Kyana Lygitsakos vient de vivre un été de rêve avec la troupe de danse du Cirque du Soleil.

«Un rêve devenu réalité» pour Kyana Lygitsakos

TROIS-RIVIÈRES — Il y a des deuxièmes chances qu’on ne peut pas laisser passer. C’est exactement ce que Kyana Lygitsakos a fait avec la troupe de danse du Cirque du Soleil. Après avoir participé au spectacle Hommage à Beau Dommage en 2015, elle est de retour, cet été, à l’Amphithéâtre Cogeco, pour le spectacle Joyeux Calvaire - Hommage aux Cowboys Fringants. Utilisée à l’arrière-scène lors de son premier passage, elle réalise son rêve de danser avec les meilleures puisqu’elle est, cette fois, placée sous les réflecteurs.

Bien que ces deux expériences soient sensiblement les mêmes au premier coup d’œil, elles sont pourtant totalement différentes pour la danseuse originaire de Louiseville. «Ma première expérience avec le Cirque était vraiment plus à l’arrière-scène et là, d’être à ce niveau cette année, c’est vraiment un gros pas pour moi. C’est vraiment un rêve devenu réalité parce que lorsque j’étais jeune, je rêvais justement d’être à la place des danseurs principaux. Maintenant, d’être là de A à Z tout au long du spectacle [...], c’est tout un défi», souligne-t-elle.

Même si les représentations d’un tel spectacle sont faites en équipe, une expérience unique comme celle qu’a vécue Kyana cet été procure son lot de réussites sur le plan individuel. Au total, quatre danseuses de District V participent au spectacle de cette année. «Personnellement, je pense que c’est ma plus grosse expérience professionnelle en tant que danseuse. Je le prends comme un coup de pied dans le derrière. C’est une motivation à poursuivre vers d’autres projets comme celui-là parce que ça m’a amené tellement de positif, autant en expérience qu’en capacités physiques et mentales, et à mieux gérer mon stress», poursuit la danseuse.

«J’aime prendre de la place autant comme individu que comme danseuse» - Kyana Lygitsakos

Toutefois, une série de spectacles d’une durée aussi longue que celle présentée par le Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco, où les représentations s’enchaînent soir après soir, demande énormément de préparation. «Au début, on avait beaucoup de difficulté à faire le spectacle parce que c’est très demandant physiquement. On a travaillé fort. Chaque fois, chaque semaine, c’était un défi de plus», confirme Kyana.

Une année bien remplie

En plus du Cirque du Soleil, Kyana a participé, avec la troupe de District V, à la toute première édition de l’émission Révolution, présentée l’automne dernier. Elle estime donc que ces opportunités lui permettent d’acquérir davantage d’expérience. «Révolution m’a apporté énormément d’expérience de scène, d’entrevues et de connaissances dans le monde de la danse. [...] Ça nous a aussi amenés au Cirque du Soleil parce qu’on s’est démarqué là-bas. On a vraiment mis notre nom sur la map.»

Une année aussi chargée requiert beaucoup d’organisation, mais le résultat final montre que tout le travail en vaut la peine. «J’ai eu beaucoup de projets, donc c’était énormément d’organisation, d’entraînements et de stress, mais beaucoup de plaisir aussi. Oui, ça a été de gros projets en même temps, mais ça m’a permis d’acquérir énormément d’expérience en peu de temps. Ça m’a préparée pour le monde de la danse plus professionnel, ça m’a amenée sur un autre échelon», indique la Louisevilloise.

En plus de sa participation à l’émission Révolution avec la troupe de District V, Kyana a dansé pour une deuxième fois avec la troupe du Cirque du Soleil.

Ces opportunités uniques s’offrent à elle, entre autres, grâce à son leadership visible non seulement sur scène, mais aussi dans sa vie en général. Bien qu’elle évolue avec une troupe où l’esprit d’équipe est très important, elle aime prendre le contrôle pour s’assurer que tout fonctionne à merveille. «C’est vraiment à mes débuts que je suis tombée en amour avec le style parce que c’est vraiment un style où tu es plus libre dans ton mouvement. C’était ma façon de m’exprimer et de me faire connaître aussi. À l’école, je m’exprimais mieux à travers la danse qu’avec des paroles!, se souvient-elle. [...] Je pense que ma présence sur scène fait en sorte que je me démarque des autres. J’aime prendre de la place autant comme individu que comme danseuse. J’ai un style différent des autres, j’ai beaucoup de techniques et des années d’expérience dans plusieurs styles. Ce qu’on me demande de faire, je suis capable de le faire.»

Il reste encore quatre représentations au spectacle Joyeux Calvaire - Hommage aux Cowboys Fringants, alors que la dernière représentation aura lieu samedi soir.