Justin Boulet ne se privera pas de chanter plusieurs des succès qui ont valu un immense succès à son père Gerry lors du spectacle Gerry - 30 ans de Rendez-vous doux qui sera présenté le 22 septembre à l’Amphithéâtre Cogeco.

Un visage mauricien

TROIS-RIVIÈRES — Aujourd’hui âgé de 49 ans, Justin Boulet a passé l’âge qu’avait son père au moment de son décès. Il n’en conserve pas moins des souvenirs très vifs des moments passés auprès de son paternel.

«J’étais très proche de lui et d’Offenbach. À 15 ans, je les accompagnais en tournée. C’est comme ça que j’ai bien connu Breen. Je me souviens quand j’avais 14 ou 15 ans, on était allés à la pêche Gerry, Breen et moi sur le Lac Champlain. Le vent s’était levé pendant qu’on était sur le lac et on est revenu en combattant des vagues de six ou sept pieds de haut. C’était assez tumultueux, mettons! On a quelques anecdotes comme ça qu’on se raconte, Breen et moi. On a pris de l’âge tous les deux mais Breen n’a pas changé beaucoup. C’est vraiment un bon gars.»

Pour ce qui est du rôle qu’il occupe dans le spectacle, il en est un d’interprète, bien sûr, mais davantage. «Je suis en quelque sorte la courroie de transmission entre le public et le groupe sur scène. J’assure certaines transitions en plus de chanter une bonne partie des chansons, évidemment. À d’autres moments, les transitions reviennent un peu plus à Mario Saint-Amand qui a incarné Gerry au cinéma.

«On a évidemment beaucoup de latitude pour ce qui est des chansons d’Offenbach qu’on va interpréter mais on va sans doute refaire celles qu’on a chantées à Gatineau. Ça a super bien marché. Dans l’ensemble, j’étais très content du spectacle même si c’était une première. On va apporter quelques tout petits ajustements en vue de Trois-Rivières mais très peu. À moins qu’on décide de se faire plaisir avec une chanson en particulier qui n’est pas prévue mais qu’on aurait envie de faire à ce moment-là.»

Le spectacle aura une couleur mauricienne par la présence de Breen Leboeuf, bien sûr mais aussi par l’apport du Caxtonien Jeannot Bournival qui a conçu tous les arrangements musicaux.

«C’est sûr, dit le fils, que c’est très spécial pour moi de faire ce spectacle-là. Ça reste mon père à qui on rend hommage. C’est mon idole, il m’a inspiré. C’était un chum aussi: il est tout le temps dans mes pensées. Chaque chanson me rappelle quelque chose de lui en particulier. C’est très émouvant.»