Humanorium a connu un succès inespéré au parc Champlain.

Un été Culture Trois-Rivières: au-delà des chiffres, la satisfaction

Trois-Rivières — La fin de l’été aura au moins un effet positif, un bilan réjouissant pour la campagne Un été Culture Trois-Rivières qui en était à sa première édition. Il faut dire que le rayonnement culturel a atteint des sommets autant dans son étendue géographique que dans le nombre de participants, visiteurs et spectateurs.

En effet, ce sont 62 000 personnes qui ont pris part à l’une ou l’autre des nombreuses activités qui étaient proposées.

Une augmentation par rapport à l’année 2018 où 57 500 visiteurs avaient profité de l’effervescence culturelle estivale. Néanmoins, la directrice générale de Culture 3R, Nancy Kukovica, ne souhaite pas mettre l’emphase sur les chiffres, ce qui ferait ombrage à un élément beaucoup plus important selon elle.

«On est en hausse depuis quand même quelques années, mais je ne veux pas m’attarder aux chiffres parce qu’en arrière d’eux, il y a une diversité, une qualité d’activités. D’une année à l’autre, on en a un peu plus ou un peu moins. Donc, pour moi, un chiffre, ça reste relatif parce que, quand les gens sont contents et qu’ils nous le témoignent régulièrement, c’est un indicateur important de succès. On ne veut pas que l’achalandage soit notre seul indicateur de succès, bien qu’on en soit bien content.»

La volonté de l’équipe de Culture 3R est de continuer à repousser les limites géographiques.

«Depuis deux ou trois ans, on a pris une tangente beaucoup plus territoriale donc on va continuer parce qu’il y a encore des secteurs de la ville qu’on n’a pas encore investis. On a des citoyens qui nous mentionnent qu’ils trouvent très intéressante la qualité des activités offertes et qui en souhaitent un peu partout. On est à réfléchir à ces stratégies pour voir comment on va occuper encore mieux le territoire et aller encore plus à la rencontre des gens.»

Stella Montreuil et Nancy Kukovica, respectivement présidente et directrice générale de Culture 3R, étaient tout sourire lors du dévoilement du bilan estival 2019.

Cet été, plusieurs astuces avaient été mises en place pour livrer la bonne nouvelle au plus grand nombre possible. En plus des différentes campagnes de publicité, la brigade estivale est au nombre des bons coups qui devraient revenir sous une forme ou une autre pour l’été prochain.

Cette dernière a permis d’entrer en contact avec 3500 personnes à qui elle pouvait suggérer des activités connexes, une façon «d’humaniser la programmation» mentionnait Mme Kukovica.

Donc, parmi les coups de cœur qui ont fait le succès de cette belle saison, il y a Humanorium, l’exposition rappelant les fêtes foraines, qui s’était installée dans le parc Champlain, et qui a fait exploser les prédictions.

«Il y a toujours une part de magie», lance Mme Kukovica pour expliquer que 8000 personnes en six jours se sont déplacées pour visiter cet attrait. «Humanorium s’est révélé une excellente surprise pour nous!»

Le succès d’American Story II: Les années Woodstock et les activités thématiques qui se sont déroulées en périphérie de la salle J.-A.-Thompson, soit l’exposition de Westfalia et la présentation d’un film en plein air, ont aussi ravi l’équipe. Du côté de Boréalis, l’exposition Femmes de papier a aussi été listée dans la colonne de la fierté car, en plus de s’attirer les éloges du public, cette exposition créée par l’équipe locale partira pour le MUSO à Valleyfield.

La musique a également pris une place de choix dans cette programmation que ce soit avec les pianos publics dispersés aux quatre coins du territoire, avec les Mardis Jazz sur la terrasse Boréalis ou les concerts champêtres.

Il y a également le Cinéma de l’île qui a gagné en popularité et qui répondait au besoin d’une clientèle qui aime faire des activités de façon simple et spontanée.