Les attentes envers les Cataractes de Daniel Renaud seront plus élevées en 2018-19.

Cataractes: des attentes plus élevées

CHRONIQUE / Daniel Renaud a eu droit au bénéfice du doute à sa première saison comme pilote dans la LHJMQ. Avec les promotions hâtives de Samuel Girard et Brandon Gignac chez les pros, il se retrouvait avec une équipe sans vedette, dont la profondeur faisait en plus défaut.

Sur papier, les Cataractes disposaient d’une équipe pour atteindre les séries. Mais personne n’a crié au meurtre quand ils ont remisé leurs maillots à la fin mars, confinés au triste rôle de spectateurs à la grande danse du printemps.

Renaud devra vivre avec des attentes plus élevées au cours des prochains mois. Personne ne lui parlera de Coupe du président, évidemment. Mais les fans vont s’attendre à voir des progrès de l’équipe qu’ils appuient massivement.

Durant la saison morte, il y a eu injection de talent brut. Valentin Nussbaumer, choix européen, est présenté comme une potentielle prise de première ronde à l’encan de la LNH en juin prochain. Le dépisteur-chef Mario Carrière a pu sélectionner cinq des 35 meilleurs espoirs au dernier repêchage midget dont Mavrik Bourque, qui était le meilleur homme disponible à ses yeux. Quatre de ces cinq adolescents ont percé l’alignement.

Ce scénario rappelle 2013-14, où les Anthony Beauvillier, Brandon Gignac, Nicholas Welsh et James Phelan avaient rejoint l’équipe. L’année précédente avait été bien difficile mais 2013-14 fut un point tournant. Au classement, les progrès avaient été timides : une douzaine de points. Sauf que l’équipe avait progressé tout au long de l’hiver, au point de donner bien du fil à retordre en première ronde des séries au Drakkar de Baie-Comeau, championsdu calendrier régulier. Les Cataractes ont ensuite enchaîné avec trois saisons d’affilée dans le top 5 du circuit, avec une finale au milieu.

Chose certaine, le début de la campagne sera important pour les hommes de Renaud. Les Cataractes, tenez-vous bien, ont clôturé leur dernière saison avec 15 revers d’affilée! Il n’y avait plus d’enjeu à leurs dernières sorties, certes. Mais pour les autres, ils se battaient pour se faufiler en éliminatoires…

Il est donc impératif de repartir sur une bonne note. Contrairement à bien des clubs, Daniel Renaud n’a perdu que deux joueurs pour les camps pros. Point de vue cohésion, les Cataractes sont avantagés pour les premières semaines du calendrier. Ils doivent en profiter.

L’an dernier, les Shawiniganais avaient échappé leurs huit premiers duels. Ça ne doit pas se répéter en 2018-19. Avec autant de jeunes sous la main, il est impératif de leur permettre de travailler dans une ambiance détendue. Quelques victoires en septembre, c’est le meilleur remède pour y arriver.

Un peu de patience
Si, collectivement, les progrès doivent être visibles, il faut quand même être patient individuellement avec les jeunes surdoués. Mavrik Bourque a fini au premier rang des pointeurs de l’équipe en match pré-saison, mais il serait bien étonnant qu’il continue à engranger un point par match! Rappelez-vous que Beauvillier, plus explosif que Bourque, n’avait enfilé que neuf buts à sa première campagne LHJMQ. Ça ne l’a pas empêché d’en marquer 42 la saison suivante…

La clé pour les Bourque, Beaudoin, Bourgault et Coulombe, c’est de continuer à jouer avec confiance et passion, et d’être épaulés par des entraîneurs qui leur offrent des responsabilités. Les dividendes vont suivre tôt ou tard avec une telle équation.

La rondelle tombe vendredi soir au Centre Gervais Auto. Après un camp interminable, il est plus que temps de passer aux choses sérieuses!

Plus d’harmonie, plus de jeunes

La saison du hockey mineur est à nos portes. À Louiseville, un des théâtres des chicanes sur les équipements supra-locaux ces dernières années, l’ambiance est bien différente cette  fois.

Ex-président du hockey mineur qui a été nommé conseiller municipal, Mike Touzin a pris une partie de son été pour convaincre plusieurs municipalités avoisinantes de donner un coup de main à leurs jeunes qui faisaient les frais de cette guerre d’adultes. Faut croire que Touzin a été persuasif, car il ne reste plus que Saint-Sévère, Saint-Justin , Saint-Paulin et Sainte-Angèle-de-Prémont qui refusent de mettre la main dans leurs poches. Les autres ont accepté d’embarquer dans la vision de Touzin, à la fois pour le hockey mineur et le patinage artistique.


Mike Touzin a été très persuasif cet été.

Le mot s’est évidemment passé durant l’été à travers les campagnes. Résultat, ce sont 24 jeunes enfants qui seront initiés au Magh à partir de samedi, ce qui représente une substantielle augmentation. 

L’équation est simple: plus d’harmonie, plus de jeunes qui bougent. 

Un premier pas?

Espérons que ce rapprochement entre élus n’est qu’un premier pas. La MRC de Maskinongé profiterait d’un meilleur esprit d’entraide pour bonifier ses installations sportives. Pourquoi pas une piste cyclable? Ou, encore mieux, une belle piscine? Pas obligé que ce soit à Louiseville... 

Nous sommes au beau milieu d’une élection provinciale. Il y a des tonnes de promesses à gauche et à droite, mais il semble y avoir bien peu de place pour ce genre de projets qui aurait pourtant une incidence directe sur la qualité de vie des citoyens, jeunes et moins jeunes. En tout cas, je dépose ça ici... Qui sait, peut-être que ça va inspirer un ou des candidats!