Le travail étroit avec les concepteurs du Cirque du Soleil s’est fait d’une façon très organique pour les deux artistes visuels trifluviens impliqués dans la réalisation du décor du spectacle Juste une p’tite Nuite. Félix Lemay (au centre) et Jérémie Deschamps Bussières (à droite) sont ici en compagnie du metteur en scène Jean-Guy Legault.

Un groupe fleur de lys

TROIS-RIVIÈRES — Les deux artistes visuels trifluviens qui ont collaboré au spectacle hommage aux Colocs ont été marqués par l’œuvre de Dédé Fortin et sa joyeuse bande sans pourtant les avoir suivis depuis leurs débuts. Ça a même été un avantage, croient-ils.

«On a connu leur musique, évidemment, plaide Félix Lamy, mais après leur carrière. C’est par le film Dédé à travers les brumes qu’on a eu une image de ce qu’étaient les Colocs. On n’a jamais vu un de leurs spectacles et peut-être bien que c’est un avantage parce qu’on n’a pas été influencés par ce qu’eux-mêmes faisaient. Ça nous a permis d’offrir notre vision à nous du groupe et de ne pas copier leur propre inspiration.»

Les Colocs et le Québec sont étroitement et indissociablement liés dans leur esprit de jeunes trentenaires. «Pour moi, les Colocs, c’est la fleur de lys. On ne peut pas parler du Québec moderne sans parler des Colocs quelque part. Ils ont marqué toute une génération et celles qui ont suivi aussi parce que leur musique est toujours là. Ils ont su exprimer autant dans leur musique que dans la poésie de leurs textes une réalité urbaine qui collait à notre vécu. Ils ont su traduire la réalité d’un paquet de gens qui se sont reconnus dans leurs chansons autant dans ce qu’elles ont de gai que dans la souffrance que plusieurs expriment.»

Sans avoir vu le spectacle du Cirque du Soleil, Jérémie ne doute pas une seule seconde de son succès. «Il y a tellement de monde qui connaît les Colocs, au départ, mais je pense que leur imaginaire va encore parler à énormément de gens. Leur musique est variée, souvent très entraînante et elle semble parfaite pour servir de base à un grand spectacle. Par les contacts qu’on a eus avec l’équipe, on a pu constater que pour chaque aspect de Juste une p’tite nuite, il y a énormément de créativité. Je suis convaincu que ça va être un gros succès.»

Pour ce qui est de leur contribution, ils croient qu’elle ne peut qu’être bénéfique à leur carrière. «Ça fait un bout de temps qu’on travaille à sortir l’art des galeries et c’est une autre étape dans ce cheminement-là, estime Félix. C’est sûr qu’une collaboration comme celle-là va être positive pour nous d’une façon ou d’une autre même si ce n’est pas ce qu’on recherchait en premier lieu. Ne serait-ce que pour l’expérience de travailler la scénographie qui ne faisait pas partie de nos modes d’expression et ce, avec des artistes de haut niveau. Ça nous a beaucoup plu: si l’occasion se présentait de nouveau, on le referait assurément.»

«Je suis content de ce qu’on a réalisé parce que ça nous ressemble, estime Jérémie Deschamps Bussières. Il y avait un défi de réaliser quelque chose de beau avec des éléments qui, en eux-mêmes, sont plutôt perçus comme laids et ça, je trouve qu’on y est bien arrivés. Ça se marie parfaitement avec la vision générale du spectacle et ça va aussi complètement dans le sens de notre propre démarche artistique.»