Le lancement de la programmation de la 11e Féerie de Noël a réuni le maire de Saint-Élie, Robert Gauthier, et la directrice du tourisme, Martine Painchaud.

Sauce traditionnelle pour la Féerie de Noël

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — La Féerie de Noël de Saint-Élie-de-Caxton prend un virage trad pour sa 11e année. Les organisateurs ajoutent des spectacles de musique traditionnelle à la programmation et apportent un changement majeur aux contes diffusés dans les carrioles: les participants à ces balades dans les rues du village n’entendront plus la voix de Fred Pellerin, mais celle de Céline Jantet.

Durant 15 soirs entre le 7 décembre et le 2 janvier, entre 1500 et 2000 visiteurs sont attendus à Saint-Élie pour notamment prendre part à ces balades dont les contes sont l’affaire de Mme Jantet, une conteuse de Montréal. Fred Pellerin prêtait sa voix et son imagination aux contes de la Féerie de Noël depuis le lancement de cette activité en 2008. Selon le maire de Saint-Élie, Robert Gauthier, c’est un concours de circonstances qui a conduit à cette décision.

«Depuis environ deux ans, on avait des commentaires des gens. La clientèle avait besoin de goûter à du changement. Quand on a commencé à approcher Fred, il était en Europe. On était un peu à la dernière minute», reconnaît le maire de Saint-Élie.

Selon ce dernier, le virage trad s’inscrit dans une volonté de promouvoir le talent local. Voilà pourquoi les Frères Lemay (8 décembre), le groupe Lavabo (14 décembre), les Tireux d’roches (22 décembre), les Tri-tons (5 à 7 gratuit le 27 décembre) et une veillée dansante (29 décembre) sont à l’horaire de la 11e Féerie de Noël.

«Nous avons une tradition de contes, de chansons. On veut mettre en valeur notre patrimoine immatériel. On veut augmenter l’offre culturelle pour nos citoyens et accroître le nombre de touristes», ajoute M. Gauthier, en parlant de ces spectacles qui seront présentés au Garage de la culture.

La Municipalité a d’ailleurs l’intention d’investir dans l’isolation de la bâtisse afin de pouvoir profiter de cet équipement 12 mois par année. Elle est en train de faire faire des évaluations et l’objectif est de réserver une somme d’argent dans le budget de 2019.

Robert Gauthier reconnaît que ce virage est fortement teinté d’audace.

«On est en mode expérimentation. On voulait sortir des sentiers battus.»

La Féerie de Noël va aussi mettre en lumière une cinquantaine de jouets anciens dans une exposition présentée au Garage de la culture du 1er décembre au 7 janvier. Dès le 7 décembre, 14 décorations de Noël seront suspendues un peu partout dans le village par le biais d’un contrat de 4000 $ accordé aux Ateliers Nemesis, une entreprise de Saint-Élie spécialisée dans la confection de costumes et d’accessoires médiévaux.

Quelque 150 billets sont mis en vente pour chaque spectacle. Pour réserver sa place ou pour participer aux balades, les gens peuvent consulter le site Internet de la Municipalité.

D’autre part, les partenariats établis avec différents établissements de restauration et d’hébergement offrant des forfaits ne reviennent pas cette année. La Municipalité va cependant orienter les gens qui désirent profiter de ces services auprès de ses commerçants.

Hausse de 25 %

La dernière haute saison touristique de Saint-Élie a connu une hausse de 25 % de son achalandage. Plus de 11 000 billets ont été vendus pour les balades et les audioguides.

Lors du lancement de la saison touristique, on annonçait qu’environ 40 000 personnes étaient attendues. Ce nombre était davantage une estimation de foules, soutient Robert Gauthier.

«On préfère maintenant s’en tenir à des chiffres comptabilisés», mentionne le maire.

Cette nouvelle façon de faire n’empêche pas la directrice du tourisme, Martine Painchaud, de dire que c’était noir de monde durant l’été dernier.

«On a accueilli des Français, des gens d’Angleterre. Saint-Élie a une notoriété comme village. C’est dû à l’œuvre de Fred», résume Mme Painchaud.