Arts et spectacles

Jean-François Royal quitte le Musée des religions

Trois-Rivières — Le directeur du Musée des religions de Nicolet (MRMN) Jean-François Royal quittera son poste actuel le 5 octobre prochain pour relever un nouveau défi professionnel en devenant directeur du Musée Marguerite-Bourgeois/Chapelle Notre-Dame-de-Bon Secours. La nouvelle a été annoncée mercredi après-midi par le biais d’un communiqué.

L’identité de son successeur n’est pas connue et un processus de sélection est donc entamé. Jean-François Royal a indiqué qu’il ne remplirait plus de fonction administrative pour le musée nicolétain à partir du 5 octobre, mais qu’il donnera un coup de main pour assurer la transition jusqu’à ce qu’un successeur soit officiellement nommé.

Il a justifié sa décision en indiquant qu’en treize ans à la tête de l’institution, il estimait avoir fait le tour du jardin et être mûr pour relever un nouveau défi qui s’annonce exaltant puisqu’au Musée Marguerite-Bourgeois s’ajoute une Chapelle historique ainsi qu’un un site archéologique. La direction de l’établissement s’est également donné comme mission de le positionner comme un des dix plus beaux attraits touristiques de Montréal.

Royal n’a même pas présenté sa candidature puisque c’est la direction du musée montréalais qui l’a contacté directement pour lui demander s‘il pouvait être intéressé à relever ce défi. Début août, il a rencontré les responsables et les a convaincus puisqu’on lui a confié le poste. Le Musée Marguerite-Bourgeois n’a plus de directeur permanent depuis trois ans. Jean-François Royal s’était même demandé à l’époque si l’emploi pouvait l’intéresser. «À ce moment-là, je n’étais pas prêt à relever le défi, indiquait-il au Nouvelliste mercredi après-midi. Il y avait des choses que je voulais faire ici à Nicolet. Aujourd’hui, le contexte est différent. J’avoue que je suis un peu essoufflé. Il me sera difficile de continuer à être créatif tout en évitant de me répéter au Musée des religions du monde. Comme il se passe beaucoup de choses au Musée Marguerite-Bourgeois et qu’un projet d’agrandissement est dans les plans, c’est très stimulant.»

Arts et spectacles

Culture 3R: 57 500 spectateurs pour la programmation estivale

Trois-Rivières — Culture 3R a procédé à un bilan positif à tous égards pour son été 2018. L’organisme a estimé à 57 500 personnes le nombre de participants à l’ensemble de ses activités qu’elles soient gratuites ou payantes, à l’extérieur comme en salles.

De ce nombre, on estime à pas moins de 32 000 ceux qui ont pris part aux diverses activités offertes dans le seul domaine du patrimoine. Les trois spectacles majeurs présentés à la salle Thompson, c’est-à-dire ceux de l’humoriste Martin Vachon en rodage, le Britishow et Belles-Soeurs ont, à eux trois, attirés 11 500 spectateurs, un chiffre qui révèle un taux d’occupation de la salle qui satisfait pleinement les dirigeants de Culture 3R. 

Par ailleurs, Boréalis, pour trois mois d’activité, a reçu 24 500 visiteurs soit pratiquement la moitié de son achalandage annuel.

Seule ombre au tableau, et ce, malgré l’incontestable succès connu par les vélos musicaux, on déplore le vol du système sonore de l’installation située au parc Pie XII qui a eu lieu en début de semaine. Cela met donc fin prématurément à l’activité mais il est cependant trop tôt pour dire si cela remet en question sa reprise l’été prochain. Il s’agissait de la seule station du genre installée entre Montréal et Québec.

La programmation de 2018 s’est caractérisée non seulement par la variété de l’offre mais également par son étendue géographique alors que des activités se sont ajoutées dans l’axe est-ouest de la ville. Ainsi, on a inauguré un septième piano public au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac. Du même coup, dans la portion est du territoire, on a noté une recrudescence intéressante de la fréquentation du côté de la Maison Rocheleau du secteur Cap-de-la-Madeleine où le potager urbain a attiré beaucoup de citoyens, près de la moitié de tous les visiteurs y étant pour voir ou entretenir ce potager.

Plusieurs activités établies ont connu un été exceptionnel profitant notamment d’une température idéale. On pense ici au Cinéma de l’île dont on dit qu’il a attiré un plus grand nombre de familles que par le passé de même qu’un nombre impressionnant de nouveaux arrivants ou au théâtre extérieur aussi bien dans les jardins du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap qu’à l’île Saint-Quentin. 

La diversité des propositions, autant dans les nouveautés que dans les activités établies a sans doute joué dans le succès de l’été 2018. On a habillé d’œuvres d’art certaines vitrines de locaux vacants dans le centre-ville, installé des placotoirs urbains sur les rues Badeaux et Notre-Dame, présenté un spectacle de blues à l’église St. James pendant Trois-Rivières en Blues, présenté un spectacle de danse extérieur autour d’un piano public, etc. 

«Je pense qu’on a offert un très bel équilibre entre la nouveauté et la continuité dans notre programmation, expliquait la directrice générale de Culture 3R Nancy Kukovica. Nous sommes très satisfaits de la participation du public qui est en constante augmentation d’année en année, et ce, peu importe qu’on ait plus ou moins d’activités au programme. Les spectacles de Martin Vachon ont été presque remplis à chaque représentation alors qu’on a eu une moyenne autour de 800 spectateurs par soir pour Belles-Soeurs alors c’est vraiment excellent. La très belle température n’a pas éloigné le public des salles.» La directrice ne peut faire de comparaisons avec l’année dernière parce que le nombre de représentations n’était pas le même. 


Télé et radio

«XOXO», chest, bras

CHRONIQUE / Si «XOXO» représente la nouvelle ère de la téléréalité, ce n’est pas sur l’apparence de ses candidats qu’on verra la différence, croyez-moi. Les cinq mâles de la nouveauté de TVA, qui commence mercredi à 19h30, pourraient tous danser au 281. Et les 26 filles qui les convoitent pourraient à peu près toutes travailler comme mannequins.

Même si le genre m’indiffère totalement, j’étais curieux de voir à quoi rimait cette réplique de TVA à Occupation double. Compliqué, XOXO? Il faut admettre qu’une fois la première terminée, on comprend assez bien le concept. Sachez que les trois conseillers, l’artiste peintre et ex-lofteuse Elisabetta Fantone, M. Beachclub, Olivier Primeau, et le styliste Cary Tauben auront chacun leur équipe de filles, qu’ils appuieront dans l’organisation d’événements pour appâter les mâles. Des conseillers, il est clair que Tauben se démarquera par son exubérance et sa spontanéité. En français, l’artiste anglophone s’exprime en peu de mots et rappelle étrangement le chroniqueur artistique de l’époque disco Coco Douglas Léopold. «Je t’aime et je veux toi dans mon groupe!» dit-il à une candidate. Jamais un mot méchant, toujours adorable. Chaque conseiller a un penthouse, décoré à son goût, qui sera habité par les filles. Dans celui de Cary Tauben, les armoires sont léopard, à l’image du personnage.

Arts et spectacles

Huit propositions pour aider la culture

TROIS-RIVIÈRES — La culture s’est invitée mardi dans une campagne électorale dont elle a été pratiquement absente depuis le début. On doit ce rappel à l’ordre à Culture Mauricie qui a exposé huit propositions au prochain gouvernement afin d’optimiser le développement de ce secteur dans la région.

Par ailleurs, on a demandé à quatre candidats régionaux représentant les quatre principaux partis de dire ce qu’ils comptent faire pour soutenir le secteur de la culture et des arts en Mauricie. Les réponses ont été enregistrées sur vidéo et diffusées sur YouTube et les plateformes numériques de Culture Mauricie.