Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisera la chanson Un coin du ciel de Marcel Martel au Panthéon lors d’une cérémonie le 7 septembre prochain dans le cadre du spectacle d’ouverture du Festival western mettant en vedette Renée Martel.

Un honneur bien mérité

Trois-Rivières — Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens a choisi de célébrer l’œuvre du Québécois Marcel Martel en faisant entrer sa chanson Un coin du ciel dans son temple de la renommée. La cérémonie officielle aura lieu le 7 septembre prochain dans le cadre du Festival western de Saint-Tite où on profitera du spectacle d’ouverture pour remettre l’honneur à Renée Martel qui interprétera la chanson en mémoire de son père.

Il s’agit d’une nouvelle pratique que le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens a mise de l’avant cette année de célébrer des chansons plutôt que des artistes mais surtout de s’associer à des événements pour le faire. Ainsi, la semaine dernière, la chanson Bleu et blanc de Robert Paquette a été intronisée au Panthéon dans le cadre du Festival international de la chanson de Granby. En plus de Saint-Tite, l’événement Coup de cœur francophone sera l’hôte d’une autre cérémonie de la sorte en novembre prochain.

Du côté du Panthéon, la directrice générale Vanessa Thomas indiquait que le choix de Marcel Martel coulait de source. «C’est une icône de la musique country au Québec et il nous a fallu fouiller dans un très grand répertoire de quelque 500 chansons pour dénicher celle qui méritait d’être choisie mais je pense que Un coin de ciel s’est vraiment imposée. C’est un très grand classique et probablement la chanson de Marcel Martel qui est la plus connue et qui est la plus étroitement associée à lui.»

Que l’on procède à une présentation à sa fille Renée relevait d’une même évidence tout comme le choix de Saint-Tite comme lieu de la cérémonie. Le comité organisateur du festival ne pouvait rêver meilleur scénario. «Ça m’a été annoncé ce matin même, indiquait lundi le président du comité organisateur de la 51e édition du Festival western Benoît Montreuil. C’est une super belle nouvelle, bien entendu. Nous n’avons rien à voir dans l’organisation de l’événement mais c’est sûr que ça ne peut pas mieux tomber. Le spectacle porte le titre de Je voulais marier Renée Martel et la grande dame du country québécois y sera entourée d’invités exclusivement masculins alors c’est un contexte idéal pour procéder officiellement à l’introduction de la chanson au Panthéon.»

C’est la preuve également de la place prépondérante qu’a désormais le Festival western en tant qu’événement culturel. «Nous avons identifié quatre axes de développement, de poursuivre Benoît Montreuil. Il y a le rodéo, les spectacles, l’ambiance et la danse mais le choix qu’a fait le Panthéon de venir chez nous faire la cérémonie démontre que nous avons atteint une renommée enviable dans le volet spectacles. On essaie de se renouveler chaque année et de donner de l’ampleur à cette portion et cet honneur vient donner un bon coup de pouce.»

Le spectacle Je voulais marier Renée Martel du 7 septembre n’affiche pas encore complet mais le président ne doute pas qu’il sera présenté à guichet fermé. «On le sait, Renée Martel est une grande star à Saint-Tite et nos festivaliers l’adorent. Il doit rester environ 300 billets à vendre sur une possibilité de quelque 1700 et on sait par expérience que la majorité de nos billets de spectacles se vendent dans les derniers jours avant l’événement quand les festivaliers viennent s’installer sur le site. Les billets des rodéos se réservent très à l’avance mais pour les spectacles, c’est un peu différent. Je suis convaincu que ça va être plein.»

«Marcel Martel est venu chanter quelques fois à Saint-Tite dans les premières années de l’événement. La cérémonie va être un très beau moment, sûrement très émouvant quand on connaît l’attachement de Renée Martel envers son père.»

Il ne s’agit pas de la première chanson country francophone à entrer au Panthéon puisque la chanson Mille après mille de Gerry Joly l’a été tout comme L’adieu du soldat du soldat Lebrun.