Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Sophie Lorain et Rachel Graton
Sophie Lorain et Rachel Graton

Portrait-robot: fermez vos yeux

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Quand Ève Garance brosse un portrait-robot, elle demande aux victimes de fermer les yeux pour se remémorer chaque séquence du drame, quitte à les replonger dans de bien douloureux souvenirs. Puis «stop!» Elle s'arrête sur un moment, un détail, qui fera toute la différence.

On ne compterait qu'une dizaine de portraitistes judiciaires au pays. Un métier singulier, au centre d'une nouvelle série policière qui s'annonce palpitante, en ligne dès jeudi sur le Club illico.

Portrait-robot, dont j'ai vu les deux premiers épisodes, repose sur le quatuor d'une unité spéciale enquêtant sur des meurtres et des disparitions. Foncièrement artiste, Ève Garance (Rachel Graton) détaille ses portraits avec la fine intuition qui l'habite. Un personnage tordu et tourmenté, qui porte la douleur d'avoir perdu son fils il y a cinq ans.

L'équipe travaille au sous-sol d'une ancienne morgue, dans des bureaux qui auraient pu appartenir à des détectives privés des années 50. Sophie Lorain incarne la directrice de l'Unité des enquêtes, Maryse Ferron, en fauteuil roulant en raison d'un syndrome rare; une femme intransigeante, aux propos tranchants, qui ne se passe jamais de sa casquette dans ses fonctions.

«Des congés pis des vacances, on connaît pas ça», lance-t-elle d'emblée à sa recrue, Anthony, ou «Anto», technicien diplômé en chimie analytique et en biotechnologies, qui apporte beaucoup de lumière à cette équipe terne et sévère, du moins en apparence. Dans ce rôle, un nouveau visage, celui d'Adrien Belugou, qu'on a vu brièvement dans Cerebrum, et à qui on s'attache spontanément.

Puis, dans le rôle de Bernard Dupin, ou «Molosse», Rémy Girard est encore plus bougon que Paul Bougon! Cette légende de la police est un être exécrable, qui s'autoproclame raciste, homophobe et misogyne. On devine bien assez vite que tout ça n'est que façade, pour briser entre autres toutes les illusions de son nouveau et jeune collègue.

«C'est un hypersensible qui se protège par tous les moyens, parce qu'il a vu trop d'horreur dans sa vie. Il sait que ce qui attend le jeune Anto sera épouvantable», explique Alexis Durand-Brault, qui réalise les six premiers épisodes, en plus de produire la série avec Sophie Lorain chez ALSO; Yan Lanouette Turgeon a réalisé les quatre suivants.

La série est signée André Gulluni, qui a coréalisé les films Origami et Roche papier ciseaux, en plus de faire partie de l'équipe d'auteurs de L'oeil du cyclone sur Véro.tv. Dans Portrait-robot, l'auteur sait accrocher le téléspectateur.

La complexité des personnages constitue l'un des principaux atouts de cette série: d'emblée, on veut savoir quelle peine veut noyer Ève en combinant anxiolytiques avec alcool, pourquoi Bernard est si désagréable, ce qui se cache derrière l'extrême minutie de Maryse. Ces personnages qui nous apparaissent tous détestables au départ parviennent très rapidement à nous intriguer.

Un peu comme Anne Fortier pouvait le faire avec les suspects dans la série de Fabienne Larouche, Ève Garance parvient à faire parler les victimes en gagnant leur confiance. Si Rachel Graton n'en a pas rencontré pour la série, elle a déjà passé plusieurs heures avec une portraitiste judiciaire mais en tant que victime, dans la vraie vie.

«Ça m'a aidée parce que je devais comprendre l'effort mental que devait déployer la victime. La personne en face du portraitiste peut être traumatisée et vivre une amnésie momentanée, donc ça prend un niveau d'empathie, de concentration, de précision pour réussir à entrer en contact avec cette personne.»

Chaque enquête est résolue en deux épisodes, de sorte qu'on en suivra cinq au cours de la série, en plus de l'intrigue en filigrane sur le passé douloureux d'Ève. Ainsi, la disparition d'une fillette faisant écho à un drame du genre remontant huit ans plus tôt occupe les deux premiers épisodes. Jean-François Pichette incarnera un psychopathe à la mémoire défaillante, à mille lieues des rôles qu'on lui confie généralement.

Les maniaques du genre remarqueront peut-être plusieurs références à de grands polars ou séries policières, comme le nom de famille de Bernard Dupin, emprunté à l'oeuvre d'Edgar Allan Poe, ou alors celui de Maryse Ferron, qui rappelle L'homme de fer, ce policier privé de l'usage de ses jambes dans la série des années 60 et 70.

Dans la série de 10 épisodes, les portraits-robots se déploient et évoluent sur les visages des suspects, ce qui donne un côté très vivant à des esquisses habituellement très statiques. Alexis Durand-Brault admet avoir été influencé par le cinéaste David Fincher (Sept, Fight Club) pour l'esthétique de Portrait-robot, qui devrait captiver les abonnés du Club.

Plusieurs fictions originales sont en production chez Club illico, dont Patrick Senécal présente, La faille, Audrey est revenue, la série de Florence Longpré et Guillaume Lambert dont le tournage commençait lundi, Les honorables, Léo et la nouveauté de Florence Longpré et Philippe Falardeau, Autant en emportent les framboises.

Mais n'attendez pas de suite à Victor Lessard, un dossier qui semble bel et bien fermé.

Cotes d'écoute: du nouveau pour l'automne

Vous avez été nombreux à réagir à mon papier de la semaine dernière sur le fonctionnement des sondages d'écoute et je vous en remercie. Il y a d'ailleurs du nouveau au sujet de la compilation des données numériques, un dossier sur lequel Numeris travaille depuis plusieurs années. Sachez qu'une solution de mesure vidéo multiplateforme, combinant la consommation linéaire et en ligne, a été développée et qu'elle sera lancée l'automne prochain, nous promet-on. J'y reviendrai.

La dernière de la saison d'En direct de l'univers, qui recevait Ginette Reno, a rallié 1 212 000 fidèles sur ICI Télé, confirmant l'énorme pouvoir d'attraction de ce rendez-vous du samedi soir. Il va sans dire que France Beaudoin sera de retour cet automne, pour une 13e saison. À TVA Sports, le match désastreux opposant le Canadien aux Jets a retenu 487 000 amateurs.

Dimanche, Star Académie a dominé le palmarès avec ses 1 273 000 accros à TVA, devant Tout le monde en parle, choisie par 966 000 sur ICI Télé, et la finale de Big Brother célébrités, par 656 000 sur Noovo.

Des nouvelles de Pascale Nadeau

Comme moi, plusieurs d'entre vous avez remarqué l'absence de Pascale Nadeau au Téléjournal du week-end sur ICI Télé et ICI RDI. Le service des communications de Radio-Canada m'informe que la cheffe d'antenne est présentement en congé de maladie, «mais toute autre information concernant son absence est de nature personnelle», ajoute-t-on.

Vous voudrez sûrement vous joindre à moi pour lui envoyer de bonnes ondes et lui souhaiter le meilleur pour les semaines à venir. Preuve de l'affection que lui voue le public: Pascale Nadeau est nommée encore une fois dans la catégorie Animateur ou animatrice de bulletins de nouvelles, en vue du prochain Gala Artis à TVA.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.