineux. Des exemples? La perte de masse de la calotte de glace en Antarctique représente en moyenne 7,8 millions de litres par seconde, les émissions de tétrachlorure de carbone continuent à augmenter malgré leur interdiction et atteignent 39 000 tonnes par an soit 1,24 kilo par seconde. J’en passe et des meilleures. Ceci explique peut-être cela : l’incapacité de lire, comprendre et analyser l’information nous empêche de faire confiance aux données scientifiques.

À qui profite le crime? Aux pollueurs, évidemment! Moins les populations sont informées, moins elles se mobilisent; plus on peut polluer en paix, privatiser les profits et externaliser les coûts sociaux et environnementaux. Certains gouvernements aussi en bénéficient, il est plus facile de se faire élire sur des campagnes de peur ou des mensonges sans fondements que d’établir un programme cohérent. Et de s’y tenir!

Le scepticisme en question ici découle peut-être d’un mécanisme de défense. Le doute est confortable, mais le confort se précarise à vue d’œil. Alors qu’il faudrait une mise en action massive et mondiale, on s’obstine encore sur la pertinence de la mobilisation. Si l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des catastrophes naturelles à l’échelle planétaire ne peut convaincre les climatosceptiques; si les données scientifiques et les preuves empiriques ne suffisent pas à démontrer l’évidence, rien ne le pourra. Nous sommes foutus. Le règne de l’opinion creuse propulsera d’autres Donald au pouvoir. Le pétrole coulera à flots, la déforestation et la désertification suivront leurs cours, l’acidification des océans s’accélérera et les millions de morts liés à la pollution crèveront en vain. Mais nous consommerons en paix.

Peut-être que je me trompe, peut-être que Jean-Pierre et les climatosceptiques ont raison, je ne suis qu’un exalté de la gogauche colportant les fausses statistiques d’un complot écologiste ourdi par les services secrets chinois… Si tel est le cas, c’est déjà assez déprimant, ne m’écrivez pas pour m’insulter en plus. Si vous le faites quand même, prenez le temps d’accorder vos participes passés. Merci!

Le monde selon Goudreault

Crever au nom de la croissance

« Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge. » - Churchill

CHRONIQUE / Enfin quelque chose qui nous unit! Le concert des nations n’aura jamais réussi à orchestrer une paix globale, à favoriser une répartition juste des ressources ou administrer l’application des fameux droits de l’homme, mais nous avons maintenant notre projet mondial : mourir en chœur, tous étouffés par nos déchets. Nous voilà sur le même bateau. Le bateau coule, mais nous coulerons ensemble!

Les chiffres sont aussi alarmants qu’ignorés; la pollution ferait neuf millions de morts par an, la pollution atmosphérique à elle seule causerait plus de cinq millions de victimes. Vous serez peut-être rassurés d’apprendre que la majorité de ces cadavres habitaient l’Inde ou la Chine. Dans ces pays, nouveaux poumons de l’économie, on respire des taux de particules fines en suspension dans l’air jusqu’à dix fois plus élevé que le maximum recommandé. Pour ce qui est de l’Europe, l’Agence européenne pour l’environnement estime le nombre de décès prématurés par la pollution de l’air à un demi-million. En Amérique? C’est moins clair, peut-être qu’on préfère l’ignorer.

Vous comprendrez que la pollution ne cible pas exclusivement les gestionnaires d’usine de charbon et les propriétaires de Volkswagen trafiquées. Contrairement à la richesse, la pollution se distribue uniformément et ce sont souvent des familles ordinaires, de faibles pollueurs, qui crèvent au nom de la sacro-sainte croissance économique. Les douaniers ne peuvent rien contre les nuages de pollution. Ces monstres ont tendance à ignorer les frontières et se promènent au-dessus du globe, survolent à l’occasion le continent de déchets plastiques pesant plus de sept millions de tonnes à la dérive dans l’océan. Océans qui s’acidifient, rappelons-le au passage.

L’hebdomadaire médical The Lancet, loin d’être un brûlot écologiste, affirme que la pollution fait plus de morts que tous les conflits de la planète réunis. Voilà qui devrait suffire à mobiliser les politiciens pour des mesures draconiennes à court terme, non? Non, nos États reconnaissent que nous sommes en retard, qu’il est peut-être déjà trop tard, mais continuent de prendre des engagements frileux, plus ou moins contraignants, sur vingt ou trente ans. Tout cela en considérant qu’il y aura des changements de gouvernements et que les fameux engagements peuvent être abandonnés aussi facilement qu’un Donald Trump peut être élu. Les politiciens nous étourdissent de bonnes intentions, mais l’enfer en est pavé aussi. Les terroristes, officiellement et scientifiquement moins dangereux que la pollution, ont droit à des égards et des investissements autrement plus significatifs…

Que faire? Bonne question! Je ne le sais pas, je ne le sais plus. Pourtant, je capote sur la pollution depuis belle lurette. J’ai adopté le végétarisme strict durant près de cinq ans, allant jusqu’à flirter avec le végétalisme. Depuis notre dernière grossesse (oui, on partage tout), nous avons décidé d’aller vers le piscicovégétarisme et nous sommes désormais flexitariens, aucune viande rouge ni produit issus de l’abattage industriel ne passent par nos bouches. Est-ce que ça change quelque chose? Un peu, peut-être…

J’ai aussi cogné aux vitres des automobilistes qui laissent inutilement tourner leur moteur. Des dizaines, voire des centaines de fois. J’en suis presque venu aux poings avec quelques irréductibles convaincus de leur droit de souiller l’air environnant pour le plaisir de la chose. Depuis je me suis calmé, ma blonde craignait pour ma santé mentale et la symétrie de mon visage. Si des conducteurs sont trop cons pour couper leur moteur à l’arrêt, si même les campagnes de sensibilisation rappelant qu’il est illégal de laisser tourner son moteur inutilement plus de trois minutes n’y peuvent rien, je ne vais pas m’épuiser inutilement.

J’essaie de faire ma part, mon devoir de citoyen, mais la vérité brise mon enthousiasme; les véritables pollueurs, ceux qui ont le pouvoir de faire une différence, demeurent les entreprises d’envergure, les multinationales qui dictent trop souvent leurs règles à nos gouvernements. À voir comment certains de ces « citoyens corporatifs » contournent les lois fiscales, on peut parier qu’ils ne s’étouffent pas avec celles, déjà peu contraignantes, devant protéger l’environnement. Les simples citoyens doivent maintenir leurs efforts, mais ils devraient en déployer autant pour exiger des comptes aux entrepreneurs et aux politiciens. À l’échelle planétaire!

À tout malheur, quelque chose est bon, les humains se solidarisent dans l’adversité. Rien de tel qu’une bonne tempête de neige pour pelleter entre voisins, se donner un coup de main. Notre générosité a été exemplaire pour aider la Thaïlande suite au tsunami, Haïti après le tremblement de terre, même nos concitoyens lors des dernières inondations. Peut-être qu’à la dernière minute, un grand spasme mondial sauvera l’humanité.

Je sais, cette chronique est intense. Mais la réalité l’est encore plus et nos réactions ne le sont pas du tout. J’aimerais en faire davantage, mais je n’y peux rien, je ne suis qu’un chroniqueur à l’ombre des impératifs économiques. Je m’inquiète et je donne mon point de vue, c’est tout. En gardant les pieds sur terre et la tête dans les nuages de smog.

Le monde selon Goudreault

Cool comme une bibli

« Le paradis, à n’en pas douter, n’est qu’une immense bibliothèque. » — Gaston Bachelard

CHRONIQUE / J’aurais pu devenir un grand joueur de hockey. Meilleur que Sydney Crosby. Je ne le saurai jamais, je ne sais même pas patiner. Mes parents ne m’ont jamais traîné à l’aréna, à peine sur les terrains de soccer. Mon intérêt pour le sport est nul, aussi nul que moi en sport. Par contre, mes parents me laissaient jouer dans leur bibliothèque, explorer leurs livres, les massacrer, les réparer, les lire et les aimer. Surtout, chaque semaine, on allait à la bibliothèque publique. Je ne sais pas jouer au hockey, ni accumuler les commotions cérébrales, mais je sais lire, beaucoup. Et écrire, un peu.

Hipster avant l’heure, mon père faisait claquer ses bottes de cuir dans la section des vinyles. Il choisissait quelques disques, des Stones à Goldman, puis nous allions dans la section jeunesse me choisir des livres et des jeux. Si j’étais chanceux, et que mon paternel ne l’était pas, on tombait sur une animation. Un clown ou une mascotte poilue lisait des histoires à mes petits camarades évachés sur le sol. La lecture prenait soudain vie devant moi tandis que mon géniteur prenait son mal en patience. On rentrait à la maison, on se beurrait des céleris au Cheez Whiz et on se bourrait de lecture en écoutant de la musique. Le bonheur.

Quelques années plus tard, avec mes amis-voisins (à l’âge béni où il suffit d’être voisins pour être amis), on errait autour de la bibliothèque municipale. C’était notre point de chute. Quand on se lassait de traîner au centre-ville de Trois-Rivières et de piquer des bébelles chez Rossy, on allait se cultiver à la bibli. Les bandes dessinées nous fascinaient. Les livres sur l’art érotique aussi. Parfois, on demandait à la bibliothécaire de nous installer devant un poste de télé pour écouter les cassettes VHS de RBO. La vraie vie.

Dans le village où ma jeunesse s’est enracinée, la bibliothèque était toute neuve, avec des décorations vertes et roses, très modernes. Ce qu’il y avait de plus cool dans la bibli de Pointe-du-Lac, c’était la bibliothécaire, Madame Plante. Cette missionnaire du livre nous réservait toujours un accueil chaleureux, se souvenait des noms de chacun, connaissait nos goûts littéraires, nous proposait ses coups de cœur et me laissait lire des bouquins qui n’étaient pas de mon âge. Pas du tout!

Je fréquente la bibliothèque Éva-Senécal de Sherbrooke depuis une quinzaine d’années déjà. J’y ai découvert des films marquants et de la musique remarquable. Surtout, c’est dans cette bibliothèque publique que j’ai fait certaines des rencontres les plus significatives de mon existence : Romain Gary, Nelly Arcan, Cervantès, Julie Doucet, Boulet, Dan Fante, Patrice Desbiens, Anne Hébert et Caillou. Caillou me sert surtout d’appât pour fidéliser mes propres enfants à ce temple laïque. Ils n’ont pas encore compris l’importance de la quiétude et braillent pour lancer des sous dans la fontaine ou pour assister à l’heure du conte quand il n’y a pas d’heure du conte, mais on progresse.

Je visite au moins une douzaine d’autres bibliothèques chaque année. Pour des rencontres d’auteur, des conférences, des projets de création, par pure curiosité aussi. J’ai même utilisé la Grande Bibliothèque du Québec comme décor pour mon dernier roman. Vous l’aurez deviné, j’aime les bibliothèques publiques, leur démocratisation directe du savoir et de la culture, leur accessibilité et leur discrétion; elles sont pudiques nos bibliothèques publiques, elles ne s’en pètent pas les bretelles, mais elles demeurent les institutions culturelles les plus fréquentées au Québec.

Alors que les Canadiens de Montréal compilent à peine 1,5 million d’entrées annuellement, les 1055 bibliothèques publiques du Québec en décomptent plus de 27 millions! Sans profiter d’une visibilité médiatique comparable à la Sainte-Flanelle… Avec près de 2,6 millions d’abonnés, plus de 25 millions de livres accessibles et près de 60 millions de documents empruntés chaque année, leur apport à l’éducation et l’évolution du Québec est indéniable.

La lecture, c’est de la magie ordinaire. On a si bien maîtrisé la technique qu’on oublie à quel point l’acte de créer et déchiffrer du sens à l’aide de quelques symboles est puissant et sacré. Des concepts les plus complexes aux idées révolutionnaires en passant par l’induction d’émotions, tout est ancré et multiplié par l’écriture et son corollaire, la lecture. Aujourd’hui même débute la Semaine des bibliothèques publiques. Aimez-les, visitez-les, allez rembourser vos retards, empruntez votre prochain roman préféré, des bandes dessinées éclatées, des essais confrontants, des films, des livres-audio, des albums, des jeux de société. Redécouvrez vos bibliothèques publiques, elles vous habitent déjà.

Le monde selon Goudreault

Les couilles de l’avenir

« On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. »- Anonyme

CHRONIQUE / Des raisons de s’inquiéter, ça pousse plus vite que des Tim Hortons le long de l’autoroute 20. On a l’embarras du choix : l’accélération du réchauffement climatique, la menace nucléaire, la corruption politique, le retour des Nordiques, etc. Les nouvelles anxiogènes pullulent, mais si je devais en choisir juste une aujourd’hui, j’opterais pour l’avenir de nos testicules.

Ma famille est désormais complétée et ma sérénité ne saurait tolérer son expansion. Ce n’est pas par égoïsme ou phallocentrisme que je m’inquiète pour l’avenir de la couille, mais par pur humanisme; la moitié de l’humanité perd la moitié de sa fertilité! Une étude d’une ampleur inédite vient de démontrer que le nombre de spermatozoïdes produits par les hommes des pays industrialisés a chuté de 60 % en 40 ans. C’est énorme! Surtout quand on considère les migrations urbaines et l’industrialisation des pays émergents. Partout sur la planète, de plus en plus d’hommes sont de moins en moins fertiles. L’avenir de l’humanité est en jeu.  

Dans ma Presse estivale, Phillipe Mercure rapportait d’ailleurs les propos du Dr Hagai Levine, responsable de cette vaste recherche internationale, une méta-analyse de 185 études distinctes : « Il s’agit d’un urgent signal d’alarme. La fertilité de notre espèce est peut-être la chose la plus importante pour nous. » Je m’attendais donc à voir Céline Galipeau afficher un air des plus sévère pour traiter le sujet de long en large au Téléjournal. J’anticipais les réactions enflammées de Denis Lévesque, les entrevues de fond de Paul Arcand, la montée aux barricades de Lysiane Gagnon, les hypothèses alambiquées de Richard Martineau. Mais rien. Rien de rien. À une vitesse alarmante, notre espèce perd les moyens de se reproduire et on ne voit pas l’intérêt d’en faire état?

J’ai envisagé diverses options pour sonner l’alarme et attirer l’attention sur cette recherche. J’ai considéré louer un petit planeur et y accrocher une banderole prônant la protection de la couille occidentale. J’ai ensuite songé à une campagne de sensibilisation en partenariat avec le lobby de l’œuf. Même l’image destiné à cette chronique devait être beaucoup plus choquante, mais mon amoureuse m’a interdit de diffuser mes photos intimes. Vous l’avez échappée belle! Je ne m’inquiète pas moins du manque de retentissement médiatique de cette méta-analyse.

La bombe a éclaté cet été dans la revue scientifique Human Reproduction Update. Le sérieux de la recherche ne peut être remis en question. Les chiffres parlent haut et fort. En 38 ans, les mâles occidentaux ont connu un déclin de 52 % de la concentration de spermatozoïdes dans le sperme. Une perte constante. Et aucun ralentissement de ce déclin à l’horizon.  

À qui la faute? Sont-ce les produits chimiques utilisés dans le traitement de l’eau potable? Nos aliments transformés imbibés de pesticides? Les adjuvants des vaccins? La pollution atmosphérique? Les ondes radio qui saturent nos villes? La surexposition à Éric Salvail? Personne ne le sait, mais ce serait pertinent de le découvrir. Reste à investir dans la recherche, mandater une nouvelle équipe ou convaincre celle qui a documenté le phénomène de reprendre du service. Est-ce que la volonté politique sera au rendez-vous? Comment rassembler les fonds pour mener une recherche internationale de cette envergure? Combien de puissants lobbys contesteront les résultats obtenus? Va savoir!

La liste des maux modernes s’étire encore une fois. À la hausse fulgurante des cas d’autisme, à l’augmentation soutenue des allergies en tous genres, de l’obésité, du diabète, des cancers de la peau, des dépressions et nombreux autres problèmes de santé concentrés dans les pays industrialisés, nous devons ajouter une infertilité galopante. Et quelle sera notre réaction collective? Probablement aucune. Que pourrions-nous faire, exiger des moratoires? Suspendre la commercialisation de tous les produits susceptibles de menacer la survie de notre espèce? Bonne chance! La prévention est inenvisageable, nous traiterons les hommes stériles au cas par cas. Nous transformerons une crise sociale, un phénomène de santé publique international, en problèmes individuels. Dommage pour nos enfants. Et nos petits-enfants, qui seront de plus en plus difficiles à concevoir.

Le monde selon Goudreault

800 blessés et une morte

« Il n’y a pas de meilleur gendarme que celui qui a été bandit. » - Proverbe catalan

CHRONIQUE / La démocratie est morte. Encore. Un peu plus. Elle meurt souvent la démocratie, quand on frappe ou torture en son nom; quand on éviscère le sens du mot pour justifier la barbarie; quand on laisse le peuple voter seulement quand ils votent dans le bon sens. Dimanche dernier, dans un pays comme le nôtre, bon élève occidental, siégeant à toutes les tables de toutes les organisations où les pays civilisés ont le droit de se pavaner, on a battu des citoyens pour leurs idées. 

Des centaines de Catalans ont goûté à la matraque espagnole. Leur volonté d’expression démocratique s’est heurtée à la violence de l’État. On a demandé, encouragé ou laissé se déployer une violence calculée, organisée. On ne compte plus le nombre de photos et de vidéos exposant des personnes âgées ensanglantées, des hommes et des femmes pacifiques battus à coups de pieds, à coups de bâtons, tirés par les cheveux dans la rue. Le bras armé du gouvernement a frappé. Souvent. Partout où se trouvaient les séparatistes. Les policiers tabassaient ferme, même à visage découvert, devant les caméras. Imaginez comme ils devaient s’en donner à cœur joie au fond des ruelles ou à la gendarmerie…

Ce référendum sur l’autodétermination n’aurait pas été reconnu par l’administration de Mariano Rajoy, de toute façon. Mais le gouvernement a préféré miner les efforts des séparatistes, confisquer les bulletins de vote et les urnes, faire planter les systèmes informatiques et, ultimement, violenter ses propres citoyens. Les policiers envoyés de Madrid ont d’abord annoncé aux militants catalans qu’aucune violence ne serait utilisée. Puis ils ont enchaîné les descentes, les arrestations arbitraires, les coups de matraque dans le dos, les coups de poing sur la gueule et les coups de pied dans le ventre, entre autres saloperies. Au bout de ces nombreuses et laborieuses démarches, le chef du gouvernement espagnol s’est permis d’affirmer laconiquement : « Aujourd’hui, il n’y a pas eu de référendum d’autodétermination en Catalogne. » Rien à voir, circulez!

Plus de deux millions de personnes ont réussi à voter et ont exprimé, à 90 %, leur désir d’indépendance. Leur route sera longue et on peut parier que le gouvernement espagnol, sans égard à la démocratie ni aux droits des individus et des peuples à l’autodétermination, s’affaire déjà à saboter leurs efforts. L’indépendance des Catalans reste à conquérir, mais ils ont déjà gagné beaucoup : la légitimité d’un peuple debout face à l’État voyou, la solidarité internationale de tous les humanistes préoccupés par les droits des humains, la démonstration patente que certains élus n’hésitent pas à réprimer les actions démocratiques par la force. Et la dignité. Au-delà de l’indépendance et de la liberté, les Catalans ont acquis un siège permanent à la table des peuples dignes. Debout et droit, le peuple a réclamé le droit d’être, d’être à part, à part entière, et de s’affirmer.

Entre l’interminable silence de Justin Trudeau et le refus du parlement canadien de condamner les violences espagnoles, des millions d’individus, aux quatre coins du monde, ont vu, relayé, partagé et condamné la brutalité dont se sont rendus responsables les élus de Madrid.

Fascinant et inquiétant constat; l’histoire n’immunise pas contre le fascisme. L’extrême-droite fait une percée historique en Allemagne. La plus significative depuis le régime nazi. Partout en Europe, le racisme a le vent dans les voiles. Et l’Espagne renoue avec un certain autoritarisme qui n’aurait pas déplu aux franquistes. Pendant ce temps, les pays alliés, ces bons bergers de la démocratie conquérante, gardent le silence. Tout va bien, madame la marquise!

N’oublions pas que nous avons dégusté de la matraque au poivre de cayenne au Québec aussi, il y a quelques printemps à peine. Et que le papa de Justin a imposé les mesures de guerre pour faire arrêter des dizaines d’intellectuels québécois dans le plus pur déni de leurs droits fondamentaux. Et qu’on mandatait des policiers pour aller battre des grévistes peu de temps avant. Et qu’encore aujourd’hui, un policier condamné pour meurtre se fait plus rare qu’un palmier au Nunavik. Entre autres injustices bien de chez nous.

La violence n’est jamais loin. La peur non plus, elle sert nos politiciens. La peur des référendums, du changement, de l’étranger, de la crise financière, etc. La démocratie est une excellente raison de se battre et de se faire mal, pas d’avoir peur. Les Catalans nous ont servi une grande leçon cette semaine. Plus de mal que de peur. En occupant les urnes et la rue, ils ont fait marcher la démocratie. J’aurais honte d’être Espagnol aujourd’hui; je serais fier d’être Catalan. Mais je suis Québécois. Et je prends des notes.

David Goudreault

Les photos publiques de nos enfants privés

« Ce qu'on appelle la vie privée, c'est ce dont nous avons le droit de priver les autres. » - Gilles Martin-Chauffier
CHRONIQUE / Ceci n'est pas une photo de ma progéniture, c'est une photo libre de droits glanée sur internet; je ne les connais même pas ces enfants-là! Les miens sont plus beaux et plus brillants et plus attendrissants et plus photogéniques, comme le croient tous les parents de tous les enfants... Mais vous n'aurez pas le bonheur de le constater par vous-mêmes, car je ne diffuse aucune de leurs images publiquement. Je dois même m'obstiner avec certains de mes proches qui garrochent leurs portraits sur internet sans me demander la permission. Permission que je leur refuserais de toute façon. N'y voyez pas un caprice de ma part, plutôt le résultat d'une réflexion longuement murie. C'est un choix personnel, peut-être que je me trompe; je me trompe souvent.

David Goudreault

Des monstres et des hommes

« ... mais nous nous serons morts, mon frère. » - Raymond Lévesque
CHRONIQUE / Si un drame se préparait dans votre entourage, sauriez-vous le voir venir? Pour une treizième saison, l'émission Un tueur si proche conclut chacun de ses épisodes avec cette formule : sauriez-vous le voir venir? Oui, malheureusement, on le voit venir à grands coups de statistiques. On voit même déjà revenir les drames, les meurtres et les hommes qui les commettent. Des 30 à 35 homicides intrafamiliaux que l'on dénombre au Québec chaque année, la plupart sont commis par des hommes (75 à 80 %). La nette majorité des suicides aussi (75 à 80 %...). Les hommes tuent et se tuent trop.

David Goudreault

Irma, le climat et Ruth

« On est capable d'imaginer la fin du monde, mais on est incapable de concevoir la vie en-dehors du modèle capitaliste. » - Fred Pellerin
CHRONIQUE / Les États-Uniens ne sont pas des imbéciles. Hum, laissez-moi préciser ma pensée : la plupart des États-Uniens ne sont pas des imbéciles. Bien sûr, il y a Donald. Et les joyeux rednecks qui tirent au fusil d'assaut sur une tornade. Et tous les connards qui profitent des catastrophes pour piller les commerces et les maisons. Et ceux qui s'acharnent à rester sur place pour vivre une « expérience ». On aura beau jeu de se foutre de la gueule de ces cas particuliers, la majorité de la population se mobilise. Les catastrophes naturelles favorisent la solidarité. À la vitesse inquiétante où on fracasse les records, la solidarité sera de mise. Ici et là-bas. Irma est un ouragan exceptionnel, mais l'exception pourrait devenir la règle.