L’ouverture de l’Amphithéâtre Cogeco en 2015 a fait rayonner la ville de Trois-Rivières partout au Québec.

Un héritage culturel majeur pour Trois-Rivières

Trois-Rivières — La nouvelle de la démission du maire Yves Lévesque a eu l’effet d’une bombe dans le milieu de la politique municipale mercredi. Elle a également eu de nombreux échos dans le domaine culturel de la région. En plus d’avoir permis de faire rayonner la culture à Trois-Rivières au cours des dernières années, Yves Lévesque aura laissé un héritage qui n’est pas près d’être oublié. À cet effet, il est impossible de passer sous le silence l’ouverture en 2015 de l’Amphithéâtre Cogeco, qui a depuis, fait rayonner la Ville de Trois-Rivières à travers tout le Québec.

«M. Lévesque a laissé un héritage culturel qui est fort impressionnant pour la Ville de Trois-Rivières et qui s’est fort amélioré depuis qu’il est en poste. Il a su donner de la latitude à son personnel désigné à la culture pour permettre un développement assez impressionnant à ce niveau», lance d’emblée la présidente de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, Stella Montreuil.

«M. Lévesque a été un acteur important pour le FestiVoix, mais également pour le milieu touristique et culturel de Trois-Rivières. C’est une personne qui a toujours eu à cœur de supporter les événements économiques, culturels et touristiques, dont le FestiVoix, et qui a mis en place des outils et des subventions pour permettre aux événements de s’épanouir et de grandir. Du côté du FestiVoix, dans tous nos projets, on a toujours senti le support de la Ville de Trois-Rivières», soutient le directeur général du FestiVoix, Thomas Grégoire.

Un apport culturel important

Au cours des dernières années, sous la gouverne du maire Yves Lévesque, de nombreux projets culturels ont vu le jour à Trois-Rivières. On n’a qu’à penser à l’Amphithéâtre Cogeco, au développement de la salle J.-Antonio-Thompson, de l’île Saint-Quentin et de la rue des Forges, en plus de l’association avec le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, pour ne nommer que ceux-là.

«M. Lévesque a été un acteur important pour le FestiVoix»

Si les projets culturels semblent tous positifs pour Trois-Rivières, celui de l’Amphithéâtre Cogeco aura toutefois fait réagir. Projet fort controversé lors de son annonce, celui de l’Amphithéâtre Cogeco aura toutefois connu une fin heureuse du côté de Trois-Rivières.

«C’est impressionnant de voir le travail que M. Lévesque a fait à travers les années dans le domaine culturel, entre autres avec l’Amphithéâtre Cogeco. Malgré les embûches pour ce projet, il a réussi contre vents et marées et maintenant, les gens sont fiers de l’avoir. D’ailleurs, d’autres villes nous envient», soutient Mme Montreuil.

Tous attristés par la nouvelle, les acteurs du domaine culturel avouent d’ailleurs avoir été surpris d’entendre la nouvelle.

«J’ai appris la nouvelle avec une grande tristesse. Je trouve que c’est dommage pour Yves Lévesque, car il a investi tellement de temps et d’énergie dans ce projet pour finalement partir à cause de la maladie. Ce n’est pas l’image que j’ai de M. Lévesque. Pour moi, j’ai l’image d’un homme dynamique, engagé et près de la population, donc je trouve ça regrettable pour lui», avoue la présidente de la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, Stella Montreuil.

«J’ai appris la nouvelle avec une grande tristesse»

«Lorsque j’ai appris le départ d’Yves Lévesque, évidemment, j’ai eu une réaction humaine, celle de lui souhaiter de se soigner et d’aller mieux rapidement. Mais ce que je retiens du maire Lévesque, c’est sans aucun doute son dynamisme et sa volonté de vouloir développer le domaine culturel à Trois-Rivières. Je dois dire que c’était très enthousiasmant et très intéressant de le suivre pour le développement de la culture à Trois-Rivières», mentionne Thomas Grégoire.