Antoine Olivier Pilon joue le rôle principal de <em>Suspect numéro un</em>, celui d'un toxicomane qui se fait piéger par la GRC.
Antoine Olivier Pilon joue le rôle principal de <em>Suspect numéro un</em>, celui d'un toxicomane qui se fait piéger par la GRC.

Suspect numéro un ramène le public en salle

Les Films Séville ont pris un gros pari en programmant Suspect numéro un immédiatement après la réouverture des salles de cinéma. Les chiffres de fréquentation de cette première fin de semaine à l’affiche leur donnent raison. Le drame biographique de Daniel Roby avec Antoine Olivier Pilon a accumulé 140 000 $, soit environ 43% des recettes de la fin de semaine (en excluant les ciné-parcs).

Suspect numéro un a agi comme une locomotive puisque l’assistance totale en salles a augmenté de 130% comparé à la première fin de semaine post-confinement. C'est un bel exploit compte tenu que les salles ne peuvent accueillir plus de 50 spectateurs par représentation.

L’appétit pour la nouveauté et un film québécois inspiré d’une histoire vraie ont sûrement joué. Suspect numéro un raconte l’histoire d’un toxicomane (joué par Pilon) qui s’est fait piéger par la GRC et s’est retrouvé emprisonné en Thaïlande ainsi que le combat du journaliste d’enquête Victor Malarek (Josh Harnett) pour faire éclater la vérité.