Télé et radio

Les choix télé de Richard Therrien

Voici les choix télé de notre chroniqueur pour la fin de semaine.

VENDREDI

Deux hommes en or, Télé-Québec à 21h

Invités: Renée Martel, Philippe Brach, Michel Tremblay et le conservateur Alain Rayes.

***

SAMEDI

Anne, ICI Radio-Canada Télé à 20h

Deuxième saison. Les Cuthbert doivent composer avec leurs nouveaux pensionnaires.

*** 

DIMANCHE

La vraie nature, TVA à 21h11

Jean-Philippe Dion convie Sonia Vachon, Corneille et Jean-Marc Généreux.

Chronique

Mourir d’amour

CHRONIQUE / Les thrillers fantastiques ne sont pas légion à la télé québécoise. Quand on en voit, ce sont souvent des productions étrangères à gros budget. Sûrement par crainte de n’atteindre qu’un public très niché, ou encore de souffrir de la comparaison, il ne s’en produit que très peu pour les adultes chez nous, si ce n’est de Grande Ourse, qui date déjà de plusieurs années.

La malédiction de Jonathan Plourde, une minisérie que diffusera Super Écran dès le lundi 12 novembre à 21h, puis que VRAK reprendra l’automne prochain, fait donc figure d’exception. À mi-chemin entre le drame et la comédie romantique, la série est coproduite par une boîte québécoise, Avenue Productions (Marche à l’ombre), et par une boîte ontarienne, Slalom (Toi & moi ). D’ailleurs, les six épisodes d’une heure ont été entièrement tournés dans la région d’Ottawa, avec une équipe majoritairement ontarienne. Des acteurs locaux héritent surtout de rôles secondaires, aux côtés de collègues québécois dans les personnages principaux.

Le Jonathan Plourde du titre est un jeune homme de 23 ans, joué par Félix-Antoine Duval (Xavier dans L’Échappée). Sa vie est devenue un enfer depuis que, chaque fois qu’il tombe amoureux d’une fille, elle meurt tragiquement. Ludivine Reding fait une apparition éclair dans le rôle de l’une d’elles. La chose le trouble énormément, de sorte qu’il met tout en œuvre afin de ne plus tomber amoureux de personne, se contentant d’entretenir une relation platonique avec une livreuse de poulet. Ça se complique quand une séduisante gestionnaire (Kalinka Petrie) fait son apparition au bureau.

Bien entendu, la police soupçonne Jonathan de causer ces décès en série. Dans le noir total, celui-ci se tournera, par désespoir, vers les sciences occultes pour expliquer cette malédiction. Table qui bouge, croisement de Scrabble et de Ouija, lecture dans les chakras et conversations avec les plantes; il se prête à tout ça, par l’entremise d’une étrange collègue (Laetitia Isambert) très insistante. Simon Lacroix, la moitié du couple gai de Lâcher prise, incarne l’ami et le voisin de travail immédiat de Jonathan, alors que Sonia Vachon joue sa mère. Jean-Nicolas Verreault apparaît au quatrième épisode, dans un rôle mystérieux qui surgit du passé.

L’idée provient de Stéphane Lapointe, qui a oeuvré surtout comme réalisateur ces dernières années, notamment pour la première saison de Lâcher prise et les deux saisons de Faits divers. Cinéaste et scénariste, il a d’abord voulu en faire un film avant de se tourner vers la télé. Lui-même d’Ottawa, le réalisateur Martin Cadotte (Motel Monstre) offre une belle vitrine à la capitale nationale, superbement filmée. Les textes de La malédiction ont été confiés à Pierre Marc Drouin (Le siège), Marie-Sissi Labrèche et Philip Rodrigue.

La série surfe constamment entre le fantastique et la comédie. Si vous aimez les séries ultra réalistes, ce n’est pas pour vous. On n’a pas affaire ici à la série du siècle, mais on rit souvent, et les quelques effets spéciaux sont étonnamment crédibles. On insiste beaucoup sur les cauchemars et les visions de Jonathan, hanté par un personnage portant un «kangourou», et qui se trouve chaque fois là où les drames se produisent. Au moins, la série ne se prend pas au sérieux, particulièrement quand il est question de spiritisme et de surnaturel. Et Félix-Antoine Duval porte bien la série, crédible dans le rôle principal. On reste souvent pour lui, parce que l’œuvre souffre parfois du jeu plus faible de certains acteurs de soutien.

Comme VRAK, qui se cherche depuis quelques années, on ne sait pas trop à quel public on s’adresse, entre l’adolescence et l’âge adulte. La chaîne de Bell Média souhaite toutefois atteindre un auditoire plus âgé qu’avec Jérémie et Le chalet. Au fait, VRAK diffuse à partir de lundi à 19h30 la fiction quotidienne Clash, sur les jeunes patients d’un centre de réadaptation pour personnes accidentées.

Télé et radio

La drogue qui tue

CHRONIQUE / Le fentanyl arrache des vies. De plus en plus. Les cas relatés dans les médias sont souvent brutaux. Même «District 31» s’est mise de la partie ces jours-ci, avec une vague de morts tragiques reliées à la consommation de cet opioïde sans merci.

Mais d’où sort le fentanyl? Qui en consomme et pourquoi fait-il tant de victimes? Fentanyl: la menace, la série documentaire qui commence mercredi soir à 20h30 sur Moi et cie, risque de vous ébranler, et pas juste un peu. C’est sale, c’est coup de poing, et c’est sûrement ce que ça prend pour nous éveiller sur une réalité qu’on croit loin de nous.

Parfait dans ce rôle, le rappeur Samian nous sert de guide, avec une sincérité, une absence totale de préjugé. Lorsqu’il discute avec les accros au fentanyl, il échange, il entend, il partage avec eux, et surtout, il ne les juge pas. Les toxicomanes doivent le sentir puisqu’ils se confient sur des faits très intimes de leur vie. Vous verrez la misère humaine dans sa plus profonde désolation. Ça fait mal à voir, mais ça nous ouvre les yeux.

J’ai été incapable de retenir mes larmes en voyant Tina raconter son histoire. Crack, morphine, coke, toutes les heures de sa vie. Elle a été séquestrée par un individu qui la forçait à consommer du fentanyl. Elle vit dans un taudis avec son amoureux. Et le plus grave: elle est enceinte. Personne ne choisit une telle existence, souligne Samian. Le cas de Cate, qui se prostitue pour amasser les 400$ que lui coûte chaque jour sa drogue, est tout aussi poignant. Ils ont tous l’air plus vieux que leur âge, on les sent démolis, hors de toute réalité. On nous promet quelques images d’espoir plus tard dans la série de six demi-heures, et j’avoue qu’on en aura besoin.

Télé et radio

ICI Tou.tv, de plus en plus extra

CHRONIQUE / On peut dire que les choses vont bien pour l’Extra d’ICI Tou.tv, qui a connu une croissance d’abonnements payants de 78% de septembre 2017 à septembre 2018. Après Club illico il y a trois semaines, au tour de la plateforme de Radio-Canada de dévoiler sa programmation, composée de plusieurs nouveautés. À vous de voir si la section payante vaut l’investissement de 6,99$ par mois. Parce qu’ICI Tou.tv, quand ça ne bogue pas, ça peut effectivement être extra.

C’est en février prochain que sera mise en ligne la minisérie Le monstre, inspirée du livre d’Ingrid Falaise, signée Chantal Cadieux (Mémoires vives) et réalisée par Patrice Sauvé. Une histoire vécue par Ingrid Falaise elle-même, qui a été sous l’emprise d’un homme violent. Pas un sujet joyeux, mais les premières images donnent envie de voir l’œuvre. Rose-Marie Perreault incarne le personnage principal. Je suis curieux de voir Les bogues de la vie, une comédie romantique de Michel Brouillette et Stéphanie Perreault en 10 demi-heures, sur la rencontre improbable entre un concepteur de jeux vidéo (Charles-Alexandre Dubé) et une avocate (Charlotte Aubin), que tout éloigne. On nous l’annonce pour mars et, contrairement à Trop ou Les Simone, Les bogues de la vie restera exclusive à l’Extra pour un long moment.

Environ 13% du trafic sur la plateforme provient des contenus des diffuseurs partenaires, composés de Télé-Québec depuis tout récemment, Bell Média, Groupe V Médias, TV5 Québec Canada et l’ONF, alors que la section Véro.tv génère 20% du trafic. C’est d’ailleurs sur Véro.tv que seront déposés les six épisodes de la deuxième saison de Plan B, le 7 novembre, avec Sophie Lorain dans le rôle d’une vedette de la radio, qui craint d’avoir négligé sa fille au profit de sa carrière. Je vous en reparlerai puisque la presse est convoquée à un visionnement la semaine prochaine, mais la bande-annonce fait anticiper le meilleur.

Plusieurs autres nouveautés sont au programme de Véro.tv, dont 22 minutes avec..., une série de spectacles au Lion d’Or par de jeunes humoristes de la relève. Disponible en janvier. Sortez les mouchoirs pour Je ne veux pas partir, sur une femme de 32 ans atteinte de fibrose kystique, Audrey Metcalfe, qui ne devait pas atteindre la trentaine selon les pronostics des médecins. Elle rencontre des gens qui, comme elle, doivent apprivoiser la mort. À voir en avril. Pierre-Yves Lord, qui tournera bientôt une émission pilote pour ICI Radio-Canada Télé, met déjà un pied dans la tour avec Ma génération, série documentaire de Fair-Play sur les défis de la quarantaine, à voir en février.

Une nouvelle saison complète de Rétroviseur n’est hélas pas prévue pour l’instant, mais on tourne aujourd’hui même une spéciale d’une heure sur La fureur avec Sébastien Benoit et Mahée Paiement. L’émission sera disponible le 17 décembre, quelques semaines avant le retour pour un soir de La fureur sur ICI Télé en janvier. Ni Trop, ni Demain des hommes, qui ont d’abord été relayées par ICI Tou.tv, n’ont encore obtenu leur feu vert pour une nouvelle saison. Les deux séries sont actuellement diffusées sur ICI Radio-Canada Télé.

Dans la section gratuite, on attend la version animée de Bébéatrice, inspirée des réflexions de la fille de Guy A. Lepage, dont on attend les neuf premiers épisodes pour le 14 novembre. Une animation dépouillée, mais des propos irrévérencieux. On nous annonce une cinquième saison d’En audition avec Simon pour février et une troisième de L’âge adulte pour avril. Et Terreur 404, la websérie d’horreur de Sébastien Diaz, maintes fois récompensée à travers la planète, revient avec de nouveaux épisodes le jour de l’Halloween. En passant, ICI Tou.tv retransmet maintenant gratuitement ICI Télé en direct pour ceux qui n’ont pas de télé. Sachez que les six premiers épisodes des Magnifiques, les trois premiers de Lâcher prise et les deux premiers des Pays d’en haut arriveront à temps pour les Fêtes.

***