La salle J.-Antonio-Thompson rouvrira dans les prochaines semaines.
La salle J.-Antonio-Thompson rouvrira dans les prochaines semaines.

Rassemblements intérieurs de 250 personnes: vers une quasi-normalité pour les salles de spectacle

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — À quelques exceptions près, les gestionnaires des principales salles de spectacle de la région ont une bonne idée de la façon dont ils s’adapteront à la suite de l’augmentation à 250 du nombre de personnes pouvant prendre part à un rassemblement intérieur.

Du côté de Culture Trois-Rivières, on confirme que la salle J.-Antonio-Thompson rouvrira d’ici quelques semaines. Elle était en effet fermée depuis la mise du Québec sur pause en mars dernier. Les spectacles qui y seront présentés à compter du début septembre, suivant bien sûr les règles de distanciation toujours en vigueur, seront d’ailleurs dévoilés mercredi.

Les autres lieux de diffusion gérés par cet organisme où sont présentés des spectacles, soit l’église St. James, les salles Louis-Philippe-Poisson et Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture ainsi que le Théâtre du Cégep de Trois-Rivières demeureront quant à eux fermés jusqu’à nouvel ordre.

«La seule salle qui peut accueillir 250 personnes [en respectant la distinction sociale], c’est évidemment la salle Thompson. Dans les autres, on pourrait seulement avoir environ 50 personnes. C’est donc la seule qui nous permet d’accepter des propositions intéressantes, jusqu’à ce qu’il y ait de nouvelles règles bien sûr», explique la directrice générale adjointe, Valérie Bourgeois.

La plateforme de vente de billets Ovation a également été adaptée afin de respecter la réalité post-pandémie.

«On n’a pas à condamner de sièges. Lorsque des billets sont vendus ensemble, ça bloque automatiquement les sièges autour d’eux afin de respecter la distanciation d’un mètre et demi», poursuit-elle.

Par contre, la réouverture des salles shawiniganaises ne semble pas être aussi imminente. Le directeur général de Culture Shawinigan, Bryan Perreault, est d’ailleurs très avare de commentaires sur le sujet. Du bout des lèvres, il confirme néanmoins que plusieurs scénarios sont à l’étude. Il refuse par contre d’élaborer davantage. Selon lui, la situation est encore trop imprévisible pour annoncer quoi que ce soit.

«Je n’ai présentement rien à dire là-dessus car nous n’avons rien à annoncer», répond-il.

Bonifier l’offre

Alors qu’aucun spectacle n’a été présenté dans les salles de Culture Trois-Rivières depuis belle lurette, les activités ont récemment repris tranquillement à l’Amphithéâtre Cogeco. Après avoir été le théâtre du Grand spectacle télévisé de la fête nationale et ayant servi ensuite de lieu de captation pour deux spectacles uniques diffusés sur Internet, des prestations intimes ont été et seront présentées devant 50 personnes sur la scène de l’amphithéâtre situé au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice. Après Rick Pagano et Mononc’ Serge la semaine dernière, le duo 2Frères, France D’Amour, le Trifluvien Steve Hill et Ludovick Bourgeois s’y produiront au cours des prochains jours. Selon la directrice générale adjointe de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Marie-Michelle Mantha, cette formule est grandement appréciée, autant des spectateurs que des artistes eux-mêmes.

Les activités ont récemment repris à l’Amphithéâtre Cogeco.

«Malgré l’annonce de la semaine dernière, nous avons décidé de garder la formule intimiste pour cette série de spectacles qui se poursuivra jusqu’au 15 août. Nous allons par contre bientôt annoncer une nouvelle série de spectacles pouvant accueillir 250 personnes dans les sièges rouges de l’amphithéâtre, en assurant la distanciation sociale. Nous avons pris cette décision, car la configuration de la salle de formule cabaret que nous avions annoncée ne nous permettait pas d’augmenter la capacité en respectant notre concept. Nous voulions garder ce que nous avions présenté aux spectateurs qui ont acheté des billets», précise Mme Mantha.

Sans dévoiler l’identité des artistes qui feront partie de la deuxième série de spectacles, cette dernière confie néanmoins que les Trifluviens seront choyés. Selon elle, l’ambiance qu’offre l’endroit ainsi que la qualité des installations sont très appréciées des artistes. Par ailleurs, il n’est pas difficile présentement de les convaincre d’y venir, d’autant plus que la grande majorité d’entre eux veulent monter sur scène à tout prix, après en avoir été privés pendant plusieurs mois.

Pour le chef d’orchestre du cabaret Le Memphis de la rue des Forges, le chanteur Martin Fontaine, l’augmentation du nombre de personnes pouvant participer à un rassemblement intérieur lui permettra d’accueillir dorénavant environ 80 personnes dans son établissement. Comme à l’Amphithéâtre Cogeco, on y présentait des spectacles devant 50 personnes depuis déjà quelques semaines. En temps normal, cette salle peut accueillir environ 240 personnes.

«Ça nous permettait de garder la tête hors de l’eau. On se disait que c’était mieux que de laisser les frais fixes nous vider de nos liquidités», raconte celui qui s’est fait connaître comme personnificateur d’Elvis Presley.