Impossible de ne pas s’attacher au duo formé de Tom et Dorothée (Alexandre Boisvert et Roxanne Leclerc) qui interprète Superboy and the Invisible Girl (Next to Normal). Ils sont en compagnie des comédiens Cindy Rousseau et Martin Francoeur.

Un pétillant «deux pour un»

Trois-Rivières — Deux spectacles dans un. C’est ce à quoi vous convient les Productions de la 42e Rue avec leur plus récente proposition. Deux parties bien distinctes pour être plus précise.

La troupe a eu l’audace de mettre sur pied un spectacle en assurant une bonne portion de la création. Pour présenter la première partie de ce programme musical, Manon Carrier a aiguisé son crayon et écrit une histoire qui donne du relief aux différentes pièces musicales.

On peut notamment apprécier la voix puissante et juste de Allison (Catherine Lacerte) dans En bref, extrait d’Edges, celle de l’intrigant Fantôme de l’Opéra (l’excellent Philippe Champagne) dans La musique la nuit et Je déteste Shakespeare. Le numéro de Bobby et Max (Olivier Fillion et Rienzi Andres Onetto Guevara) est rigolo et je vous défie de ne pas rire. Non, je ne vous en dirai pas plus.

L’idée de la séance d’auditions fonctionne bien et la contribution des comédiens Cindy Rousseau et Martin Francoeur n’y est pas étrangère.

Il est vrai que le concept ne réinvente pas le genre et est un peu convenu. Par contre, il permet d’apprécier pleinement les chansons qui y sont présentées avec une pointe d’humour souvent efficace. L’esprit est un peu lent à s’installer et il y a certaines longueurs mais l’essentiel demeure les chansons, qui, elles, sont savoureuses. Ces perles ont été minutieusement sélectionnées par William Lévesque et Manon Carrier. Cette dernière confiait d’ailleurs en entrevue plus tôt cette semaine que les vacances estivales avaient été remplies de ces chansons qu’ils ont écoutées à la recherche de coups de cœur. Des vacances bercées par de telles pièces ne peuvent être qu’extraordinaires sans aucun doute. Au nombre des retenues, Play permet vraiment d’illustrer l’essence qui unit cette bande de passionnés. Ce numéro s’avère un moment fort du spectacle et certainement le meilleur de la première partie. Il est vrai que le trio formé de Tanya, Rose et Pam (Paule Vermot-Desroches, Marie-Andrée Leduc et Marie-France Masson) avait fait un excellent boulot pour réchauffer l’ambiance avec son interprétation de Does your Mother know tirée du classique Mamma Mia. Elles ont même réussi à faire lever une bonne partie du public dans une salle Anaïs-Allard-Rousseau qui était très bien garnie.

Mais il faut admettre que la deuxième partie, c’est du gros bonheur. Du concentré de ce que la troupe fait le mieux, livrer un assemblage de chansons tirées d’une variété de comédies musicales.

D’ailleurs, les Productions de la 42e Rue parviennent, encore une fois, à maintenir un équilibre entre le nouveau et le classique, l’avidité des initiés et le réconfort recherché par les néophytes.

L’énergie de We Beseech Thee de Godspell et de la version très animée du Prophète américain tirée de Book of Mormon est certainement digne de mention. La douceur de Pour de bon, extrait de Wicked, et de Quelqu’un est là, tirée de Dear Evan Hansen, permet une belle balance tout en ne sombrant pas dans le mélodrame.

L’avant-scène a connu son lot d’action mais on ne peut passer sous silence l’incroyable travail qui se faisait derrière le rideau, situé au milieu de la scène, qui dévoilait à l’occasion, en totalité ou en partie, les treize musiciens sous la direction de Benoit Pedneault. C’est l’un des grands bonheurs de ce style de spectacle: pouvoir épier les efforts de l’orchestre.

Le spectacle est présenté samedi à 20 h et dimanche à 14 h à la salle Anaïs-Allard-Rousseau.