Télé et radio

Mères à boutte et nouveaux millionnaires

CHRONIQUE / Entre réno et maternité, on veut que «toutes les femmes» puissent se reconnaître en regardant Canal Vie. Sept nouvelles productions originales figurent dans la grille d’automne de cette chaîne regardée à 65 % par un public féminin, mais dont l’écoute s’est légèrement érodée dans la dernière année, et qui à elle seule, totalise plus que ses deux rivales mises ensemble, CASA et Moi et cie.

On a vu l’éclosion de ces mères qui n’avaient plus de tabous à s’avouer indignes, on a maintenant Mères à boutte, série de huit demi-heures qui permet à cinq mamans de parler avec la plus grande franchise des affres de la maternité. Parmi elles, Maude Michaud, La parfaite maman cinglante, influenceuse de Québec, n’hésite pas à en parler crûment. Sexualité après l’accouchement et crises de bacon des enfants seront abordées au cours de la série, diffusée le mercredi à 21h dès le 5 septembre.

J’ai l’impression que je ne serai pas le seul à être ému par L’unité des naissances, nouveau docu-réalité tourné au département d’obstétrique-gynécologie du CHU Sainte-Justine à Montréal. La moitié des grossesses y sont à risques, et un bébé peut y naître moins gros qu’une livre de beurre. Vous assisterez à la naissance d’un bébé aux prises avec une masse cancéreuse au foie, qui doit être opéré à peine 24 heures après être venu au monde. Plutôt angoissant pour les parents. Ces 10 demi-heures seront diffusées à partir du mercredi 5 septembre à 21h30.

J’ai très hâte de voir Ça change pas le monde, 10 demi-heures sur 17 personnes qui ont gagné de gros montants à la loterie. Yve Lavigueur, de la célèbre famille, sert de fil conducteur. Benoît, qui a remporté plus de deux millions de dollars deux jours après avoir été largué, a vu son ex-conquête refaire surface, regrettant tout à coup leur séparation. Tiens, tiens. «L’argent peut apporter le bonheur», admet un gagnant, qui pleure en se souvenant de son ancienne vie. Le vendredi à 19h30 à partir du 7 septembre.

Le concept de Club Mel consiste à demander à deux collaborateurs-débatteurs de s’affronter sur une question, devant public, pour tenter de convaincre un invité vedette. Mélanie Maynard anime cette joute oratoire dans un club montréalais, La Voûte, dans les anciens coffres-forts de la Banque Royale. Laisseriez-vous votre enfant de 14 ans dormir chez son chum ou sa blonde? Est-ce que les enfants nuisent à la carrière des femmes? En débattront entre autres Antoine Vézina, Kim Rusk, Maxim Martin, Rémi-Pierre Paquin et Tammy Verge, devant des invités comme Bianca Gervais et Alex Perron. Sympathique et rigolo. À partir du jeudi 6 septembre à 21h.

Dans la catégorie «témoignage inspirant», je suis sûr qu’il y aura beaucoup d’intérêt pour le documentaire unique Josée Boudreault plus forte que l’AVC, le lundi 3 septembre à 21h. On y revient bien sûr sur le drame vécu par l’animatrice en 2016, mais aussi sur sa nouvelle vie avec ses filles et son conjoint Louis-Philippe Rivard, qui n’a rien, elle, de dramatique, bien au contraire. Plus légèrement, Les gratteux, avec Gildor Roy et Marie-Christine Proulx, mettra tout en œuvre pour nous faire économiser. Pas sûr que j’ai envie de râper du savon pour fabriquer mon propre détergent à lessive, mais j’accepterais volontiers de réduire ma facture d’électricité de 220 $ par année. Un plus courageux que moi a réussi à économiser 3000 $ dans une année en trouvant sa nourriture dans les ordures. Et sans jamais s’intoxiquer. Dès le lundi 3 septembre à 19h30.

Télé et radio

Geneviève Brouillette et Patrice Godin dans «District 31»

CHRONIQUE / Geneviève Brouillette et Patrice Godin s'ajoutent à la distribution de «District 31», cet automne sur ICI Radio-Canada Télé. «Quand on m'attaque, je me défends», envoie le lieutenant Gabrielle Simard à son confrère Daniel Chiasson (Gildor Roy) dans une nouvelle promo dévoilée sur la page Facebook de l'émission, en fin de soirée lundi.

D'après ce qu'on voit, la dame n'entend pas à rire, de là son surnom de «main de fer dans un gant de plomb». Voilà un nouveau mandat pour Geneviève Brouillette, qu'on a vue ces dernières années dans Ruptures, Conseils de famille et Marche à l'ombre, et qui fait partie de la distribution de la nouvelle série 5e rang, prévue pour l'hiver sur la même chaîne.

Dans cette même promo, on voit marchant à ses côtés l'acteur Patrice Godin, dans un nouveau rôle lui aussi. Le sergent-détective Yannick Dubeau remplace Patrick Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis), qui avait annoncé sa sabbatique à la fin de la dernière saison. On parle d'«un collègue d’une grande gentillesse, à l’écoute et toujours prêt à aider», mais qui «traîne aussi son lot de drames personnels», explique-t-on dans un communiqué. Voilà de quoi alimenter les spéculations autour du personnel et des intrigues du district.

District 31, qui a encore une fois connu un succès phénoménal la saison dernière, sera de retour le lundi 10 septembre à 19h, donnant le coup d'envoi à la nouvelle programmation d'automne d'ICI Radio-Canada Télé. Bien peu d'informations ont filtré jusqu'à maintenant. Dans le magazine TV Hebdo Téléromans, la productrice Fabienne Larouche laisse entrevoir que les personnages de Laurent Cloutier (Patrick Labbé) et de Maxime Vézeau (Vincent Leclerc), qu'on a vus dans la scène finale de la deuxième saison, feront toujours partie de l'histoire.

Télé et radio

Gros attributs, gros argent

CHRONIQUE / Z a déjà donné dans le documentaire sur la porno, et chaque fois, avec beaucoup de succès. Faut-il s’en étonner? Nouveauté de la programmation d’automne de cette chaîne consommée surtout par des hommes, «Porn to be wild» s’ajoute à cette liste, en suivant une Québécoise de Chicoutimi et un Néo-Brunswickois francophone évoluer dans cet univers à Los Angeles.

Tout un personnage que ce Jessy Jones, installé là-bas il y a 10 ans, et qui figure maintenant parmi les trois plus grandes stars de l’industrie sur la Côte ouest. Quand il a commencé jeune à regarder de la porno, dans son patelin de Val-Lambert, il se faisait dire qu’il ne «faiserait» jamais rien de sa vie. «Je gagne 25, 30 fois plus d’argent qu’ils font» aujourd’hui, souligne-t-il triomphant. La routine est stricte : il passe un test de VIH toutes les deux semaines. Son point fort : il reste dur longtemps. C’est pas moi qui le dis.

De son côté, Savana Styles, 37 ans, œuvrait comme infirmière-chef lorsqu’elle a quitté le Saguenay pour suivre son amoureux à Santa Monica et posséder sa propre boîte de production. Produite chez Pixcom, la série réalisée par Simon Sachel (Barmaids, Les croque-morts) ne montre pas de parties génitales mais est tout de même cotée 18 ans et plus, pour son propos et sa nudité partielle. Diffusion le vendredi à 22h, à partir du 7 septembre. Ça risque de faire jaser.

Vous n’aurez probablement jamais entendu autant de bips que dans Semi-pro, un docu-réalité sur le monde de la Ligue nord-américaine de hockey, reconnue pour sa violence. Peut-être causée par la rage d’être passé à un cheveu de faire la Ligue nationale, dans plusieurs cas. L’organisation tente d’adoucir cette réputation, mais joueurs et partisans résistent, de sorte que certains se vantent presque d’en être à leur 500e bataille sur la glace. Pendant le jeu, entre les Éperviers de Sorel et les Draveurs de Trois-Rivières, on s’insulte à coups de «continue à prendre tes stéroïdes!» KOTV produit cette série de huit demi-heures, diffusée le lundi à 21h30, dès le 3 septembre, jour d’entrée en ondes de la programmation d’automne.

J’ai été ébranlé par les longs extraits de Pinel : au cœur de la maladie mentale, tournée à l’intérieur des murs de cet hôpital psychiatrique, spécialisé en psychiatrie légale. Après l’excellente série En prison, diffusée l’an dernier, on s’intéresse cette fois au travail des patients de cette institution montréalaise, mais aussi à ses agents d’intervention et à tout le personnel de l’endroit.

Vous devinez que tous les visages des patients de l’Institut Philippe-Pinel, ou à peu près tous, sont brouillés pour ne pas qu’on les identifie. On parle de cas lourds, parfois dangereux, qui nécessitent une surveillance constante. Un cadre très complexe pour l’équipe de tournage, encore plus qu’une prison. Un simple fil de micro devenait un outil risqué en présence des patients, souvent menottés. Le mercredi à 22h.

Ailleurs dans la programmation de Z, le jeudi à 21h, le talk-show Maripier! revient pour une troisième et probablement dernière saison, selon l’avis même de son animatrice, Maripier Morin. Martin Perizzolo est de retour, tout comme Rémi-Pierre Paquin et Réal Béland, auxquels s’ajoutent Les Grandes Crues et Julien Lacroix comme collaborateurs. Deux autres titres reviennent : Rapides et millionnaires et Direct dans l’net, avec une nouvelle équipe à l’animation : Maxim Martin, Korine Côté et Sébastien Dubé.

Comme plusieurs chaînes spécialisées, Z a vu ses parts de marché décliner dans la dernière année. Mais elle détient la plus forte concentration d’hommes de 18 à 49 ans parmi son public, et mise sur des productions originales québécoises, plus populaires que les acquisitions. La série Comédie sur mesure apparaît non seulement au premier rang de son palmarès de productions originales, mais aussi de toutes les chaînes de divertissement de Bell, excluant les fictions. D’abord présentée à l’hiver, la série revient dès cet automne avec de nouveaux épisodes, le jeudi à 21h30. Les humoristes repartent donc conquérir les spectateurs dans plusieurs villages du Québec, avec des numéros créés sur mesure pour eux en deux jours. Quelques noms : José Gaudet, Alex Perron, Billy Tellier et Pierre Hébert. Dans une émission spéciale d’une heure, Alexandre Barrette rend visite aux résidents de Lac-Mégantic, cinq ans après la tragédie. Vous le verrez pleurer devant le public, mais trouver le moyen de le faire rire aussi.

Le même humoriste animera sa propre émission, Roast Battle : le grand duel, avec Mike Ward comme juge, l’hiver prochain à Z. Pour vous permettre de vous attacher à ses séries, la chaîne restera débrouillée du 28 août au 2 octobre.

Télé et radio

Ces enfants d’ailleurs

CHRONIQUE / On n’a pas idée des efforts que doivent déployer les enfants qui arrivent au Canada après avoir quitté leur pays, souvent dans des conditions difficiles. Et de la patience des professeurs qui les accueillent dans leurs classes. Ces Néo-Québécois proviennent du Sri Lanka, du Bangladesh, de la Russie, de l’Inde, du Tchad, du Maroc, ne parlent pas français, n’ont aucun repère, ne savent même pas se servir d’un cadenas.

Pièce maîtresse de la programmation d’automne de TV5, et diffusée dès le mardi 4 septembre à 19h30, la nouvelle série documentaire québécoise Classe à part nous donne un aperçu très émouvant et révélateur de l’adaptation de ces nouveaux arrivants. «On a du mal à réaliser tout le poids qu’il peut y avoir sur les épaules des enfants», remarque Maryline Beuchot, enseignante à l’école primaire Bedford, dans le quartier Côte-des-Neiges à Mont­réal. «C’est arriver sur la planète Mars», donne-t-elle comme parallèle. C’est à peu près ça, quand on voit ces enfants mettre le pied dans l’école pour la première fois.

Produite chez Blimp Télé, la série de 10 épisodes d’une heure se promène entre deux groupes, l’un du primaire, l’autre du secondaire. On suit de plus près six élèves et leurs familles, parfois incomplètes, certains parents, frères ou sœurs, ayant dû rester dans leur pays d’origine.

Une série comme Classe à part ne peut faire autrement que de nous ouvrir à la réalité de ces enfants qui feront le Québec de demain. J’ai été ému par eux et par ces deux enseignantes qui leur montrent la voie avec tant de dévouement et d’abnégation. Chantal Labrie, de l’école secondaire Lucien-Pagé dans Parc-­Extension, parle lentement à ses élèves, est d’une gentillesse et d’une patience qui l’honorent. Mais finit aussi par craquer quand les choses vont moins bien.

Les enfants aussi suscitent l’admiration. «Ils ont une forme de maturité à cause de l’expérience migratoire, qu’on ne retrouve pas toujours, je pense, chez les enfants qui n’ont pas vécu ça», explique Maryline Beuchot, aussi souriante que sa collègue. Oui, vraiment, cette série risque de changer votre perception de l’intégration à laquelle doivent se soumettre ces enfants et ados déracinés.

Du côté d’UnisTV, la petite sœur de TV5 destinée aux francophones de tout le pays, on mise beaucoup cet automne sur Un vrai selfie, docu-réalité de 10 semaines produit par Trio Orange, qui réunit huit jeunes aux prises avec des troubles psychologiques, à partir du mercredi 19 septembre à 20h30. Chaque épisode navigue entre une thérapie qui réunit tout le groupe avec une psychologue, et des images de leur intimité, qu’ils ont prises eux-mêmes, tels des autoportraits vidéos.