On retrouve sur la photo René Hardy, responsable du deuxième numéro de la revue Empreintes, lancé à Nicolet jeudi, la mairesse de Nicolet Geneviève Dubois, ainsi que les deux coprésidents de la revue, Mario Lachance et Jean Roy.

Un deuxième numéro d’Empreintes au caractère social

Nicolet (MJM) — Le deuxième numéro "d’Empreintes", la revue d’histoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec, a été lancé jeudi à la bibliothèque H.N-Biron de Nicolet.

Une dizaine d’articles y sont rassemblés, traçant un portrait de divers aspects de la vie sociale des deux régions.

Le premier numéro de cette publication bi-annuelle avait été lancé en juin et portait sur l’année politique 1867, dans le contexte du 150e anniversaire de la Confédération. Ce numéro-ci se concentre aussi sur l’année 1867, mais explore des thèmes comme l’éducation, les affaires, la religion, les arts et la culture.

Sous la direction de l’historien René Hardy, professeur retraité de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ce numéro s’ouvre par un texte de François Antaya sur les ponts de glace qui reliaient plusieurs localités riveraines avant la mise en service des brise-glaces. 

Raymond Tardif signe pour sa part un article sur le «village» de Victoriaville en tant que pivot de l’économie régionale en 1867, tandis que François Roy s’intéresse à la Saint-Vincent-de-Paul, cette œuvre de charité qui souligne aussi ses 150 ans d’existence en 2017.

L’homme d’affaires Louis-Adélard Senécal, Mgr Louis-François Laflèche, l’artiste Adolphe Rho et l’abbé Joseph-Anselme Maurault font aussi l’objet de textes, tout comme le Centre d’archives régionales du Séminaire de Nicolet, la publicité dans les journaux des deux régions en 1867, et les réalités de l’année scolaire 1867-1868 sur le territoire.

L’abonnement à Empreintes coûte 16 $ par année (pour deux numéros). 

Les détails se trouvent sur le site www.empreintes.cieq.ca.