Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Guy Marchamps
Guy Marchamps

Top 3 de recueils de poésie récents à découvrir avec Guy Marchamps

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés

1: Là où fuit le monde en lumière, de Rose Éliceiry, aux Éditions de l’Écrou.

«Voilà un recueil que j’ai beaucoup aimé. On le doit à une jeune femme de 35 ans et alors que souvent, les jeunes poètes ont tendance à s’adresser à de jeunes lecteurs, elle s’adresse vraiment à tout le monde par son choix d’images et son langage qui tient moins de l’oralité. Les images sont très fortes. Ça tourne autour d’un monde qui s’écroule mais dans lequel la beauté subsiste; il suffit de faire l’effort de la chercher. C’est vraiment très beau et j’ai trouvé Rose Éliceiry très mature dans son écriture.»

2: La mémoire est une corde de bois d’allumage, de Benoît Pinette aux Éditions La Peuplade.

«Il s’agit de celui qui se fait appeler Tire le coyote comme chanteur. Il parle de la filiation, de la famille et de la relation père-fils. C’est une poésie très sobre, toujours dans l’introspection. Comme souvent en poésie, c’est une réflexion sur notre rapport au temps qui passe. C’est en trois parties : les deux premières parlent d’une relation père-fils difficile et dans la dernière, c’est son rapport à lui avec son enfant et c’est beaucoup plus lumineux. Ça n’a rien à voir avec la poésie de ses chansons qui sont, par ailleurs, aussi très belles. Ce sont des poèmes très courts et très punchés. J’ai trouvé ça très beau et s’il en publie un autre, je vais assurément l’acheter.»

3: La parole qui me porte et autres poèmes, de Paul Valet dans la collection Poésie/Gallimard.

«C’est une collection que j’aime beaucoup et cet auteur est une découverte pour moi mais aussi un très, très gros coup de cœur. Ce sont des poèmes assez courts et très incisifs. C’est comme écrit au couteau, c’est vif. On sent qu’il y a une puissante expérience de vie derrière ça. Valet parle souvent de la raison et de la trop grande place qu’elle prend dans nos vies. Trop de raison nous éloigne de notre intuition, de notre instinct et on peut s’y sentir enfermé. Ce recueil est une des mes grandes découvertes à vie. Je l’ai fait découvrir à d’autres personnes qui sont, elles aussi, tombées sur le derrière.»