Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Yannick Morin, Dany Guimond, Georges Allyson et Jean-Yves Doucet.
Yannick Morin, Dany Guimond, Georges Allyson et Jean-Yves Doucet.

Un piano de 60 000 $ offert aux élèves de La Découverte

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Saint-Léonard-d’Aston — Les élèves de l’école secondaire La Découverte pourront bénéficier d’un piano à queue d’une grande valeur qui leur permettra d’exprimer leur passion pour la musique.

Le piano a pu être acquis au coût d’environ 60 000 $ grâce à une mobilisation de la Fondation de l’école secondaire La Découverte. Le tout a également été rendu possible grâce à la contribution de 20 000 $ du député Donald Martel et du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

«En mon nom et celui de tous les élèves de l’école, je désire remercier l’équipe de la Fondation, leur conseiller René Bérubé et les généreux donateurs qui ont rendu possible cet immense don qui va perdurer dans le temps», a souligné le directeur de l’ESLD, Yannick Morin.

«C’est émouvant d’une certaine façon de voir et d’entendre un instrument de cette qualité, a-t-il déclaré. Ce l’est également de constater que des gens croient en notre école en faisant des dons importants qui permettent à nos jeunes de vivre des expériences particulières et uniques dans la région.»

L’acquisition du piano Yamaha de 2,27 mètres sera en effet une addition de taille pour le programme Musique-Études et pour la salle de spectacles de l’institution. «Nos pianistes vont pouvoir s’améliorer de façon notable et exprimer dans son entièreté leur talent lors de nos spectacles», espère l’enseignant Dany Guimond.

L’ancien enseignant de musique et membre du conseil d’administration de la Fondation, Georges Allyson estime qu’il s’agit d’un moment marquant pour l’auditorium de l’école. «De voir y rentrer le piano aujourd’hui, j’en ai des frissons pour la qualité du son et de ses composantes, mais aussi en pensant aux élèves qui vont concrétiser leur passion maintenant, dans 10 et dans 50 ans», envisage-t-il.

Le coprésident de la Fondation, Jean-Yves Doucet, croit pour sa part que le piano sera également bénéfique pour le mieux-être des élèves, en plus d’aider à leur motivation. L’acquisition du piano avait d’ailleurs pour objectif d’aider à la santé mentale des adolescents qui fréquentent cette école.