Selon l’étude menée par CAA-Québec, plusieurs marques de luxe arrivent en queue de peloton, comme BMW, quant aux garanties de leurs véhicules électriques. Ces constructeurs proposent des garanties plus restrictives sur au moins un aspect. Souvent le moteur électrique est garanti moins longtemps que la batterie.

Garanties des batteries des véhicules électriques: un grand fouillis

CHRONIQUE / Alors que le marché des véhicules électriques est en pleine croissance, il y a lieu de se demander si les garanties, notamment sur les batteries, protègent bien les consommateurs. Surtout quand l’argument de la batterie vient souvent dans le haut de la liste pour décourager les automobilistes à faire le grand saut.

CAA-Québec a dévoilé dans le courant de la semaine dernière les résultats de son étude sur les garanties, autant pour les véhicules à carburant que pour les véhicules électriques (VÉ).

«Chaque année, on étudie les garanties. On sort nos loupes et on lit les petits caractères», explique Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec, joint la semaine dernière. «Quand on hésite entre un choix A ou un choix B, notre étude peut aider à prendre sa décision.»

CAA-Québec dénote que «la réponse est loin d’être évidente, même après avoir épluché l’ensemble des petits caractères», advenant le — rare — cas où une batterie devait être remplacée durant la période de garantie.

La plupart du temps, les constructeurs garantissent les batteries de VÉ pendant huit ans ou 160 000 km. «Toutefois, comme les premiers VÉ mis en marché atteindront bientôt cet âge, les fabricants devront être plus clairs sur la façon dont ils traiteront cette question. Un élément crucial puisqu’une batterie coûte au bas mot 8000 $ à remplacer. Un VÉ usagé avec 90 % de son autonomie, ça se vend bien. Mais à 50 %, c’est moins attirant», écrit CAA-Québec dans le communiqué envoyé la semaine dernière.

Pourcentages variables

Ce que CAA-Québec relève, c’est que les garanties sont à pourcentages variables. «La plupart des constructeurs ne s’engagent pas à remplacer une batterie de traction défectueuse par une batterie neuve. Hyundai, Kia, Volkswagen et d’autres assurent que la batterie de remplacement aura au moins 70 % de sa capacité d’origine (73 % chez Nissan). C’est bien pour un VÉ de sept ans, mais pour un véhicule d’un an ou deux? Théoriquement, le propriétaire peut perdre au change. De son côté, Chevrolet remplacera par une batterie d’au moins 60 % de la capacité d’origine, mais “en tenant compte de l’âge et du kilométrage du véhicule”. Toyota, Honda, Chrysler et d’autres sont muets sur la question», toujours dans la communication de mercredi dernier.

M. Fortin ajoute que la notion d’usure normale de la batterie est souvent absente dans les garanties. «Il faudrait préciser», dit-il.

À ce chapitre, la garantie de Tesla se démarque. «Le constructeur américain garantit une capacité de charge identique ou supérieure sur ses batteries de remplacement et assure que ses batteries auront encore au moins 70 % de leur capacité d’origine à la fin de la garantie de huit ans ou 160 000 km [ou 192 000 km, selon le cas].»

Enfin, ajoute le porte-parole, Chrysler et Mitsubishi proposent une garantie sur leurs VÉ plus étendue que leurs concurrents, mais ne disent rien au sujet des batteries de remplacement ou de la perte de capacité jugée acceptable.

«L’idée, c’est qu’on ne veut pas décourager les automobilistes à rouler en voiture électrique, mais on veut qu’il y ait plus de clarté au sujet des protections de garanties», conclut M. Fortin.

Les résultats de l’étude : bit.ly/2ubbar4

+

LES GARANTIES SUR LES VÉHICULES À CARBURANT 2019

CAA-Québec étudie également les garanties sur les véhicules à carburant. 

  • Mitsubishi sort du lot avec une garantie générale de cinq ans ou 100 000 km et une garantie du groupe motopropulseur de 10 ans ou 160 000 km.
  • Hyundai et Kia se distinguent avec une garantie pare-chocs à pare-chocs de cinq ans ou 100 000 km.
  • Mazda est le seul constructeur qui propose le kilométrage illimité dans ses principales garanties.
  • Hyundai est le seul constructeur à exclure la partie supérieure de ses véhicules de sa garantie corrosion-perforation de cinq ans. Ne sont inclus que les éléments «sous la ligne inférieure des fenêtres».
  • Volkswagen n’offre plus de garantie contre la corrosion en surface.

Source : CAA-Québec