Yves Duteil

Yves Duteil: la force intemporelle de la bienveillance

TROIS-RIVIÈRES — Yves Duteil s’est fait plus rare au cours des dernières années à cause d’un problème de santé majeur qui l’a amené à ouvrir son cœur une fois de plus, mais cette fois, littéralement. Rassurez-vous: il va désormais très bien. Même que l’an dernier, quand il a lancé Respect, son plus récent album, il n’était pas question qu’il ne vienne pas le présenter lui-même au Québec, sa patrie de cœur, justement.

Sa tournée québécoise d’une durée d’un mois, débutera le 16 mars et son inévitable arrêt à Trois-Rivières aura lieu le 23 au Théâtre du cégep.

«Vous le savez, le Québec a toujours été important pour moi et c’est ainsi depuis les années 70, se remémore-t-il au bout du fil depuis l’Hexagone. Nous avons quelque chose en commun, le public québécois et moi: une émotion, une vibration, même, je dirais. Je n’ai jamais pu l’expliquer vraiment mais le partage est instantané avec vous et la jubilation est réciproque. Sincèrement, j’attends cette tournée avec fébrilité.»

Son spectacle, présenté avec trois musiciens sur scène, se partagera moitié-moitié entre des chansons de Respect et les classiques de son répertoire. «J’ai très envie de partager mes nouvelles chansons avec le Québec mais en même temps, il y a des chansons qui sont des jalons dans ma carrière, des chansons que le public connaît et aime et dont je ne me suis moi-même jamais lassé.»

«Je n’ai pas l’impression de les «rechanter» parce que je les sens toujours actuelles. Je vois bien qu’elles évoquent quelque chose pour le public d’aujourd’hui comme elles le faisaient il y a plusieurs années. Elles ont simplement pris davantage de sens pour moi avec le temps.»

Yves Duteil est demeuré admirablement fidèle à lui-même à travers les décennies et son nouvel album, animé de références à différents rythmes et courants musicaux, en témoigne. À 69 ans, l’auteur et compositeur est toujours, et plus que jamais, l’apôtre de la bienveillance et d’une aspiration simple et vraie au bonheur. Or, dans le monde qui est le nôtre, marqué partout par l’intolérance, le cynisme, par la «déperdition du respect», comme il le dit, son approche n’a peut-être jamais été aussi pertinente; précieuse, même. «Je ne sais pas trop si je suis à contre-courant ou si, au contraire, je suis précisément dans le courant puisqu’on perçoit clairement des réactions contre certains excès. Nous vivons partout des bouleversements profonds qui nous déstabilisent. Il y a moins d’attentats terroristes chez vous mais il y en a eu et c’est en Amérique qu’est né le mouvement #metoo. Il y a une exigence de respect chez vous au même titre qu’en Europe.»

«Beaucoup pensent que la bienveillance, c’est quétaine, fleur bleue. Mais moi, j’estime qu’il y a une impérieuse nécessité de bienveillance dans ce monde: c’est à la base même des rapports humains. Quand on voit tout ce qui s’écrit et se dit sur les réseaux sociaux sous le couvert, souvent, de l’anonymat, quand je vois la malveillance qui gagne de plus en plus de terrain, je me pose en résistant. Je crois qu’il faut être très fort pour arriver à opposer la sensibilité et la gentillesse à la violence ou à l’indifférence ambiante.»

Pour avoir côtoyé la mort un moment, il a compris le besoin de définir son rôle sur cette Terre. «Quand on est un rêveur de nature, une épreuve ne donne pas envie d’arrêter de rêver, bien au contraire. Moi, c’est par la poésie et la chanson que je m’exprime mais ça reste l’expression d’une voix unique qui se manifeste et qui en rejoint d’autres.»

À ses yeux, la culture, l’art, la musique demeurent des éléments constituants de la nature humaine. «Ce sont des traces qui permettent de dire que chacun de nous a existé en ce monde. C’est ce qu’il reste de nous. C’est en cela que je crois que la culture, c’est bel et bien ce qui reste quand on a tout oublié. Je sais l’importance que vous donnez à la culture chez vous et c’est probablement un indice qui explique que j’arrive si bien à communiquer avec les Québécois.»

«Quand les lumières s’éteignent dans la salle de spectacle, quelque chose se produit qui est indéfinissable. J’estime que les humains sont nés pour l’échange et je sens quand, à travers un regard, un geste, le public entre dans un échange intime avec moi. C’est alchimique, mystérieux, mais c’est bien là et c’est ce que je recherche en montant sur la scène. Je le retrouve chez vous. C’est vrai que la tournée va être intense avec 23 spectacles en 34 jours mais ce ne sera pas qu’une dépense d’énergie. Ce ne sera pas une vraie fatigue. Dans ce contact avec le public, je vais aussi faire le plein.»

Arts et spectacles

Théâtre des Gens de la place: les mots, la famille et la mort

CRITIQUE / Le silence qui précède l’avalanche a une pureté exacerbée par le chaos qu’il annonce. Le dépouillement sonore qui a amorcé la pièce Le chemin des Passes-Dangereuses du Théâtre des Gens de la place jeudi soir avait cette qualité annonciatrice. Tout en douceur, les comédiens apparaissaient dans cet espace vide de son qu’ils envahissaient tranquillement de ce texte multicouche. Comme un petit ruisseau, puis comme une rivière, les mots glissent et virevoltent, légers au début.

Le cœur de la soirée est sans contredit ce texte, cette oeuvre, ce bijou de Michel Marc Bouchard. Un déversement de mots qui gronde et qui charrie toute cette émotion refoulée, étouffée, prête à exploser.

Arts et spectacles

HangARTS publics les 21 et 22 septembre

Louiseville — La MRC de Maskinongé annonce la troisième édition de l’événement HangARTS publics les 21 et 22 septembre prochains de 10 h à 16 h.

De Saint-Justin à Saint-Mathieu-du-Parc, et de Saint-Alexis-des-Monts à Yamachiche, une vingtaine d’artistes et artisans ouvriront leur atelier au public lors de ces journées culturelles du type «route des arts». À chaque arrêt, l’artiste ou l’artisan accueillera les visiteurs en parlant de son métier ou de son art et en expliquant comment il crée ses oeuvres. Certains feront même des démonstrations de leur processus de création.

Arts et spectacles

«On a promis à Audrey de continuer»: soirée d’humour Guérire le 5 octobre prochain

Trois-Rivières — «On a promis à Audrey de continuer.» C’est cet engagement qu’ont pris la mère d’Audrey Gélinas, Josée St-Amand, ainsi que les proches de la jeune femme qui est décédée le 27 juillet dernier après avoir livré un long combat contre la maladie.

Ces derniers n’ont pas attendu longtemps avant de passer de la parole aux actes. Rapidement après avoir accompagné la femme de 21 ans jusqu’à son dernier repos, ils ont décidé d’organiser la deuxième édition de la soirée d’humour Guérire, qui se tiendra le 5 octobre prochain à l’auditorium de l’école secondaire Des Chutes de Shawinigan. Ils ont d’ailleurs convaincu les humoristes Dominic Paquet, Guy Bernier [qui travaille également à l’organisation du spectacle], Marko Métivier, Joanie Duquette et Dave Gaudet de s’y produire gratuitement afin d’amasser des fonds pour le Fondation Charles-Bruneau. La jeune combattante qui était atteinte du syndrome de Rothmund-Thomson, une maladie dégénérative rare qui provoque un affaiblissement du système immunitaire, des anomalies squelettiques, d’importants problèmes de peau et un risque accru de cancer avait organisé la première édition de l’événement ainsi que plusieurs autres activités depuis 2009 afin de soutenir la même cause, ainsi qu’Opération Enfant Soleil.

Arts et spectacles

Mario Pelchat sur scène pour la Fondation Albatros

Trois-Rivières — Le spectacle-bénéfice de Mario Pelchat présenté jeudi soir à l’Amphithéâtre Cogeco au profit de la Fondation Albatros sera assurément teinté par l’épreuve personnelle que traverse l’artiste. Mario Pelchat a révélé il y a quelques jours dans un vibrant témoignage publié sur les réseaux sociaux que sa mère vivait ses derniers moments.

«Ce soir mon âme tout entière souffre, ma tendre maman s’est installée dans ce qui vraisemblablement sera... sa dernière demeure ici bas», a écrit l’artiste le 14 septembre, une publication qui a été partagée plus de 1200 fois.

Arts et spectacles

Théâtre des Gens de la place: petite équipe, grand texte

Trois-Rivières — Certaines choses ne doivent pas être précipitées, une période de maturation s’avère nécessaire pour qu’elles atteignent leur plein potentiel. Pour Patrick Lacombe, il a fallu quatre ans pour que le texte de Michel Marc Bouchard, Le chemin des Passes-Dangereuses, parvienne à ce mûrissement optimal. En quatre ans, le texte n’avait pas changé, bien entendu, mais la perspective du metteur en scène oui.

«Je pense que plusieurs expériences dans ma vie ont fait en sorte que je me suis rendu compte des différents problèmes de communication que je pouvais avoir ou que d’autres pouvaient avoir également. La fragilité de la vie aussi, en général... Mon père est décédé l’an dernier assez rapidement. Ce processus-là de la mort était nouveau. Je n’avais pas eu cette communication-là avec la mort. Ce n’est pas juste ça mais ça fait partie de cette réflexion.»

Arts et spectacles

La Pause littéraire a 5 ans

La Pause littéraire sera au centre Les Rivières les 21 et 22 septembre. Plusieurs activités seront au programme dont une table ronde le dimanche à 15 h 20 et une vente de livres mystères dont les profits iront à la Fondation Cédrika-Provencher. Plusieurs auteurs seront sur place dont Martin Larocque, Guillaume Morrissette, François St-Martin et Marc Bruneau. Sur la photo, on reconnaît Marie-Claude Guay, présidente, Judith Bastien, trésorière et JMR Martin.

Arts et spectacles

Les arts en bref

Rencontre avec David Goudreault

Le Trifluvien d’origine David Goudreault sera de passage à la Librairie Poirier de Trois-Rivières le 20 septembre à 18h, à l’occasion du lancement de son plus récent roman Ta mort à moi publié aux Éditions Stanké. La rencontre sera animée par Patricia Powers. Il est possible d’obtenir plus d’information au 819 379-8980.

Arts et spectacles

Dumas en première partie des Cowboys Fringants

TROIS-RIVIÈRES — L’auteur-compositeur-interprète Dumas réchauffera la foule de l’Amphithéâtre Cogeco le 20 septembre prochain avant le spectacle Octobre des Cowboys Fringants.

Dumas présentera en ouverture son concert solo Nos idéaux qui se veut un événement son et lumière. Ce spectacle des Cowboys Fringants à l’Amphithéâtre Cogeco est en quelque sorte un clin d’œil à l’été qui se termine lors de laquelle le Cirque du Soleil a présenté Joyeux Calvaire, un hommage ce groupe québécois. Mardi, il restait encore quelques billets à amphitheatrecogeco.com.

Arts et spectacles

ADISQ: Fred Pellerin en nomination pour l’album de l’année

MONTRÉAL — Le chanteur Les Louanges – alias Vincent Roberge – et la pianiste Alexandra Stréliski partiront favoris lors du prochain gala de l’ADISQ, dont les nominations étaient dévoilées mardi. La région serait à nouveau bien représentée lors de ce gala, alors que des artistes, des artisans ou des œuvres inspirés d’une grande chanteuse de la Mauricie récoltent six nominations.

Les Louanges obtient ainsi six nominations artistiques grâce à son album La nuit est une panthère, soit dans les catégories de l’album alternatif de l’année, de l’album de l’année (choix de la critique), de l’auteur ou compositeur de l’année, de la chanson de l’année, de la révélation de l’année et de la vidéo de l’année. Son projet artistique fait également l’objet de trois nominations industrielles.

Arts et spectacles

Des journées de la culture animées à Shawinigan

TROIS-RIVIÈRES — Les 23es Journées de la culture à Shawinigan offrent l’occasion de découvrir ce qui anime la vie culturelle et artistique du centre de la Mauricie.

Du 27 au 29 septembre prochain, pas moins de 20 collaborateurs de Culture Shawinigan ont préparé les 26 activités culturelles accessibles gratuitement qui se dérouleront sous le thème de la rencontre. Le Centre des arts accueillera Par-delà-la rivière, une œuvre sculpturale collective imaginée par l’artiste Myriam Fauteux, de même qu’une exposition de photos présentée par le TRÀSH - Travail de rue à Shawinigan ainsi qu’une rencontre organisée par les bibliothèques de Shawinigan avec Fred Pellerin animée par Patricia Power. Il sera également possible lors des Journées de la culture d’essayer des instruments de musique, d’assister à une répétition publique et à des prestations musicales, de prendre part à un atelier participatif de sérigraphie ou encore de goûter à l’improvisation, à la danse et aux percussions en plus de découvrir le patrimoine de Shawinigan. L’ensemble de la programmation des Journées de la culture est accessible au www.cultureshawinigan.ca

Arts et spectacles

Des visiteurs fidèles à la Biennale d'estampe

TROIS-RIVIÈRES — C’est sur une note joyeuse que la Biennale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières a conclu sa 11e édition qui a offert une vitrine privilégiée à 53 artistes provenant de 21 pays. Durant douze semaines, les visiteurs ont pu avoir accès aux œuvres mais également aux artistes par une dizaine de miniconférences.

Cette année, aux quatre lieux de diffusion investis par l’organisation, s’ajoutaient l’Espace 11e BIECTR et le Musée d’art de Joliette. En tout, ce sont 14 210 entrées qui ont été enregistrées à ces endroits. C’est particulièrement du côté du Circuit d’expositions et d’activités parallèles que le succès a été marquant selon la directrice générale et artistique, Élisabeth Mathieu, alors que 70 000 visiteurs ont été comptabilisés dans les offres faites avec de nombreux partenaires de Trois-Rivières, Champlain, Nicolet et Victoriaville. Ainsi, il est difficile de comparer cette édition aux précédentes mais avec 84 000 personnes rejointes dans le cadre de cette édition, l’organisation se disait satisfaite. Mme Mathieu mentionnait que ce nombre était similaire à ceux des années passées et qu’il met en relief une donnée beaucoup plus importante, celle des visiteurs qui reviennent. «Dans notre exercice, la progression c’est une chose, mais la fidélité des visiteurs, c’est ça qui est important. On le sait qu’ils vont revenir dans deux ans. Notre clientèle est composée de fidèles que j’ai la chance de rencontrer dans différents lieux d’exposition et ils sont capables de comparer avec les éditions précédentes.»

Arts et spectacles

Les arts en bref

Le meilleur ketchup maison

Dans le cadre du Marché public de Trois-Rivières, le Musée POP organise un concours pour connaître le meilleur ketchup maison de Trois-Rivières. Le ketchup gagnant sera dévoilé le 26 septembre à 16 h et tous sont invités à y assister. Chaque participant doit présenter un pot de ketchup fait à partir de fruits et/ou de légumes du Québec, d’un minimum de 500 ml, stérilisé et scellé, qui devra être identifié adéquatement avec son nom et ses coordonnées. Le pot et la recette écrite devront être livrés au Musée POP entre 10 h et 14 h le 26 septembre, jour du concours. L’inscription au concours est gratuite et doit se faire avant le 22 septembre à 16 h. L’inscription se fait en ligne au https://museepop.ca/activites/calendrier-d-activites/concours-de-ketchup-maison. La personne gagnante recevra une paire de billets pour le spectacle de Patrick Groulx au Théâtre du cégep de Trois-Rivières, un certificat-cadeau d’une valeur de 30 $ à la ferme La Chouette Lapone, un sac réutilisable du Musée POP et un laissez-passer familial pour le Musée. Par ailleurs, le marché public se poursuit jusqu’au 3 octobre.

Actualités

L'exposition Duplessis revisitée au Musée Pierre-Boucher

Le Musée Pierre-Boucher procédait dimanche au vernissage de son exposition Le ciel est bleu, l’enfer est rouge, qui commémore le 60e anniversaire du décès de Maurice Duplessis. Pour l’occasion, la salle d’exposition permanente sur l’ancien premier ministre québécois a été mise à jour et une seconde a été aménagée, présentant des artefacts et documents de la période 1950 à 1959. Les visiteurs du musée auront ainsi l’occasion de découvrir de nombreux objets ayant appartenu à M. Duplessis et qui n’avaient jusqu’à présent jamais été montrés au public. L’exposition a pour but de faire découvrir l’homme derrière le politicien, selon la directrice générale du Musée, Andrée Brousseau (sur la photo). 

Arts et spectacles

Spectacle de Mario Pelchat au profit de la Fondation Albatros: «C’est tellement une cause importante»

TROIS-RIVIÈRES — Il ne reste que quelques jours avant le spectacle de Mario Pelchat au profit de la Fondation Albatros, le 19 septembre prochain, à l’Amphithéâtre Cogeco. Les intéressés par ce spectacle, un hommage à Charles Aznavour, peuvent toutefois encore se procurer des billets d’ici jeudi soir.

Les portes de l’Amphithéâtre s’ouvriront à 18 h 30 et le spectacle débutera à 20 h. La première partie sera assurée par Laurence Jalbert, qui présentera des extraits de son nouvel album, Au pays de Nana Mouskouri. Mario Pelchat montera ensuite sur les planches, accompagné de 12 musiciens.

Arts et spectacles

Éric Lapointe sera à l’Amphithéâtre en 2020

Trois-Rivières — La Corporation des Événements de Trois-Rivières a annoncé vendredi qu’Éric Lapointe sera en spectacle à l’Amphithéâtre Cogeco le 4 septembre 2020. Le rocker présentera alors son spectacle Délivrance.

Le spectacle fait partie de la tournée qui a suivi le lancement de l’album Délivrance, huitième opus de l’auteur, compositeur et interprète, lancé en 2018. Il se veut une célébration des femmes, constante source d’inspiration pour Éric Lapointe. Un seul mois après sa sortie, cette galette s’était vendue à plus de 40 000 exemplaires ce qui en a fait le premier album canadien certifié Disque d’or en 2018.

Arts

Renée Martel fait sa fête à Saint-Tite

SAINT-TITE — Les amoureux du Festival western de Saint-Tite et de la musique country étaient conviés au spectacle La fête à Saint-Tite, samedi soir, au Country Club Desjardins. Ils ont répondu en grand nombre à cette invitation lancée par Renée Martel, une fidèle du Festival, qui en assurait la mise en scène.

Si les spectateurs ont entendu une déclaration d’amour, sous la forme de chansons, de la dizaine d’artistes invités par Renée Martel, ils en ont également profité pour en faire une à cette dernière. Le spectacle s’est ouvert sur un medley de pièces du répertoire country et populaire québécois, interprétées tour à tour par Paul Daraîche, Laurie Leblanc, Manon Bédard, Laurence Jalbert, Annie Blanchard, Yves Lambert et, Marc Hervieux. Ils ont été rejoints par Renée Martel, qui tenait à monter sur scène malgré son affaiblissement causé par la chimiothérapie. 

Le cancer contre lequel doit à nouveau se battre la chanteuse n’a pas été abordé de front par les artistes. Le thème était toutefois bien présent: quelques minutes avant le début du spectacle, un extrait d’une entrevue où Renée Martel aborde sa lutte contre la maladie a été projeté sur les écrans, de chaque côté de la scène. Chanteurs, chanteuses et musiciens portaient également le ruban rose, symbole de soutien aux victimes du cancer du sein et à la recherche sur cette maladie. Rappelons que la reine du country québécois a déjà dû combattre un cancer du foie il y a plusieurs années. 

Même si elle ne débordait pas d’énergie - ce qui se comprend parfaitement en raison de sa maladie et des traitements - la septuagénaire était tout sourire et a été accueillie en reine par le millier de spectateurs qui se sont déplacés pour la voir. Renée Martel tenait à être présente, même si elle a dû annuler sa tournée estivale. Il était d’ailleurs loin d’être garanti que son état de santé lui permettrait de monter sur les planches. Elle a heureusement pu faire honneur à la foule de sa présence à plusieurs reprises au cours du spectacle. 

Les invités ont enchaîné les pièces, tirées du répertoire country. L’Acadie était bien représentée, avec la présence d’Annie Blanchard et Laurie Leblanc. Les Saint-Titiens ont aussi reçu l’une des leurs, Manon Bédard. «C’est toujours un plaisir de venir chanter dans ma ville natale, surtout quand on est invitée par la plus grande dame du country», a-t-elle déclaré, avant d’entonner Ô, cher, veux-tu venir danser. 

Le spectacle de samedi proposait un heureux et réussi mariage entre la musique country et folklorique. Cette union s’est concrétisée dans le medley d’ouverture, puis avec Yves Lambert, ex-membre de la Bottine Souriante. Accordéon en main, le sympathique barbu a réussi à mettre une ambiance d’enfer en interprétant Dans nos vieilles maisons. Il a ensuite été rejoint par Renée Martel et a accompagné celle-ci sur la chanson La belle Gaspésie. 

La fête que souhaitait voir Renée Martel aura mis un peu de temps à lever. Peut-être en raison du confort des sièges ou de la succession rapide d’artistes, mais en tout cas, pas par un manque de générosité de ces derniers. Ce n’est que lorsque Laurence Jalbert est montée sur scène, dégageant une contagieuse énergie, que la foule a commencé à montrer sérieusement son appréciation de la soirée . 

L’ambiance a continué à s’électriser avec la prestation d’Yves Lambert et Marc Hervieux en a rajouté une couche, persuadant même les spectateurs de se lever de leur siège. Le ténor a interprété Suspicious Minds, avant de clore la première partie du spectacle avec Mille après mille, accompagné de Paul Daraîche. 

Les Frères à ch’val ont apporté leur couleur bien singulière au retour de l’entracte, enchaînant trois pièces de leur répertoire. Les artistes de la première partie du spectacle sont ensuite revenus tour à tour, avec deux autres duos de Marc Hervieux et Paul Daraîche, avant que tous se rejoignent pour entonner les trois dernières pièces de la soirée. 

Renée Martel avait promis une fête à Saint-Tite et à ses festivaliers pour clore le volet musical de cette 52e édition, et elle a livré la marchandise, avec l’aide de ses généreux invités. Même si le public semble avoir pris un peu de temps à se laisser séduire, il n’y a aucun doute qu’il en a pleinement profité, en fin de compte. 

Arts et spectacles

Saint-Tite, c’est sacré pour Renée Martel

TROIS-RIVIÈRES — Personne n’a jamais mis en doute l’attachement de Renée Martel pour le Festival western de Saint-Tite et vice-versa, mais la chanteuse en fait cette année une preuve tout à fait émouvante. Aux prises avec un cancer du sein diagnostiqué en juin dernier, elle a annulé tous les spectacles d’une tournée prévue pour 2019 et 2020 mais a refusé d’annuler celui qu’elle met en scène à Saint-Tite et qui sera présenté le samedi 14 septembre au Country Club Desjardins.

«Quand est venu le moment de prendre la décision d’annuler mes spectacles pour 2019, ça m’a fait mal au cœur mais je savais que c’est ce qu’il fallait faire, commentait-elle la semaine dernière en entrevue téléphonique avec Le Nouvelliste. Quand il a été question de Saint-Tite, je n’étais tout simplement pas capable d’annuler; ça me faisait trop mal au cœur. Alors, j’ai prévu un plan A, un plan B et un plan C pour être sûre que je puisse y aller peu importe les circonstances.»

Arts et spectacles

La recette infaillible de Marc Martel et The Ultimate Queen Celebration

TROIS-RIVIÈRES – Dans une fraîcheur cruellement automnale devant 3500 personnes, Marc Martel et The Ultimate Queen Celebration ont fait revivre le temps d’une soirée non seulement un groupe mythique, mais toute une époque dont le public a savouré chaque souvenir.

Évidemment, il n’existe pas de formule infaillible pour faire d’un spectacle un très gros succès mais l’approche de The Ultimate Queen Celebration en est diablement près. Un groupe mythique des années 70, 80 et 90 qui a marqué à jamais l’imaginaire des baby boomers et dont on reproduit au moindre détail près le son. Vous y ajoutez un chanteur dont la voix se confond avec celle du soliste du groupe en question et vous offrez un spectacle dans lequel on reprend presque tous les plus grands succès de la formation.

Arts et spectacles

Raconter pour unir

TROIS-RIVIÈRES — La MRC de Bécancour a lancé avec beaucoup de fierté jeudi dernier la toute première publication de son histoire, un recueil de contes intitulé À villages découverts.

Ce recueil est l’œuvre conjointe du conteur Marc-André Fortin et de l’illustrateur Guillaume Demers et son origine nous fait reculer plusieurs années dans le passé. En 2012, en effet, la MRC de Bécancour a approché le conteur Fortin pour composer des histoires inspirées d’anecdotes ou de faits divers pour chacune des municipalités du territoire. Le projet portait alors le nom de Si la MRC m’était contée... et s’est traduit par quatre représentations d’un spectacle mettant en scène le conteur d’origine bécancouroise.

Arts et spectacles

Qw4rtz à Saint-Tite: professionnels et impressionnants, comme toujours

SAINT-TITE – Le Festival western prenant de plus en plus d’ampleur avec les années, il faut bien gérer la croissance à plusieurs niveaux incluant dans le contenu artistique. Confier un spectacle au groupe a capella Qw4rtz jeudi soir relevait de cette mission.

Avec quelque chose comme 700 spectateurs, le groupe trifluvien a certes attiré une plus petite foule que ne l’avait fait Guylaine Tanguay la veille mais il a été fidèle à lui-même en présentant un spectacle extrêmement professionnel, impeccablement peaufiné pour faire découvrir à plusieurs une spécialité méconnue mais combien impressionnante.

Arts et spectacles

Les arts en bref

Improvisation à Louiseville

La Ligue d’improvisation de Louiseville et des environs (LILE) amorcera sa troisième saison avec son camp de recrutement le 28 septembre prochain à l’école secondaire L’Escale de Louiseville à 19 h. Ce camp de recrutement est ouvert à tous les amateurs et passionnés d’improvisation, de tous les niveaux, âgés de 15 ans et plus. Pour une 4e année, la LILE invite les fanatiques d’improvisation à se joindre aux nouveaux capitaines pour la saison 2019-2020 afin de créer les équipes. Les équipes seront dévoilées lors du match d’ouverture du 4 octobre à 19 h 30. Par ailleurs, la LILE est toujours à la recherche de bénévoles afin de faciliter le déroulement des matchs. Les parties ont lieu les vendredis soirs à 19 h 30 à l’école secondaire L’Escale de Louiseville. Pour plus d’informations sur la programmation, on peut consulter la page Facebook de la ligue.

Arts et spectacles

Un été Culture Trois-Rivières: au-delà des chiffres, la satisfaction

Trois-Rivières — La fin de l’été aura au moins un effet positif, un bilan réjouissant pour la campagne Un été Culture Trois-Rivières qui en était à sa première édition. Il faut dire que le rayonnement culturel a atteint des sommets autant dans son étendue géographique que dans le nombre de participants, visiteurs et spectateurs.

En effet, ce sont 62 000 personnes qui ont pris part à l’une ou l’autre des nombreuses activités qui étaient proposées.

Arts et spectacles

Mario Pelchat chante pour Aznavour et pour la cause

Trois-Rivières — Mario Pelchat complète une trilogie d’hommages aux grands noms de la chanson française avec Désormais, qui rend hommage à Charles Aznavour. Michel Legrand et Gilbert Bécaud avaient précédé le populaire chanteur décédé en octobre 2018. C’est ce matériel qu’il amène à l’Amphithéâtre Cogeco pour le spectacle-bénéfice de la Fondation Albatros le 19 septembre.

Cette cause ne le laisse pas indifférent lui qui accordait cette entrevue depuis le Lac-Saint-Jean où il rendait visite à sa mère atteinte d’un cancer virulent. Il avoue comprendre mieux que jamais l’importance des maisons comme Albatros qui permettent à des personnes d’avoir accès à des soins palliatifs dans un milieu réconfortant.

Arts et spectacles

Les surprises de Guylaine

SAINT-TITE — Saint-Tite avait pris une tournure résolument automnale mercredi à cause d’une météo excentrique et ça prenait quelqu’un comme Guylaine Tanguay pour réchauffer les festivaliers.

La prima donna du country québécois est apparue sur scène précisément à l’heure convenue, mais sans musicien; elle n’y était que pour présenter Mario Pelchat qui, lui, était venu en tant que producteur présenter une invitée surprise. Un peu plus et on se retrouvait dans une pièce d’Agatha Christie. À cette différence près que cette histoire se termine très bien.

Actualités

Les aînés donneront dans le Pagliaro

Trois-Rivières — Gilles Lesage, Trifluvien d’adoption, a été chef de train au Canadien National, entre Québec et Montréal, pendant 36 ans. Les 21 et 22 septembre, il comptera parmi les 14 artistes d’un jour qui présenteront le traditionnel spectacle Place aux aînés.

M. Lesage est clarinettiste. Il ne maîtrise son instrument que depuis sa retraite et joue très bien à l’oreille dans son sous-sol, pour s’amuser. «C’est un instrument que j’ai découvert à la petite école», raconte le septuagénaire en avouant ne pas savoir lire les partitions de musique.

Arts et spectacles

Loud au Spectacle de la rentrée de l’UQTR

Trois-Rivières — Les étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) avaient droit mercredi à une soirée entièrement hip-hop à l’occasion de la 6e édition du Spectacle de la rentrée. Si la tête d’affiche de cette soirée était Loud, les milliers de spectateurs présents ont aussi pu entendre les chansons de la formation LaF ainsi que du rappeur David Lee.

Plus la soirée avançait et que le spectacle de Loud approchait, plus le site se remplissait d’étudiants. Bien qu’il y avait une majorité d’étudiants de l’UQTR dans la foule, on retrouvait aussi des étudiants des autres établissements de Trois-Rivières, mais aussi des amateurs de musique provenant du grand public. Les organisateurs s’attendaient à accueillir près de 5000 personnes pour la prestation du rappeur Loud.

Arts et spectacles

Une supplémentaire pour les Trifluviennes arrivent en ville

Trois-Rivières — Le succès du spectacle Les Trifluviennes arrivent en ville se matérialisera en supplémentaire le 21 septembre à 14 h toujours à l’église St James. Manon Brunet, Julie Massicotte et Fabiola Toupin présenteront une fois de plus ce spectacle où chanson, humour, théâtre et poésie se marient dans un hymne à Trois-Rivières.

Toutes les représentations prévues affichent désormais complet et c’est ce qui a permis l’ajout d’une deuxième représentation en après-midi le 21 septembre.

Arts et spectacles

Guylaine Tanguay, la grande vedette qui réconforte

TROIS-RIVIÈRES — La popularité croissante du country québécois francophone crée forcément ses vedettes et nul doute que Guylaine Tanguay est devenue une figure de proue de ce créneau. Sa présence à Saint-Tite pour un spectacle mercredi soir au Country Club Desjardins s’inscrit donc comme une évidence à laquelle les organisateurs du Festival western ne pourraient se soustraire sans risquer de causer une émeute chez les amateurs.

Elle-même voit Saint-Tite comme un moment privilégié dans son agenda pourtant rempli d’événements importants. «Saint-Tite, c’est tout simplement un rendez-vous annuel incontournable, explique la chanteuse. Je pourrais bien y offrir une représentation dans le cadre de ma tournée de spectacles mais pour moi, c’est trop spécial. À chaque passage, je crée un spectacle unique pour le Festival souvent avec des nouveautés que je ne fais nulle part ailleurs.»

Arts et spectacles

Prog Story de passage à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La revue musicale Prog Story s’amène au Cégep de Trois-Rivières le 14 septembre. Ce sera le premier passage en Mauricie pour la formation originaire de Québec et qui passe en revue les principaux succès du rock progressif britannique des années 70. King Crimson, Genesis, Emerson, Lake and Palmer, Pink Floyd, Gentle Giant et Yes seront au nombre des artistes dont les œuvres se retrouvent dans ce spectacle qui a déjà effectué plusieurs représentations au Québec au cours des deux dernières années.

Plusieurs images inédites sont aussi intégrées au spectacle dont la direction artistique et la mise en scène ont été confiées à Daniel L. Moisan.

Arts et spectacles

L’histoire en quelques clins d’œil

TROIS-RIVIÈRES — L’histoire de la ville de Shawinigan est désormais plus accessible que jamais aux citoyens et visiteurs en vertu de la présence d’une trentaine de panneaux du circuit d’interprétation du patrimoine répartis sur l’ensemble du territoire. Dans le cadre d’une cérémonie tenue mardi, on a officiellement dévoilé les 17 nouveaux qui prendront place sur dix sites et qui viennent s’ajouter aux treize panneaux existants déjà sur cinq autres sites.

Les plus vieux de ces panneaux avaient été inaugurés en 2012 alors que d’autres s’étaient ajoutés en 2017. Les nouveaux panneaux reprennent le design et la forme de ceux qui existaient déjà dans un effort d’uniformisation qui est allé jusqu’à utiliser les mêmes matériaux dans la confection. «Les panneaux datant de 2012 sont encore en excellent état alors, on a repris les mêmes matériaux, d’indiquer l’agente de développement du patrimoine à Culture Shawinigan Élyse Levasseur. Par ailleurs, on a été chanceux puisqu’ils n’ont pas été l’objet d’actes de vandalisme et on espère que les gens vont continuer à faire preuve d’autant de civisme.»