La traditionnelle remise des Prix littéraires Thérèse-D.-Denoncourt avait lieu jeudi au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac. On y retrouve, de gauche à droite: André Hamel, 3e prix, Lise Roy, présidente de la Société d’études et de conférences Mauricie/Centre-du-Québec, Jean-Pierre April, 1er prix, Olivier Gamelin, coordonnateur du concours et Anne Klimov, 2e prix.

Prix littéraires Thérèse-D.-Denoncourt: Jean-Pierre April honoré

Trois-Rivières — Les Prix littéraires Thérèse-D.-Denoncourt remis par la Société d’études et de conférences de la Mauricie/Centre-du-Québec ont été remis jeudi au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac, lieu privilégié pour cette cérémonie annuelle.

Les quatre récompenses remises sont accompagnées de bourses d’un montant global de 2000 $. Cette année encore, le concours littéraire a attiré bon nombre d’auteurs amateurs et professionnels puisqu’une quarantaine de textes ont été soumis au jury qui était dirigé par l’artiste multidisciplinaire Madeleine Sauriol.

Il était également composé de Magali Boisvert, journaliste à la Gazette de la Mauricie et de Félix-Antoine Désilets-Rousseau, professeur au Collège Laflèche de Trois-Rivières. Les textes admissibles touchaient les genres de la prose, de la poésie et du récit.

Le Premier prix a été attribué à Jean-Pierre April pour sa nouvelle intitulée Malédiction électorale. Longtemps professeur de littérature au Cégep de Victoriaville, le lauréat est bien loin d’être un nouveau venu sur la scène littéraire.

Il est considéré comme l’un des principaux auteurs de science-fiction au Québec et il a à son palmarès une vingtaine d’ouvrages qui lui ont valu plusieurs Prix Boréal, le Prix de la Société Saint-Jean-Baptiste, le Prix Arthur-Buies, le Prix des Cinq continents de la francophonie, le Prix littéraire des enseignants, le Prix Adagio du Salon du livre de Trois-Rivières pour l’ensemble de son œuvre de même que le Prix littérature du Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec.

Le jury a commenté cette nouvelle en disant que l’auteur maîtrise l’intrigue de la nouvelle ne laissant aucune phrase au hasard dans «...une écriture sans fioriture qui agrippe le lecteur et ne le relâche qu’une fois l’histoire terminée. D’ailleurs, cette écriture sert aussi les connaissances de l’auteur puisque derrière cette nouvelle se cache une connaissance profonde du combat québécois: se libérer de la tradition ou s’ancrer davantage dans la noirceur, voter pour la renaissance en René Lévesque ou pour le statu quo en Jean-Jacques Bertrand. Bref, ce récit n’a pas de faille, hormis un vote annulé. En somme, une intrigue menée de main de maître.»

C’est à Anne Klimov qu’est revenu le deuxième prix pour sa suite poétique intitulée Itinérance sur papier froissé. Cette détentrice d’une maîtrise en études littéraires de l’UQTR offre depuis plus de dix ans des ateliers d’écriture dans différents organismes de la Mauricie dont la FADOQ Mauricie et les bibliothèques de Shawinigan.

Pour ce qui est du troisième prix, il a été décerné à André Hamel pour sa nouvelle littéraire Le dragon-cornemuse.

Finalement, le Prix coup de cœur du jury a été attribué à Roxanne Pellerin pour sa nouvelle littéraire La révolte d’Amélie.