Auto

Amazon investit dans le fabricant de camions électriques Rivian

NEW YORK — Un groupe d’investisseurs emmené par Amazon a investi 700 millions $US (928 millions $) dans Rivian, une jeune pousse américaine fabriquant des camions et VUS électriques, a-t-on appris vendredi.

Rivian est présentée par des observateurs comme un potentiel rival de Tesla, le fabricant de véhicules électriques fondé par Elon Musk.

Arts et spectacles

Sting vient chanter pour les travailleurs de GM d’Oshawa

OSHAWA — Sting est venu dire aux travailleurs de General Motors à Oshawa, en Ontario, qu’il était «solidaire» de leur lutte pour sauver l’usine automobile locale.

Des milliers d’employés de GM se sont réunis jeudi dans un centre communautaire d’Oshawa pour entendre le musicien britannique livrer un concert acoustique gratuit, en guise de soutien aux travailleurs qui seront bientôt mis à pied.

Sting a notamment interprété les succès Message in a Bottle et Every Breath You Take, du groupe The Police, ainsi que des extraits du théâtre musical The Last Ship.

Pour écrire les chansons de ce spectacle, Sting s’est inspiré justement de son enfance dans une ville anglaise dont l’économie locale était largement tributaire de la construction navale, un secteur industriel qui a connu un déclin en Grande-Bretagne.

Le chanteur a établi un parallèle entre ce qu’il avait vécu dans sa petite ville anglaise et le sort tragique des travailleurs du secteur de l’automobile à Oshawa.

Sting a déclaré que les problèmes touchant l’usine GM «ne peuvent être balayés sous le tapis politique» et il a exhorté les Canadiens à soutenir les travailleurs.

«Nous racontons votre histoire et il est important que votre histoire soit entendue», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse après sa prestation acoustique.

Des travailleurs se sont rassemblés à l’extérieur de la salle, certains brandissant des affiches ou portant des chandails avec l’inscription «Sauvez GM Oshawa».

La distribution de The Last Ship s’est jointe à Sting pour une série de numéros de la comédie musicale présentée au théâtre Princess of Wales à Toronto.

Quand Sting est arrivé sur la scène, la foule s’est levée d’un bond pour lui souhaiter la bienvenue chaleureusement.

«Bonne chance dans votre combat!», a-t-il lancé à la foule en clôture de programme. «Nous sommes avec vous!»

Sting a parlé de la relation entre GM et ses employés canadiens, affirmant que la société avait le devoir de soutenir une communauté qui travaillait dur pour elle.

«Ce devrait être un système de soutien mutuel. C’est une question de loyauté. Ces travailleurs ont fidèlement donné leur vie à l’entreprise. Ça va dans les deux sens — vous ne pouvez pas simplement vous échapper», a-t-il déclaré.

Le président d’Unifor, Jerry Dias, a dit croire qu’avec l’attention générée par la visite de Sting à Oshawa, la pression s’accentuerait sur les dirigeants.

«Ils espèrent que nous allons renoncer, mais cela n’a aucune chance d’arriver... Ultimement, GM peut régler la situation. Ils peuvent changer d’idée», a-t-il soutenu.

Affaires

Véhicules autonomes: Ottawa versera 40 millions $ à BlackBerry

BlackBerry a obtenu vendredi du gouvernement fédéral un financement de 40 millions $ pour l’aider à développer des technologies qui devraient rendre les véhicules automobiles plus sûrs, plus connectés au cyberespace et, éventuellement, capables de se conduire elles-mêmes.

La société investit 310 millions $ de ses propres fonds dans cette initiative, qui devrait créer 800 emplois au cours des 10 prochaines années sur le campus de BlackBerry à Kanata, en banlieue d’Ottawa, en plus de soutenir 300 emplois existants.

Affaires

Ford rappelle 1,5 million de camions F-150

DÉTROIT — Ford procède au rappel de près de 1,5 million de camions F-150 en Amérique du Nord en raison d’un défaut du système de transmission qui pourrait rétrograder sans avertissement en première vitesse.

Ce rappel de véhicules vise les modèles F-150 assemblés entre 2011 et 2013 et qui possèdent une transmission automatique à six vitesses.

Le constructeur automobile affirme qu’une défaillance du capteur responsable de relayer l’information au système de transmission serait la cause du problème.

Ford dit avoir recensé cinq rapports d’incident du genre, dont un qui aurait causé une entorse cervicale au conducteur du véhicule surpris par la soudaine rétrogradation en première vitesse.

Les propriétaires des camionnettes visées devraient être informés par lettre à compter du 4 mars.

Les concessionnaires de la bannière offrent une mise à jour du logiciel de contrôle du groupe motopropulseur afin de corriger le problème.

Les camions de la série F sont les véhicules les plus vendus aux États-Unis.

Auto

Possible fin des rabais aux véhicules électriques usagés: revendeurs et l’AVEQ inquiets

CHRONIQUE / La possible fin des rabais gouvernementaux pouvant aller jusqu’à 4000 $ (après taxes) pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion en préoccupe plus d’un. D’abord l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), mais aussi les revendeurs et concessionnaires automobiles.

Martin Archambault, administrateur et porte-parole de l’AVEQ, tient à préciser qu’il s’agit du rabais accordé aux véhicules d’occasion qui risque de ne pas être reconduit après la date du 31 mars 2019.

Auto

Trois rappels qui touchent plus de 100 000 véhicules

Au cours des trois dernières semaines, Transports Canada a publié trois rappels qui concernent plus de 100 000 véhicules vendus au Canada. Vérifiez si ceux-ci touchent votre véhicule.

Ram 1500 2019

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a rappelé 18 682 camions Ram 1500 2019, qui auraient un problème avec la servodirection.

Auto

Amazon investit 530 millions $US dans la conduite autonome

SAN FRANCISCO — Aurora, une jeune pousse américaine spécialisée dans la voiture autonome, a annoncé jeudi avoir amassé 530 millions $US (705 millions $), dont une partie «significative» provenant du géant Amazon, toujours à la recherche de moyens pour réduire ses coûts de livraison.

Ce tour de table, mené par le fonds d’investissement Sequoia spécialisé dans la technologie, valorise Aurora, fondée par des anciens de Google, Tesla et Uber, à plus de 2,5 milliards $US (3,3 milliards $), selon la presse.

Auto

Fisher-Price rappelle 44 000 voiturettes Barbie

Le genre de rappel qu’on ne voit pas souvent dans cette section, mais qui peut être utile de savoir au cas où vous auriez acheté pour votre enfant ce jouet. Le fabricant Fisher-Price, basé à East Aurora, dans l’État de New York, rappelle pas moins de 44 000 voiturettes à batterie Barbie.

Le jouet portant le numéro de modèle FRC29 et le nom Barbie Dream Camper peut continuer à rouler sur sa propre puissance après que la pédale d’accélération soit relâchée, pouvant causer des blessures. Selon la Consumer Product Safety Commission des États-Unis, Fisher-Price a reçu 17 plaintes concernant ces voiturettes qui continuaient leur chemin même si on relâchait le pied sur l’accélérateur. Aucune blessure n’aurait toutefois été rapportée.

Auto

Salon EV2019VE: un rendez-vous annuel de l'industrie au Québec en mai

CHRONIQUE / Pour le Salon commercial EV2019VÉ, Mobilité électrique Canada (MEC) a choisi le Québec ainsi que sa capitale. Ce rendez-vous attirera des membres de l’industrie de l’électromobilité venant de partout au monde durant quatre jours.

Du 6 au 9 mai 2019, des essais routiers, des conférences, des tables rondes et des kiosques d’exposition seront proposés à l’hôtel Le Concorde, à Québec, aux délégués provenant de partout au Canada, mais aussi des États-Unis et de l’Europe.

Affaires

Brexit: Nissan annule ses plans pour le X-Trail au Royaume-Uni

LONDRES — Nissan a annoncé dimanche qu’il annulait ses plans pour la production de son VUS X-Trail au Royaume-Uni, un coup dur porté à la première ministre britannique Theresa May, qui s’est battue pour que ce modèle soit construit dans le nord de l’Angleterre alors qu’elle cherchait à renforcer la confiance dans l’économie britannique en vue de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Nissan a annoncé qu’il consoliderait la production de la prochaine génération de X-Trail dans son usine de Kyushu au Japon, où le modèle est actuellement produit, ce qui lui permettra de réduire les coûts d’investissement dès les premières étapes du projet.

Cela annule la décision prise fin 2016 de construire le VUS dans l’usine Nissan de Sunderland, dans le nord de l’Angleterre. Cette usine continuera à fabriquer les modèles de multisegments Juke et Qashqai. L’annonce faite dimanche ne faisait mention d’aucune mise à pied liée à la décision concernant le VUS X-Trail.

Toutefois, le président de Nissan en Europe, Gianluca de Ficchy, a affirmé par communiqué qu’il s’agissait d’une décision prise pour des raisons commerciales, tout en ajoutant que «l’incertitude persistante entourant les relations futures entre le Royaume-Uni et l’UE n’aide pas les entreprises comme la nôtre à planifier l’avenir».

«Nous avons pris cette décision pour des raisons économiques, mais l'incertitude persistante autour des futures relations du Royaume-Uni avec l'UE n'aide pas des entreprises comme la nôtre à planifier l'avenir», a justifié M. de Ficchy.

L'usine de Nissan à Sunderland — qui a voté à 61 % en faveur du Brexit en 2016 — emploie environ 7000 personnes et sort 500 000 véhicules par an, dont 55 % sont exportés vers l'UE, sans droits de douane, ce qui pourrait changer si le Royaume-Uni rompt avec les 27 sans accord.

«Les conservateurs ont bâclé les négociations [avec Bruxelles] et la menace d'un no deal engendre de l'incertitude et nuit à l'économie britannique», a déploré le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, sur Twitter.

La décision de Nissan, d’abord rapportée par Sky News, constitue un revers majeur pour le gouvernement conservateur de Mme May, qui avait souligné l’annonce faite par Nissan en 2016 de la production à Sunderland — plusieurs mois après le référendum sur le Brexit — comme une démonstration que les principaux constructeurs avaient toujours confiance en l’avenir économique du Royaume-Uni.

Censé quitter l'UE le 29 mars, le Royaume-Uni est dans le flou total quant à la forme que prendra le Brexit, les députés britanniques ayant massivement rejeté mi-janvier l'accord de divorce négocié avec Bruxelles par Mme May.

«Accord équitable»

La dirigeante conservatrice tente depuis de rouvrir les négociations avec l'UE sur le texte afin de parvenir à un compromis susceptible de rallier une majorité parlementaire.

«Je suis déterminée à mettre en oeuvre le Brexit, et déterminée à le mettre en oeuvre dans les temps — le 29 mars 2019», a-t-elle écrit dimanche dans le Sunday Telegraph, écartant la possibilité d'un report, comme l'ont suggéré plusieurs responsables politiques.

«Quand je retournerai à Bruxelles, je me battrai pour la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord, je serai armée d'un nouveau mandat, d'idées nouvelles et d'une détermination renouvelée pour convenir d'une solution pragmatique qui mette en oeuvre le Brexit», a-t-elle insisté.

Mme May s'appuie sur un amendement voté mardi au Parlement qui demande des «arrangements alternatifs» au «filet de sécurité» (ou backstop), une clause controversée, côté britannique, visant à éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande.

Mais Bruxelles lui a jusqu'ici opposé un refus catégorique, réitéré dimanche par Berlin. «Si les Britanniques veulent éviter un Brexit désordonné, notre offre est sur la table», a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à des médias allemands. «Nous avons négocié un accord de Brexit équitable.»

La reine évacuée?

Theresa May s'est engagée à faire voter un accord remanié «dès que possible». Dans le cas où elle ne l'obtiendrait pas d'ici au 13 février, les députés voteront le 14 février sur la suite à donner au Brexit.

Mais à moins de deux mois de l'échéance, un échec pourrait entraîner une sortie sans accord, une hypothèse redoutée par les milieux économiques.

Les relations économiques entre Bruxelles et Londres seraient alors régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), bien moins avantageuses que le dispositif actuel, basé sur la libre circulation des biens.

«Nous serions capables de gérer un tel scénario mais il ne serait pas dans notre intérêt de s'engager sur cette voie», a déclaré le ministre du Commerce extérieur, Liam Fox, sur Sky News.

L'annonce de Nissan est la dernière d'une série de mauvaises nouvelles accablant l'économie britannique.

Fin janvier, Airbus a averti de décisions «très douloureuses» en cas de Brexit sans accord, tandis que Sony a décidé de déménager son siège européen hors du pays.

Le britannique Jaguar Land Rover a prévu d'arrêter sa production pour une semaine en avril, et Toyota a également prévenu d'une interruption temporaire de sa production en cas de Brexit dur.

Le Sunday Times évoque lui un projet d'évacuer la reine Elizabeth II de Londres en cas d'émeutes provoquées par un no deal. Interrogé par l'AFP, le palais de Buckingham n'a pas commenté.