Une soirée spéciale de projection a été présentée dimanche soir à la microbrasserie Le temps d’une pinte de Trois-Rivières par les organisateurs du Long week-end du court, l’événement annuel de présentation de courts métrages qui aura leu du 21 au 23 septembre prochains au cinéma Le Tapis rouge. Sur la photo: Alexandre Dostie, Marie-Pier Lacroix Couture, Maud Christiane et Pierre Brouillette-Hamelin.

Séduire les plus jeunes

TROIS-RIVIÈRES — L’événement cinéma Le long week-end du court en sera à sa cinquième édition les 21, 22 et 23 septembre prochains au cinéma trifluvien Le Tapis rouge.

Une cinquième présentation est déjà l’indice d’une solide implantation et les organisateurs de l’événement visent à accroître sa notoriété pour augmenter un achalandage stable et satisfaisant depuis les débuts. C’est la raison pour laquelle on a opté pour une nouvelle approche en présentant dimanche soir un événement spécial à la microbrasserie du centre-ville de Trois-Rivières Le Temps d’une pinte. On a alors présenté les grandes lignes de l’activité tout en présentant quelques films. «Nous sommes satisfaits du succès de l’événement d’année en année mais le défi est désormais d’élargir notre clientèle en allant chercher des jeunes, principalement, explique la coordonnatrice administrative de Travelling - Les films qui voyagent, l’organisme qui chapeaute le Long week-end du court Maud Christiane. Notre clientèle se situe principalement dans la tranche des 25-35 ans, même si certains volets attirent des gens plus âgés et nous voulons aller chercher plus de jeunes en provenance de l’université et du cégep. Nous savons que c’est une clientèle qui aime ce format de production cinématographique et je pense qu’il importe essentiellement de leur faire savoir que notre événement existe pour qu’ils y participent.»

Le programme de l’édition 2018 n’est pas encore complet pour ce qui est des films qui seront présentés mais la programmation des activités a été établie. Comme l’an dernier, sept blocs ont été identifiés: on compte le volet de films régionaux, celui des films québécois, le volet international, expérimental et trash de même que la Carte blanche sans compter la Leçon de cinéma.

Cette dernière activité mettra en vedette le réalisateur Pascal Plante, auteur du long métrage Les faux tatouages qui viendra parler de son travail. Il sera accompagné par l’interprète d’origine trifluvienne Rose-Marie Perreault, qui a non seulement participé à ce dernier film, une des plus heureuses surprises de la dernière année au cinéma québécois mais qui multiplie les tournages autant à la télévision qu’au grand écran. Cette activité sera présentée samedi en après-midi.

Pour ce qui est de la Carte blanche, elle a été offerte aux réalisateurs belges Xavier Seron et Méryl Fortunat-Rossi qui offriront leur sélection personnelle des meilleurs courts métrages belges des dernières années dans un volet présenté en soirée samedi. Les autres volets présenteront le meilleur des courts-métrages sortis au cours de la dernière année. Le volet international comptera deux représentations distinctes le vendredi soir et le dimanche soir. C’est également dimanche en soirée qu’on présentera le film improvisé qui sera réalisé par deux tout jeunes réalisateurs régionaux: Christopher Côté et Sarah-Ève Boivin.

La programmation constituant chacun des volets sera annoncée au cours des prochaines semaines. Notons que deux prix seront présentés soit celui de l’INIS pour le meilleur film de la programmation régionale et un autre pour la meilleure production de la programmation québécoise. Toutes les représentations auront lieu dans la plus grande salle du Tapis rouge sauf les volets trash du vendredi soir et expérimental du samedi soir qui seront offerts en fin de soirée au Café Frida, au centre-ville trifluvien. La programmation est disponible sur la page Facebook de l’événement.