Yannick Gendron a présenté aux élèves de l'École primaire d'éducation internationale de Trois-Rivières, pavillon De La Terrière, sa théorie selon laquelle le fondateur de Trois-Rivières est Théodore Bochart.

Remettre l'histoire en question

Leurs parents ont sûrement appris que le fondateur de Trois-Rivières se nommait Laviolette. Des élèves de 4e année de l'École primaire d'éducation internationale de Trois-Rivières, eux, ont plutôt fait la connaissance de Théodore Bochart, mardi, avec la visite de Yannick Gendron.
L'historien a élargi sa démarche de démystification de l'identité du fameux fondateur en exposant son hypothèse aux enfants de 9 et 10 ans.
Déjà très informés en ce qui concerne l'histoire de la Nouvelle-France et de Trois-Rivières, les élèves se sont fait présenter le personnage auquel Yannick Gendron associe la fondation de Trois-Rivières, mettant de côté la fixation historique du nom de Laviolette dans ce rôle.
Pourquoi est-ce le nom de Laviolette que l'on retrouve dans les livres d'histoire, alors? «Parce qu'on a toujours répété ce nom-là», répond Yannick Gendron en confiant aux enfants qu'il trouve parfois les historiens paresseux.
Lui-même historien, M. Gendron a d'entrée de jeu illustré son champ d'étude en insistant sur l'aspect enquête qu'il comporte.
«Un peu comme une enquête policière, on recherche des preuves, on cherche à savoir qui a fait quoi. En histoire, il faut toujours douter, remettre en question», a précisé l'invité des deux classes de 4e année, en appuyant aussi sur l'importance de se baser sur plus d'une source pour corroborer une affirmation.
«Moi, j'ai eu mon petit doute dans ma tête au sujet de Laviolette», a expliqué l'historien en mentionnant que le nom de Laviolette se retrouvait dans une seule source, soit le Catalogue des Trépassés, un répertoire des naissances et des décès de l'époque.
Par contre, en fouillant dans d'autres sources dont les Relations des Jésuites et les récits de voyages de Champlain, un nom s'est imposé, celui de Théodore Bochart.
M. Gendron a raconté aux enfants comment le capitaine Bochart a servi de bras droit à Champlain dans l'établissement d'une habitation permanente à Trois-Rivières. De par son importance dans le développement de la colonie, l'érection de ce bâtiment peut être considérée comme le point de référence de la fondation de la ville.
«Champlain lui a dit d'aller créer une habitation permanente. C'est lui négociait avec les Amérindiens. Il agissait comme un commandant. C'est lui qui donnait les ordres, c'était une autorité», a énuméré Yannick Gendron en parlant de Bochart, reparti en France en 1636 et décédé en 1653.
L'historien a par la suite présenté aux élèves une partie du documentaire Sur les traces de Laviolette, qu'il a créé avec Pierre Saint-Yves en 2009. Le duo travaille à la suite du projet, soit la rédaction d'un ouvrage sur Théodore Bochart et le tournage d'un documentaire. Une campagne de sociofinancement via La Ruche (laruchequebec.com/projet/theodore-bochart-2286) est en cours pour soutenir le projet qui inclut un voyage en Europe pour étoffer la recherche.