Hélène Quenneville était une des artisanes présentes au salon des métiers d’art de Trois-Rivières ce week-end. Elle présentait ses œuvres principalement réalisées avec des métaux récupérés.

Un 12e Salon des métiers d’art

TROIS-RIVIÈRES — Plus d’une quarantaine d’artisans provenant de différents domaines étaient présents au 12e Salon des métiers d’art de Trois-Rivières, qui se tenait du 23 au 26 novembre. Ainsi, les visiteurs ont été en mesure d’admirer des créations issues de plusieurs matériaux tels que le bois, les métaux, la joaillerie, le verre, la poterie, la céramique, le textile, le papier et le cuir.

Pour une troisième année consécutive, l’événement se déroulait du côté de l’Amphithéâtre Cogeco.

«Nous débutons toujours avec les artisans trifluviens, car nous avons créé le Salon pour eux. Après ça, nous faisons une sélection à l’intérieur de la Mauricie et ensuite nous allons chercher des gens de l’extérieur. Il est important de penser à diversifier ce que nous offrons afin que ça ne soit pas la même chose année après année», explique Sylvie Leblanc, coordonnatrice du Salon des métiers d’art.

Bien que le nombre d’exposants ait augmenté dans les dernières années, elle affirme que l’objectif est toujours que les gens puissent avoir le temps de discuter et d’échanger avec les artistes.

«Nous ne voulons pas que ça devienne un salon énorme comme celui de Montréal, sinon nous nous perdons un peu et l’idée est de garder quelque chose qui est plus intime.»

Le 12e Salon des métiers d’art se déroulait du 23 au 26 novembre.

Métaux récupérés

Parmi les artisans se trouvait Hélène Quenneville qui participait à son 3e Salon à Trois-Rivières. Pour elle, il s’agit d’une très belle plateforme de visibilité.

«Ça nous permet de cheminer dans notre art, car nous voyons des choses qui nous donnent des idées. Nous faisons également la rencontre de personnes qui peuvent nous aider dans nos projets. Les échanges avec le public sont tellement gratifiants. Ils nous donnent beaucoup d’énergie et de motivation lorsque nous retournons dans l’atelier.
Nous passons toujours de très beaux moments dans les salons», affirme la dame originaire de Saint-Félix-de-Valois.

Les œuvres d’art de Mme Quenneville sont principalement réalisées à l’aide de métaux récupérés. Elle estime devoir travailler pendant un minimum de deux mois afin de réaliser la conception de ses projets.

«Après avoir commencé avec l’argile, j’ai voulu unir différentes matières. J’ai donc appris la soudure pour être capable de travailler avec les métaux. Je n’aime pas ce qui est facile. Il y a beaucoup de recherches dans mes réalisations. Je dois traiter, polir, sculpter et transformer mes pièces. Ensuite, j’agence le tout, mais les pièces ne vont pas nécessairement les unes avec les autres donc je dois trouver une façon de rendre tout ça harmonieux», dit-elle.