Xu Jin est propriétaire du dépanneur d’Inverness.

Un phénomène en pleine expansion

TROIS-RIVIÈRES — «C’est un phénomène qui croît à une vitesse fulgurante». La cinéaste Isabelle de Blois s’est intéressée aux Chinois propriétaires de dépanneurs à l’extérieur des grands centres. Dans son nouveau documentaire Les Chinois dépannent, elle propose une incursion dans la vie de quelques familles chinoises sous trois grands thèmes, soit le multiculturalisme, la francisation et l’intégration.

«J’observais que dans les villages autour il y avait de plus en plus de Chinois qui s’installaient. Je me suis mise à faire de la recherche et c’est là que j’ai pu mesurer toute l’ampleur du phénomène», explique d’entrée de jeu Isabelle de Blois.

«Je voulais mettre des émotions et des visages sur ce phénomène-là. Mon idée, c’est de piquer la curiosité et de créer des ponts entre les Chinois et les Québécois. On va un peu plus loin avec trois ou quatre familles, mais peu importe où ça se passe, c’est la même chose», soutient Isabelle de Blois.

C’est d’ailleurs dans les régions qu’elle a eu l’idée de documenter cette réalité. Elle tente de faire la lumière sur la motivation des Chinois à s’installer avec leurs familles dans les petites municipalités et campagnes de nombreuses régions du Québec.

«Étant une cinéaste de région, j’aime témoigner de ce qu’il se passe dans les régions», assure-t-elle.

Le film réalisé par Isabelle de Blois a été produit par Pauline Voisard, des Productions Triangle. À travers les images d’archives, les entrevues, les témoignages, on découvre des personnages attachants qui s’expriment sur ce choix de vie, les barrières de la langue, la famille, les défis du travail…

«Ils font un dur travail, 7 jours par semaine, 365 jours par année. Ils ne se plaignent pas et ils s’intègrent de cette façon-là. Ils sont très bien accueillis dans les villages parce qu’ils font quelque chose que personne d’autre ne veut faire. Ils maintiennent les dépanneurs ouverts.»

La francisation et les grands défis qui s’y rattachent sont également au cœur de ce documentaire.

«C’est difficile pour eux la langue. Je me projetais à leur place à déménager dans un petit village chinois… C’est quelque chose», lance-t-elle.

Dans son documentaire, Isabelle de Blois souligne également le travail de l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ) avec les propriétaires de dépanneurs chinois. D’ailleurs, on y mentionne que 35 % des membres de l’association sont d’origine chinoise.

«Ils font vraiment un beau travail de francisation et d’intégration avec eux. Ils les amènent aux fraises, dans les vignobles, dans différentes activités qui les font sortir de la ville. […] Ils veulent apprendre la langue et la culture, mais ils sont très pris par le travail et ils ne savent pas quoi faire, et ils ne savent pas où aller. L’AMDEQ leur fait découvrir plein d’aspects de notre culture et de notre histoire et ça aide beaucoup à leur intégration», a lancé Isabelle de Blois.

Les Chinois dépannent sera présenté sur les ondes d’Unis TV le lundi 16 avril à 22 h et sera en rediffusion le mardi 17 avril à 10 h de même que le jeudi 19 avril à 23 h.