La quatuor vocal trifluvien QW4RTZ part vers l’Inde pour un voyage d’apprentissage, dans le cadre d’une association avec l’organisme SOPAR-Bala Vikasa.

QW4RTZ part vers l’Inde

TROIS-RIVIÈRES — Engagé auprès de la jeunesse, dans une perspective tant musicale qu’éducative, le quatuor vocal trifluvien QW4RTZ élargit ses horizons et se joint à SOPAR-Bala Vikasa, un organisme sans but lucratif voué au développement international en Inde, dont il devient le porte-parole. Le groupe sera en Inde pour un court, mais intense séjour d’apprentissage au début du mois de janvier.

C’est à travers les différents spectacles-conférences – QW4RTZ en fait une centaine par année – que l’ensemble trifluvien en est venu à connaître SOPAR (pour Société de partage). Malgré 40 ans d’activité, l’organisme demeure largement inconnu, constate François Pothier Bouchard, membre du quatuor trifluvien. «Ça faisait longtemps qu’on cherchait une cause que l’on aurait à cœur. Donc, si on peut leur donner un peu de visibilité, c’est tant mieux», déclare-t-il.

Si les causes que défend SOPAR peuvent paraître loin des préoccupations habituelles de QW4RTZ, davantage axées sur l’intimidation, l’estime de soi et la persévérance scolaire, M. Pothier Bouchard affirme y voir «un beau modèle d’aide humanitaire». Contrairement à la vision traditionnelle du développement international, l’approche de SOPAR soutient des initiatives qui émanent du milieu, fait-il valoir. «C’est l’envers de ce qu’on voit d’habitude», résume-t-il.

Les projets que supporte SOPAR touchent notamment à l’approvisionnement en eau potable et à l’intégration des femmes sur le marché du travail, indique M. Pothier Bouchard. Les hommes mourant souvent jeunes, dû à des accidents de travail, cela engendre une problématique de jeunes veuves devant se débrouiller seules avec de lourdes responsabilités familiales, fait-il valoir.

Le trait commun entre l’approche que SOPAR met de l’avant et l’engagement social de QW4RTZ à ce jour réside peut-être dans les liens qu’ils tissent tous deux avec les jeunes d’ici. M. Pothier Bouchard explique en effet que des élèves d’écoles d’ici amassent des fonds qui seront dédiés à la construction de puits d’eau potable pour des communautés indiennes. Des délégations d’élèves sont ensuite envoyées là-bas pour constater de visu les fruits du travail de coopération, relate-t-il.

«On a parlé à des jeunes qui sont revenus de ces voyages-là et à chaque fois il y a des étoiles dans leurs yeux. Ça fait vraiment des super beaux citoyens après ça, qui sont conscients de la chance qu’on a en occident d’avoir tout, tout cuit dans le bec», commente le chanteur.

Fébrile à l’approche d’un séjour qui s’annonce sous le signe de l’intensité, François Pothier Bouchard souligne enfin que les quatre membres du groupe, de même que leur employée, Isabelle Larouche, vont d’abord en Inde pour se familiariser avec la culture et les causes que défend SOPAR. «On a un horaire de premier ministre», image-t-il. Le groupe sera en effet parti huit jours, du 5 au 13 janvier, en incluant les quatre jours de déplacement.