La nouvelle exposition permanente du Musée Pop présente plusieurs facettes de la culture québécoise. Sur la photo: Valérie Therrien, directrice générale de l’institution muséale, et Dominic Ouellette, responsable des expositions et de l’éducation.

Une exposition permanente qui mise sur la culture québécoise

TROIS-RIVIÈRES — L’exposition permanente Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise débarque au Musée Pop à partir du 5 juillet afin de faire découvrir aux visiteurs plus de 300 artéfacts à travers huit thématiques qui représentent typiquement le peuple québécois. Petits et grands seront charmés par le côté original et innovant de cette exposition signature.

«Aujourd’hui, c’est une journée historique, s’exclame Valérie Therrien, directrice générale du Musée Pop. C’est la première fois dans l’histoire du musée que nous avons une exposition permanente directement liée à la mission de notre institution, celle de mettre en valeur la culture québécoise.» Un travail colossal a été nécessaire afin de réaliser un projet d’une telle envergure. «C’est une exposition qui est là pour dix ans, alors il fallait réfléchir à long terme. Il fallait aussi choisir des technologies qui évoluaient bien pour qu’elles soient durables», complète-t-elle.

La directrice générale est particulièrement fière de mettre en valeur la collection du musée par l’intermédiaire de cette nouvelle exposition. «L’objectif d’un musée c’est de faire découvrir les collections qu’il conserve. Par cette exposition, on voulait s’assurer que tous les objets qui sont présentés provenaient de nos collections. Ça nous permet de mettre en valeur ces artéfacts d’une autre façon», explique Mme Therrien. Ainsi, aucun emprunt n’a été effectué pour garnir les îlots de présentation.

Attache ta tuque! Une virée décoiffante dans la culture québécoise se démarque par son approche originale. Dès son entrée, le visiteur est plongé dans un espace temporel qui met en valeur les moments clés de l’histoire du Québec. Du référendum à l’Expo 67, jusqu’à la tempête du verglas et de la loi 101, rien n’est oublié. Le public est amené à découvrir les différentes stations, introduites par une expression typiquement québécoise. La musique, l’hiver, les contes, le hockey, les Premières Nations, la langue, l’innovation et la gastronomie: voici les thèmes qui ont été retenus afin d’illustrer la spécificité de notre nation.

La première station qui s’appelle Swing la bacaisse! traite justement de la musique. Plusieurs chansons sont regroupées par différents répertoires comme l’amour, la politique, les saisons, etc. Grâce aux douches sonores, les visiteurs écouteront les morceaux qui ont façonné le Québec d’aujourd’hui. Un peu plus loin, les visiteurs se familiariseront avec les accents qui parcourent la province grâce à la section On a de la jasette. «Cette station porte sur les différents accents que nous avons au Québec. On retrouve ceux de la Beauce, des Îles-de-la-Madeleine ou même du Lac Saint-Jean. On peut écouter, avec le bouton poussoir, des personnes qui nous parlent avec leur propre accent», soutient Mme Therrien.

Le coup de cœur de la directrice générale est sans contredit la station qui porte sur l’hiver: «L’hiver fait partie de notre unicité de peuple. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, on doit la subir ou la vivre. Ça fait partie du peuple québécois d’avoir une saison hivernale.»

Un volet jeunesse, intitulé La virée des flots et des flounes, se retrouve dans l’exposition pour que les jeunes visiteurs explorent différemment, amène la directrice générale. Pour chacune des thématiques, une station a été réalisée pour que les enfants puissent participer à leur tour. Ils pourront entre autres faire danser un bonhomme gigueur, construire un igloo, jouer au hockey dans une ruelle et participer à un théâtre d’ombres.

En quittant l’exposition, les visiteurs ont l’occasion de remplir à leur tour un sondage qui porte sur la culture québécoise. Plusieurs questions leur seront posées et les résultats seront affichés en temps réel. Une bonne manière de terminer la visite, estime la directrice générale.

marquée par l’innovation

L’exposition permanente se démarque par les technologies qui ont été utilisées à travers les sections. «Le défi avec les technologies c’est d’être imaginatif pour faire des dispositifs qui sont intéressants et qui sortent de l’ordinaire. Il faut aussi penser aux moyens pour les faire. Il y avait des idées qui étaient complexes comme les douches sonores. C’est un gros morceau et ça demande beaucoup de travail», spécifie Dominic Ouellet, responsable des expositions et de l’éducation au Musée Pop.

La technologie peut présenter plusieurs défis, mais plusieurs avantages en découlent. Notamment, il est beaucoup plus facile de renouveler l’exposition au bout de quelques années, affirme M. Ouellet. Par exemple, les témoignages ou les musiques qui jouent dans les douches sonores peuvent être rafraîchis avec le temps.

La gastronomie est fièrement représentée dans l’exposition par la station Se bourrer la face.

Rappelons que cette nouvelle exposition est le fruit d’un sondage réalisé par la firme Léger. En 2018, 1000 adultes vivant au Québec ont été sondés pour choisir huit sujets qui représentent la culture québécoise, parmi une sélection de 30 thématiques. Les thèmes les plus populaires ont été retenus et décortiqués à l’intérieur de l’exposition, ce qui représente une innovation en muséologie.