Le spectacle mettait en vedette Marie-Mai (photo) et Coeur de Pirate et il était présenté en streaming soit en direct ou en différé au choix du public.
Le spectacle mettait en vedette Marie-Mai (photo) et Coeur de Pirate et il était présenté en streaming soit en direct ou en différé au choix du public.

Spectacles Rencontre à l’Amphithéâtre Cogeco: une première satisfaisante

TROIS-RIVIÈRES – Après le grand impact du spectacle de la fête nationale présenté depuis l’Amphithéâtre Cogeco le 23 juin, le lieu de diffusion n’a pas sommeillé longtemps puisque dès le samedi 27 juin on y présentait un autre événement, le premier de deux spectacles intitulés Rencontre.

Celui-ci mettait en vedette Marie-Mai et Coeur de Pirate et il était présenté en streaming soit en direct ou en différé au choix du public. Le prochain spectacle dont la captation aura aussi lieu à l’Amphithéâtre Cogeco aura lieu samedi soir prochain, le 4 juillet et permettra la rencontre de trois auteurs, compositeurs et interprètes québécois: Louis-Jean Cormier, Patrice Michaud et Vincent Vallières. Les deux spectacles ont été réalisés par Jean-François Blais.

Cette formule est évidemment une première, imposée par les restrictions de la Santé publique quant aux rassemblements et elle a permis une collaboration inédite entre l’Amphithéâtre Cogeco, Culture Trois-Rivières et le FestiVoix.

Le directeur de la Corporation des événements de Trois-Rivières Steve Dubé s’est montré circonspect quant aux chiffres de vente du spectacle de samedi puisque celle-ci se poursuit pendant trente jours suivant la présentation en direct du spectacle. «Je ne veux pas m’avancer avant d’avoir un résultat global mais je peux dire que nous sommes très satisfaits jusqu’ici.»

«Nous sommes particulièrement contents parce que c’est une première collaboration entre les trois organisations trifluviennes et ça faisait longtemps qu’on en discutait. Or, ça aura valu la peine d’attendre puisqu’on a eu droit à un spectacle de très belle qualité. Les factures visuelle et sonore étaient de très haut niveau et il s’agissait d’un produit exclusif très réussi. La rencontre entre ces deux artistes a donné quelque chose d’unique, de très intimiste et même de touchant à plusieurs moments.»

«On avait laissé carte blanche à Jean-François Blais. Il faut dire qu’on a été très chanceux dès le départ qu’il accepte de monter ce spectacle-là pour nous et il a vraiment offert un produit magnifique. L’aspect visuel, rendu par les éclairages de même que la scénographie ont donné un caractère très particulier au tout avec une signature qui va demeurer pour l’autre spectacle. Je pense notamment à la passerelle en V qui symbolise la rencontre des artistes et le sigle de l’éperluette qu’on a vu en projection. On avait neuf caméras sur le plateau pour capter tout ça alors c’était extrêmement professionnel.»

Les spectateurs ont été (ou seront) peut-être étonnés de voir qu’un certain nombre de spectateurs ont assisté en chair et en os à cette représentation d’une heure: il s’agit d’une demande spéciale des artistes qui voulaient être en présence de quelques individus pour profiter d’une certaine ambiance. «Nous avons la latitude d’enlever un certain nombre de rangées de bancs dans l’amphithéâtre, alors, ça nous donnait de l’espace mais avec les installations pour les caméras combinées au minimum de deux mètres de distance entre les tables, on n’avait de la place que pour une trentaine de personnes», de spécifier Steve Dubé.

Le dg indique que la vente va bien pour le prochain spectacle mais il a pu constater que les achats pour les spectacles en streaming suivent des courbes distinctes de celles qu’on voit pour les spectacles en salles. «En salles, les billets connaissent une vente significative dès l’annonce du spectacle alors qu’en streaming, les ventes se font beaucoup dans les tout derniers jours avant le spectacle. Il reste qu’on est très contents du rythme des ventes pour le spectacle de samedi.»

À savoir si le concept ira plus loin et si d’autres Rencontres auront lieu au cours de l’été, Dubé refuse de se prononcer. «On va faire une évaluation quand on aura davantage de données entre les mains. Tout change tellement vite présentement: les consignes gouvernementales pourraient changer dans les prochains jours et offrir de nouveaux paramètres. Il reste que nous sommes très heureux de cette initiative: c’est une première en région et ça a donné un produit d’une très grande qualité que nous sommes contents d’offrir à un public qui en avait très envie selon ce qu’on a pu constater.»