C’est avec un enthousiasme non dissimulé que Martin Fontaine (à gauche) et l’homme d’affaires Dany Bruneau ont annoncé officiellement leur partenariat pour donner une nouvelle vie à la salle de spectacles qui a jadis abrité le Maquisart et, plus récemment, le cabaret-spectacles Le Satyre sur la rue des Forges au centre-ville trifluvien.

Une nouvelle vie pour le Satyre

Trois-Rivières — La salle qui a longtemps abrité le Maquisart et, plus récemment, le cabaret-spectacles Le Satyre retrouvera sa vocation de salle de spectacles dès l’été 2018. L’homme d’affaires trifluvien Dany Bruneau et l’artiste de scène Martin Fontaine sont les deux partenaires dans ce projet qui va miser en grande partie sur la formule des soupers-spectacles dont Fontaine va assumer la direction artistique. Le nom de la nouvelle salle n’est pas encore connu.

Un bail à long terme (15 ans) a été officiellement signé jeudi par le duo d’entrepreneurs. La salle va faire l’objet d’importantes rénovations pour y installer un nouveau système de son et aménager le balcon en une salle VIP pouvant accueillir une quarantaine de personnes dans le plus grand confort. Pour ce qui est du parterre, il sera aussi rénové pour être en mesure d’accueillir environ 170 personnes autour de tables rondes à la façon d’un cabaret. Dans une autre configuration, on estime pouvoir accueillir près de 300 personnes debout pour certains spectacles se prêtant mieux à cette formule.

Les nouveaux locataires de la salle comptent présenter des spectacles pendant une quarantaine de semaines par année à raison d’un minimum de deux représentations par semaine. Martin Fontaine devrait lui-même être au cœur de la programmation mais pas forcément dans la peau d’Elvis Presley: il compte participer à 85 % des spectacles qui seront présentés mais surtout comme interprète de musique américaine: blues, soul, rhythm and blues, country, etc. Ce qui n’exclut pas le répertoire du King à l’occasion.

À ce stade-ci, il est difficile pour les promoteurs de prédire à quel moment ils seront en mesure d’ouvrir leur nouvelle salle mais ils espèrent être en mesure de le faire vers la fin de l’été ou au tout début de l’automne.

Un des attraits de la salle, c’est qu’une cuisine y a été aménagée par les derniers locataires de telle sorte que tout est déjà organisé pour permettre la présentation de soupers-spectacles. Puisque Dany Bruneau est déjà à la tête de la Maison de débauche, il peut d’ores et déjà affirmer que la cuisine qui y sera servie sera dans le même style que ce qui se fait dans son restaurant. «On veut d’abord faire connaître la salle comme salle de spectacles mais c’est sûr qu’à la base, c’est le concept des soupers-spectacles qui va prédominer, d’indiquer Martin Fontaine. On va d’abord prioriser des revues musicales. Je connais bien le concept pour l’avoir connu au Capitole à Québec et ailleurs au Québec et je sais que ça va bien fonctionner. Évidemment, on va s’ajuster en fonction de la demande du public mais ce que je peux dire dès maintenant, c’est qu’on va présenter à peu près exclusivement des spectacles originaux.»

Fontaine confirme qu’il avait les yeux sur cette salle depuis longtemps et que c’est quand elle s’est libérée au cours de la dernière année que son projet de se lancer en affaires a repris de l’actualité. «Ça fait huit mois qu’on travaille là-dessus, Dany et moi. En lui, j’ai trouvé l’homme d’affaires dont j’avais besoin pour m’aider à mettre tout ça sur pied. C’est un gars qui a une vision et de la rigueur.»

«J’avais fait des démarches pour louer la salle il y a quelques années et ça n’a pas abouti. J’ai compris que le timing n’était pas le bon; là, il est parfait. Ça fait une bonne dizaine d’années que je me dis que cette salle est parfaite pour le concept dont je rêve. On vise une clientèle âgée entre 35 et 75 ans. À cause de sa situation exceptionnelle entre Montréal et Québec et jouissant d’une effervescence extraordinaire, Trois-Rivières est l’endroit idéal pour attirer des gens d’un peu partout. Notre produit va être exclusif et on va occuper une place unique dans le marché. Notre but, c’est de compléter ce qui se fait déjà ici.»

Bon pour tout le monde

À ce titre, du côté de l’Amphithéâtre Cogeco dont le cabaret commençait sa saison jeudi soir, le directeur général Steve Dubé voit d’un très bon œil la venue d’une nouvelle salle de spectacle. «D’abord, c’est très agréable de voir qu’une aussi belle salle va reprendre vie au centre-ville. Ça va amener une effervescence supplémentaire et ça, c’est bon pour la communauté. Par ailleurs, ils seront dans un créneau différent de ce que nous faisons au Cabaret de l’Amphithéâtre. Ça va être simplement complémentaire.»

«Ce sera même un avantage nouveau parce qu’avec Martin Fontaine, on amène quelqu’un avec une grande notoriété et ça va attirer l’attention des gens à l’extérieur de la région. Ça veut dire davantage de touristes qui vont avoir une offre plus variée de choses à faire chez nous et des raisons supplémentaires d’allonger leur séjour ici. Ça, c’est bon pour tout le monde.»

La nouvelle salle sera ouverte à l’année autant pour la location en vue d’événements corporatifs que pour sa propre programmation, ce qui signifie qu’elle sera ouverte l’hiver dans un centre-ville nettement moins achalandé que pendant la belle saison. Ça n’inquiète nullement Dany Bruneau. 

«Ce qu’il faut, c’est proposer aux gens une bonne raison de venir au centre-ville. On va s’assurer d’avoir un contenu de qualité qui va attirer le public. La Maison de débauche fonctionne super bien en hiver parce que les gens aiment ce qu’on leur offre. Il va en être de même pour la salle de spectacles. En plus, il y a du stationnement gratuit à proximité. Les gens cherchent des endroits où ils sont sûrs d’avoir du plaisir et c’est exactement ce qu’on va leur offrir. Ça va être un endroit festif et de bon goût où il fera bon se divertir.»