Le cinéma Fleur de Lys, comme les autres salles commerciales de la région rouvriront leurs portes le 3 juillet.
Le cinéma Fleur de Lys, comme les autres salles commerciales de la région rouvriront leurs portes le 3 juillet.

Réouverture des cinémas commerciaux le 3 juillet: sécurité d’abord

C’est le 3 juillet que les salles commerciales de cinéma rouvriront leurs portes dans la région comme ailleurs au Québec. La chose est confirmée par Ciné-Entreprise qui détient les Cinémas Fleur de Lys de Trois-Rivières Ouest et le Cinéma du Cap comme par les Cinémas Biermans, de Shawinigan, et le Tapis rouge, à Trois-Rivières.

Du côté de Ciné-Entreprise, le directeur aux opérations Hugo Thibeault indique qu’on est en train de s’assurer de respecter toutes les mesures sanitaires exigées par le gouvernement et plus. «On parle de gestion de la circulation avec des indicateurs au sol, de plexiglass aux guichets, d’une offre diminuée au casse-croûte pour minimiser le temps d’attente. Les employés qui ne pourront pas garantir le respect de la distance de deux mètres porteront la visière de protection. Pour ce qui est des billets, on va favoriser la réservation sur Internet de façon à minimiser les attentes au guichet et éviter les paiements en argent comptant.»

«À l’intérieur des salles, on va laisser un espace de deux bancs entre les groupes tout en limitant à 50 le nombre de places disponibles par salle. Évidemment, un nettoyage et la désinfection seront effectués régulièrement mais on conservera le même horaire qu’on avait avant la pandémie.»

«On s’attend à des débuts plus calmes en termes d’affluence à partir du 3 juillet mais la sortie de gros films vers la fin du mois (Mulan sortira le 24 juillet et Tenet, le 31) devrait augmenter l’achalandage et à ce moment, on va être bien rodés. Notre idée générale, c’est de conserver l’expérience de cinéma la plus pure possible en toute sécurité.»

Pour ce qui est de la programmation, les discussions se poursuivent toujours avec les distributeurs donc, on n’est pas en mesure de la dévoiler immédiatement. On précise néanmoins qu’on va avoir un mélange de films dont certains qui étaient à l’affiche au moment de la fermeture, des classiques qui vont revenir, des films québécois, le tout jusqu’au moment des grosses sorties de l’été.

Au Tapis rouge, la programmation est annoncée pour la première semaine d’exploitation post-confinement. Six films seront à l’affiche avec un égal mélange de nouveautés et de films ayant déjà été projetés. Docteur?, 14 jours, 12 nuits et 1917 reprennent l’affiche alors qu’en nouveauté, on présentera C’est ça le paradis?, Donne-moi des ailes et Les Trolls 2.

Il va sans dire que l’annonce de la réouverture constitue une bouffée d’air frais pour le copropriétaire du Tapis rouge Joël Côté. «Nous sommes soulagés de pouvoir reprendre les affaires et les commentaires reçus sur Facebook sont encourageants. Je m’attends à une bonne affluence. Évidemment, en plein été, ce n’est pas comme les grosses saisons mais c’est peut-être mieux ainsi parce qu’avec une capacité réduite à 50 places par salle on ne sera peut-être pas obligés de refuser l’accès à des gens, ce qui est toujours embêtant.»

«On a posé des plexiglass à certains endroits et mis une signalisation au sol pour la circulation des gens. Comme on a des films qui ne sont pas très longs, on devrait être en mesure d’avoir quatre séances quotidiennes pour chaque salle avec une pause de 45 minutes entre chaque projection, le temps de bien nettoyer. On va débuter quotidiennement un peu plus tôt qu’avant et terminer un peu plus tard avec les dernières séances autour de 20 h. Comme l’affluence est moindre en soirée, les gens plus prudents pourront venir pour les dernières représentations.»

Par ailleurs, l’horaire sera aménagé de telle sorte qu’il n’y ait pas de moments où le public qui entre croisera celui qui sort des salles et ainsi éviter trop de proximité. «Dans les salles, la santé publique impose une distance de 1,5 mètre ce qui fait qu’on va avoir un siège de distance entre les groupes de cinéphiles et l’écart entre les rangées assure déjà la distanciation nécessaire.»

La question de la disponibilité des films ne semble plus poser problème. «Disons qu’on a un bon choix pour quelques semaines à l’avance avec de belles primeurs. Par exemple, dès la deuxième semaine, on va compter sur le film québécois, Suspect numéro un.»

Joël Côté ne nie pas que les trois mois et demi de confinement ont fait mal à son entreprise. «Les événements, les visites scolaires, les locations qui ont été annulés pèsent lourd parce que ce sont des revenus qu’on ne retrouvera pas et ce n’est pas demain la veille que ces volets-là vont reprendre.»

«De plus, on n’a pas eu tellement d’aide si ce n’est un prêt du gouvernement fédéral et, peut-être, un autre de IDE Trois-Rivières mais au mieux, ça va simplement nous permettre de respirer pendant un moment. C’est pour ça qu’il était important pour une petite entreprise comme la nôtre de se remettre en marche rapidement. Je ne suis pas inquiet pour notre survie. C’est sûr qu’on compte sur le retour de notre clientèle pour nous aider à se remettre en selle. On va aussi travailler sur des initiatives pour développer cette clientèle dans les prochaines semaines.»