Jorane a donné un visage unique au Festival de l'Assomption avec un très beau spectacle singulier et bienfaisant vendredi soir.

Un cadeau nommé Jorane

Le Festival de l'Assomption s'est clairement positionné vendredi soir avec le début de son volet culturel et la présentation du spectacle de Jorane. La proposition était audacieuse mais parfaitement cadrée dans la vocation de cet événement décidément unique dans le paysage régional.
À peu près à mi-chemin de son spectacle, Jorane a demandé, entre deux pièces: «Et alors, le voyage se passe toujours bien?» C'était bien de cela qu'il s'agissait: un voyage intérieur appartenant à chaque individu présent. Un voyage que l'artiste ne dirigeait pas, se contentant de proposer le moyen de transport.
Certes, la proposition était déstabilisante quand on aime se fier à des repères connus et habituels. Le voyage n'était pas au goût de tous et on a vu plusieurs personnes quitter après les premières pièces. Voilà un des aspects sympathiques de la formule du Festival de l'Assomption dont les spectacles sont gratuits, laissant à chacun l'entière liberté de refuser la proposition.
Il devait bien y avoir mille personnes avant le début de la représentation selon l'estimation du coordonnateur culture et événements au Sanctuaire Jonathan Houle. Les quelques centaines qui sont restées ont pu goûter pleinement la proposition singulière de Jorane dans des conditions idéales. Il est trop rare, en effet, qu'août offre de ces soirées où on peut savourer en manches courtes les caresses d'une brise délicate. Et ce, malgré les menaces de pluie en début de soirée et quelques éclairs dérisoires dans les minutes précédant le spectacle. Rien de tout ça n'est venu perturber cette très belle soirée.
À l'artiste qui offrait un bienfaisant massage des nerfs auditifs, le public a répondu par une écoute très respectueuse. Religieuse, pourrait-on dire tant il est vrai que ce que la musicienne a proposé, c'était une forme particulière du religieux à travers la méditation. Laisser le pouvoir unique des sons et des harmonies provoquer la réflexion. 
Il est permis de croire que Jorane et son guitariste Simon Godin ont été inspirés par le lieu, la scène étant installée au pied de la majestueuse entrée de la basilique judicieusement éclairée. «Merci de m'avoir invitée au Festival de l'Assomption, a déclaré la violoncelliste à sa première intervention parlée. Je sais que bon nombre d'entre vous êtes venus pour la Neuvaine mais moi, je vous propose de vous mettre dans l'esprit de la huitaine: les huit notes de l'octave. Il y aura beaucoup de voix dans ce spectacle mais peu de mots. Ça pourrait nous permettre de comprendre des choses auxquelles les mots ne peuvent accéder.» Elle a été fidèle à sa proposition avec beaucoup de grâce et un côté éminemment sympathique.
Assurément, elle a très bien incarné l'originalité de ce Festival qui se distingue de tous les autres présentés en région. Avec son côté épuré, loin du fla-fla d'autres événements musicaux de plus grande envergure, loin du bruit et de la fureur. C'était, vendredi, extrêmement agréable.
Autre particularité de cet événement, le nombre de spectateurs n'importe pas tellement aux organisateurs. «Les spectacles, c'est un cadeau que nous offrons aux gens, de dire Jonathan Houle. Plus ils sont nombreux à en profiter, mieux c'est, mais le plus important, c'est la qualité du partage. C'est surtout une occasion de célébrer la fête de Marie et les choses devraient prendre de l'ampleur d'ici au 15 août.»
«On essaie de sortir un peu de l'habituel. On a de gros noms au programme qui aident à faire connaître l'événement mais surtout, on a une variété intéressante. La présence de Jonas a intrigué beaucoup de monde et on comprend que les artistes peuvent avoir des styles variés mais ils n'en ont pas moins une spiritualité à partager.»
Les organisateurs sont conscients que la météo ne sera pas toujours aussi clémente que vendredi soir. Devant les probabilités élevées de pluie samedi, on a annulé la journée familiale avec jeux gonflables initialement prévue et on a reporté la procession au flambeau à dimanche, 20 h 15. Les autres activités au programme sont maintenues dont le spectacle de VOXALIK sur la scène extérieure à 21 h. En cas de pluie, il sera déplacé au sous-sol de la basilique. 
On peut retrouver sur la page Facebook de l'événement les changements de dernières minutes.