Le spectacle de Melissa Ethridge fut l’un des moments forts de la 11e édition de Trois-Rivières en Blues, selon son directeur, Christian Gamache.

Trois-Rivières en blues: «beaucoup de beau temps, puis ben du blues»

TROIS-RIVIÈRES — Les traits un peu tirés, mais affichant le sourire du devoir accompli, Christian Gamache, directeur du festival Trois-Rivières en Blues, jette un regard positif sur l’événement qui a pris fin dimanche soir, sur la rue Badeaux, au centre-ville.

Le bilan chiffré viendra plus tard, mais on peut déjà parler d’un franc succès, soutient M. Gamache, au sujet de la 11e édition de Trois-Rivières en Blues. «Beaucoup de monde, beaucoup de vente de bière, beaucoup de beau temps, puis ben du blues», résume-t-il.

Le directeur de Trois-Rivières en Blues, Christian Gamache, se dit satisfait de la 11e édition de l’événement et rêve déjà de la prochaine.

Quand on lui demande de pointer les bons coups du festival qui vient de prendre fin, le directeur maintient que les festivaliers ont été gâtés tout au long de l’événement. «Melissa Etheridge, Vintage Trouble, Mr. Sipp, qui a été une surprise pour tout le monde, personne ne le connaissait, Danielle Nicole... L’achalandage qu’on a eu, c’était exceptionnel. Je suis ben ben satisfait de l’événement», déclare-t-il.

Modeste, celui qui est aussi bluesman ne mentionne pas sa propre prestation, alors qu’il s’est produit dimanche en compagnie de son ensemble, Night Bluemers, et de son «chum», Breen Leboeuf.

Le groupe Los Lobos était en spectacle samedi soir.

Pour ce qui est de la prochaine édition, Christian Gamache se permet de rêver. Il aimerait voir le retour des concerts sur les croisières, qui connaissaient toujours un grand succès, mais qui ont été abandonnées quand le M/S Jacques-Cartier a cessé ses opérations en 2012. Il évoque également une scène dédiée à l’acoustique au pied du flambeau de la place Pierre-Boucher, en collaboration avec l’Armée canadienne. «C’est pas attaché, mais on travaille là-dessus», confie-t-il.