Isabelle Boulay sera sur la scène de l’Amphithéâtre Cogeco pour le spectacle Toutes les femmes de ma vie de Jean-Pierre Ferland.

«Une joie d’enfant»

TROIS-RIVIÈRES — Isabelle Boulay parle de sa présence sur scène avec Jean-Pierre Ferland, dans le spectacle Toutes les femmes de ma vie, comme un «moment de grâce». Un privilège qu’elle apprécie chaque fois profondément. Bien sûr, l’effet collatéral est positif sur les spectateurs qui assistent à ces moments d’émotion puissante.

«On est là pour le public, pour partager cette joie de se retrouver et d’être en lien avec la beauté des choses. Chanter, c’est charrier plein de choses et c’est aussi les transcender. Quand on est en duo, c’est encore plus fort. C’est comme un numéro de funambule. On doit être là l’un pour l’autre, l’un avec l’autre, mais aussi avec le public parce qu’il fait toujours partie du numéro.»

«C’est vraiment un partage, une reconnaissance. C’est grâce à l’histoire et à la place que les chansons ont prise dans le cœur du public qu’on peut vivre des moments uniques comme ceux-là. Je suis extrêmement ravie de monter sur scène avec Jean-Pierre. Pour moi, c’est toujours une joie d’enfant», raconte celle qui partagera également la scène avec Diane Tell, Nanette Workman, Luce Dufault et Julie Anne Saumur, entre autres.

L’œuvre de Ferland embellit depuis longtemps la vie d’Isabelle Boulay qui a rencontré le monument de la chanson québécoise à l’aube de la vingtaine à l’occasion d’un Téléthon Enfant Soleil. «J’étais tellement impressionnée de chanter avec cet homme-là.»

Encore aujourd’hui, son admiration et son affection ne s’affadissent pas. «C’est un bonheur de partager la scène avec lui qui a toujours eu une élégance particulière et l’espièglerie des enfants. Dans ses yeux, Jean-Pierre a toujours la jeunesse éternelle. Quand je le regarde, je ne peux pas m’empêcher de penser à l’ensemble de son parcours. C’est un chanteur de charme et il a une tonne d’histoires incroyables à raconter sur le métier.»

«Je le côtoie depuis plusieurs années et c’est quelqu’un qui n’a pas changé. Il est toujours resté le même.» Ainsi, autant son immense expérience professionnelle que sa riche vie personnelle suscitent l’admiration de la chanteuse. «Jean-Pierre c’est quelqu’un de vraiment authentique. C’est quelqu’un de très joyeux.»

Interpréter des chansons est à la base de son bonheur d’être dans le métier. «C’est pour ça que j’aime monter sur scène avec Jean-Pierre. J’ai côtoyé beaucoup de monde dans ma vie que j’ai admiré, comme Aznavour, Reggiani, Bécaud et Claude Léveillée... C’est en tant qu’interprète que je suis allée les rejoindre. J’étais vraiment une grande admiratrice de leur répertoire et comme interprète ça me faisait un bien fou de pouvoir me retrouver sur scène avec ces gens-là.»

«Quand on est sur scène, on est dans l’instant présent et dans la joie de chanter. Chanter c’est une joie profonde pour moi. Quand je me retrouve avec Jean-Pierre, c’est vraiment des moments de grâce, des moments suspendus où on est vraiment concentré sur la beauté de la vie.»

Parallèlement au spectacle Toutes les femmes de ma vie, elle fait une tournée réduite, tant dans les dates que dans la grandeur des salles. Une occasion de recentrer ses désirs professionnels pour le futur. «Pour moi, c’était une tournée «laboratoire» bien que, quand je me présente sur scène, mes spectacles soient toujours montés et aboutis. En fait, c’est que je voulais prendre le pouls d’où j’en étais dans mon métier et ce vers quoi j’avais envie de me tourner.»

De plus, un nouvel album, réalisé par Marc Pérusse, sera lancé le 22 novembre. «Il y a longtemps que ce disque-là dormait à l’intérieur de moi.»

«Je vais voir si je vais poursuivre la tournée en piano/voix. J’en ai bien envie, mais j’ai également envie de faire plein de choses. Cette tournée allait me permettre d’avoir une meilleure perspective de ce vers quoi je vais me tourner.»