Le quatuor QW4RTZ (de gauche à droite: Louis-Alexandre Beauchemin, Philippe C. Leboeuf, François Pothier-Bouchard et François Dubé) est devenu mercredi le tout premier ambassadeur de Culture Trois-Rivières.

QW4RTZ: le choix évident

Trois-Rivières — Culture Trois-Rivières continue de remodeler son image en annonçant une première en 22 ans d’existence: le choix d’un ambassadeur pour l’année 2019. Ce choix s’est porté sur le groupe QW4RTZ.

De l’aveu même de la présidente du conseil d’administration de Culture Trois-Rivières, Stella Montreuil, Culture Trois-Rivières veut renforcer son image de marque et dans cette optique, on ne pouvait guère trouver mieux que QW4RTZ. Le groupe est né ici, trois de ses quatre membres, Louis-Alexandre Beauchemin, François Pothier-Bouchard et Philippe C. Leboeuf, sont des Trifluviens d’origine, ils sont jeunes, talentueux, originaux et rayonnent de plus en plus hors des frontières québécoises et nationales. Qui plus est, et ce n’est pas anecdotique, ils perdent rarement l’occasion de clamer qu’ils sont originaires de Trois-Rivières.

Ils seront donc plus présents dans la région au cours de l’année 2019 que par les années passées et seront au centre de certains événements. Pour l’heure, ils ont réalisé une vidéo qu’il est possible de voir sur le site de Culture Trois-Rivières et qui est fort bien réalisée dans laquelle ils interprètent l’Hymne à Trois-Rivières de Joseph-Antonio Thompson dans plusieurs des neuf lieux de diffusion de Culture Trois-Rivières. L’idée est d’autant plus intéressante qu’elle vient des gars de QW4RTZ.

Nancy Kukovica, directrice de l’organisme paramunicipal, a parlé de cette initiative de nommer des ambassadeurs comme d’une façon de s’épanouir davantage. «C’est une excellente nouvelle qui s’inscrit dans nos efforts pour renouveler l’image de l’organisation après le changement de nom il y a deux ans et celui de notre image de marque lors de notre vingtième anniversaire. On explore ici une nouvelle avenue et ça va nous permettre de rayonner davantage à l’intérieur de notre propre communauté comme à l’extérieur. C’est une autre façon pour nous d’agir pour la culture et d’augmenter l’indice de bonheur des citoyens.»

«Les Trifluviens le savent, les gars de QW4RTZ sont extraordinaires et on trouvait qu’il y avait beaucoup de ressemblances entre eux et notre organisation. Ils sont innovateurs, énergiques et ont un répertoire très vaste et varié ce qui est également notre cas.»

Pour l’instant, il s’agit d’un contrat d’une seule année et la direction de Culture 3-R analysera dans les prochains mois la pertinence de poursuivre l’initiative.

«On innove, on essaie quelque chose, d’indiquer la directrice. On ne peut pas dévoiler tout de suite ce que seront les événements auxquels QW4RTZ va participer parce qu’on veut réserver des surprises. L’idée c’est de faire rayonner la culture, faire connaître nos lieux de diffusion et donner le goût de la culture aux gens. Il ne faut pas oublier que la plupart des lieux de diffusion appartiennent à la municipalité, donc aux gens et on souhaite qu’ils se les approprient. On a plein de beaux musées, de bons organismes culturels ou artistiques qui viennent enrichir la vie trifluvienne.»

Rappelons que les lieux de diffusion dont il est ici question sont: la salle Thompson, la Maison de la culture, l’Église St. James, le Centre culturel Pauline-Julien, le Centre d’exposition Raymond-Lasnier, le Manoir Boucher de Niverville, Boréalis, la Maison Rocheleau et le Théâtre du cégep de Trois-Rivières.

Du côté du quatuor vocal, on dit avoir accepté ce mandat comme quelque chose de parfaitement naturel. «C’est tellement spécial à toutes les fois qu’on passe à Trois-Rivières, plaide François Dubé, seul membre non trifluvien du groupe. Il y a les gens bien sûr, mais aussi les diffuseurs qui nous ont permis de connaître le succès que nous avons auprès des Trifluviens. Quand on nous a proposé de devenir ambassadeurs, on a sauté sur l’occasion.»

«Le défi, explique Philippe C. Leboeuf, ce sera de rendre justice à toute la valeur culturelle et historique de Trois-Rivières. Nous, on a notre vision mais il va falloir s’imprégner de tout ce qui se passe ici pour en parler un peu partout. Culture Trois-Rivières, ce sont plusieurs disciplines artistiques, pas seulement les arts de la scène.»

En progression

Pour ce qui est des activités de QW4RTZ, elles démontrent la progression de la carrière du groupe. Le quatuor travaille présentement sur la confection de son deuxième album dont on nous dit qu’il va différer du premier tout en conservant la signature propre au groupe. «Disons qu’il va être plus organique, dit Louis-Alexandre Beauchemin. On va être plus près de l’identité de base du groupe alors qu’on se réunissait autour d’une table de cuisine simplement pour chanter.» On promet une sortie à l’automne.

Par ailleurs, on continue les conférences dans les écoles, les nombreux spectacles en salle tout en gardant un œil sur la France où le passage à l’émission La France a un incroyable talent a ouvert des portes.

«On va aller participer à des événements vitrines et on va prendre le temps de planifier les choses, d’expliquer François Dubé. Il ne faut pas oublier que les familles de chacun des membres s’agrandissent et qu’on ne peut plus se permettre de partir en France pendant des semaines pour investir le marché. On tient à demeurer fidèle au public d’ici d’abord. On a eu une offre pour se produire dans un théâtre parisien qu’on a dû refuser parce qu’elle est arrivée à la dernière minute et qu’on ne pouvait se permettre d’annuler plusieurs spectacles au Québec pour un contrat là-bas. On en est rendu là: gérer nos disponibilités, quitte à refuser des offres. C’est un beau problème.»