Pour l'annonce du retour des ententes triennales pour le développement culturel au Québec, le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, (au centre) était accompagné du maire de Shawinigan, Michel Angers, du député de Maskinongé, Marc H. Plante, de la ministre du Tourisme et députée de Laviolette, Julie Boulet, du député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, du député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, et du député de Champlain, Pierre Michel Auger.

Un million $ pour la culture en Mauricie

La négociation d'ententes de développement culturel au Québec se fera désormais sur une base triennale, comme c'était le cas avant 2014. Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, s'est rendu à la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan, dimanche matin, pour en faire l'annonce, flanqué des députés libéraux de la Mauricie.
Ils étaient d'ailleurs tout sourire, car pour les trois prochaines années, la région bénéficiera d'une enveloppe d'un million de dollars qui pourra être bonifiée selon certains programmes.
La décision de revenir à des ententes triennales émane des 18 journées de consultations à travers la province faites en 2016 concernant le renouvellement de la politique culturelle du Québec. 
Le ministre Fortin assure que cette demande est «très bien accueillie» partout en province.
«C'est ce qui nous était demandé par le milieu culturel et par les élus municipaux pour avoir plus de prévisibilité, moins de coûts d'administration. [...] On a complété le processus de transition dans la gouvernance régionale des régions, on a fait des changements à ce niveau-là comme gouvernement, et on a récupéré une capacité financière, de notre côté, pour pouvoir prévoir ces ententes-là sur une base de trois ans», explique M. Fortin.
Le gouvernement québécois consacrera une enveloppe de base de 22 millions de dollars pour l'ensemble des régions du Québec pour la durée de l'entente de trois ans. 
Toutefois, ces sommes pourraient être bonifiées par la contribution des villes et des MRC concernées. À cet engagement financier s'ajouteront des sommes liées au Plan culturel numérique du Québec, au Plan québécois des infrastructures et à la promotion et la valorisation de la langue française.
«On peut penser que le montant qu'on annonce aujourd'hui (dimanche), qui lui est doublé par nos partenaires, pourrait même tripler par les autres enveloppes. Par les années passées, c'est ce qui s'est produit sur l'ensemble du territoire québécois», lance le ministre.
La grande part de l'enveloppe de 22 millions de dollars ira à Montréal (6 M$) et Québec (1,5 M$), mais toutes les autres régions toucheront des montants variant selon leur poids démographique, l'éloignement et la présence de communautés autochtones. Dans chaque région, les sommes seront distribuées en fonction des projets qui seront présentés.
Bryan Perro
En Mauricie
C'est un million de dollars qui seront investis en Mauricie au cours de l'entente, un montant qui réjouit les élus et organismes culturels de la région qui se sont déplacés en grand nombre pour l'annonce dimanche.
«Ça fait toute la différence pour accompagner et soutenir des projets qui sont structuraux, mobilisateurs, des projets qui nous permettent de rêver et en Mauricie avec Bryan Perro et Fred Pellerin, pour ne nommer que ces deux-là, on a des icônes qui portent la culture en Mauricie. Ces gens-là ont des idées plein la tête», affirme la ministre du Tourisme et responsable de la Mauricie, Julie Boulet.
Justement, Bryan Perro est très heureux de maintenant pouvoir travailler sur des projets à plus long terme grâce aux ententes triennales.
«À Shawinigan, les ententes sur trois ans, ça peut donner de la pérennité aux projets qu'on a. On mène beaucoup de projets, on a plusieurs activités et ça, ça nous donne l'occasion de planifier sur plusieurs années. C'est le fun parce que ça nous permet de consolider ce qu'on a et travailler à le faire grossir. Donc travailler à attirer une clientèle d'ailleurs», se réjouit le directeur général de Culture Shawinigan.
Et il ne s'arrête pas au montant d'un million de dollars pour la région. Ce qu'il a en tête, c'est de bonifier ce que Shawinigan recevra avec tous les montants disponibles sur la table.
«On a annoncé des projets spéciaux en promotion de la langue française, en patrimoine et en numérique et ça, quand ça va passer, on va les saisir aussi!»