C’est à la Maison de la culture Francis-Brisson que débutera et se terminera le parcours interactif de réalité augmentée Phantasmagorie qui sera offert au public dès l’été 2018 à Shawinigan.

Shawinigan, entre le réel et le virtuel

Trois-Rivières — Le développement du secteur numérique à Shawinigan entrera dans une nouvelle phase l’été prochain alors que plusieurs activités virtuelles seront ajoutées à l’offre touristique actuelle. Une des plus importantes sera une expérience interactive de film en réalité augmentée par laquelle des visiteurs vivront une expérience d’immersion mobile dans un coin du secteur Grand-Mère.

Cette expérience que Culture Shawinigan met de l’avant en partenariat avec la firme québécoise CieAR porte le nom de Phantasmagorie. Munis d’un appareil ayant à peu près l’apparence d’un téléphone intelligent, les visiteurs partiront de la Maison de la culture Francis-Brisson pour un parcours qui les mènera à l’église St. Stephen, puis au rocher de Grand-Mère avant le retour vers la Maison de la culture. À travers le parcours, les participants seront plongés, grâce à leur appareil numérique, dans une autre époque, au tournant du XXe siècle, et pourront interagir et même dialoguer avec des fantômes et autres personnages mystérieux qui leur apparaîtront, grandeur nature, dans différents lieux. Le visiteur se retrouvera ainsi au cœur d’une enquête criminelle mêlant les mondes réel et virtuel en 3D. On invitera le public à dénouer le mystère entourant la mort de La Stilla, une célèbre soprano de la Belle Époque.

Cette nouvelle attraction, qui sera offerte aux touristes mais également à la population en général, constitue une première mondiale, affirme le directeur général de Culture Shawinigan Bryan Perreault. «C’est la toute première fois que cette technologie est mise au service d’une histoire à laquelle le public pourra participer. Toute l’histoire a été spécifiquement conçue par CieAR en fonction des lieux où nous la présenterons. Ça fait un bon deux ans que nous travaillons sur ce dossier à Culture Shawinigan dans le cadre de notre plan de développement du numérique.»

L’activité sera présentée tout au cours de l’été mais les dates précises de son début et de sa fin n’ont pas encore été fixées. On ne sait pas non plus combien il en coûtera exactement pour y prendre part mais le dg veut que ça se fasse à un coût raisonnable qu’il estime à moins de 20 $. Par ailleurs, on en est encore à évaluer combien d’appareils seront disponibles pour le public mais Perreault parle de plus d’une trentaine.

«Ça va bonifier notre offre touristique et ça va s’inscrire dans des forfaits numériques plus importants puisque nous avons d’autres activités de ce type qui vont être offertes dès l’été prochain. Ainsi on va avoir un grand jeu en réalité augmentée portant le nom de HADO qui provient du Japon. C’est assez capotant et si je ne m’abuse, en Amérique du Nord, on ne le trouve qu’à un endroit en Californie et à Cancun, au Mexique.»

«On va aussi présenter une vidéo architecturale de l’hôtel de ville assez spectaculaire et gratuite. On a vraiment un gros concept de développement numérique pour l’été 2018 dont on va donner tous les détails un peu plus tard. C’est une option de développement qu’on a choisie et on y travaille vraiment sérieusement.»

On sait que l’été dernier, le Village québécois d’antan de Drummondville a connu des difficultés majeures avec une nouvelle attraction numérique qui a été ajoutée à son offre mais cette expérience n’effraie aucunement Bryan Perreault. «Il s’agit de projet très différents. Ça fait près d’un an que CieAR travaille ici et on a testé encore et encore la technologie po