Patricia Bouffard Lavoie, membre de l’Atelier Presse-Papier et Valérie Guimond, présidente de l’Atelier Presse-Papier se réjouissaient du lancement de la deuxième édition du prix Francine-Turcotte. L’œuvre de la défunte artiste était d’ailleurs imprimée sur les biscuits qu’on servait lors de la conférence de presse.

Prix Francine-Turcotte: viser la croissance

TROIS-RIVIÈRES — La deuxième édition du prix Francine-Turcotte a été lancée jeudi et avec elle vient une fierté d’amener cette initiative de l’Atelier Presse-Papier un peu plus loin. Cette récompense, attribuée à un livre d’artiste, souligne la qualité du travail de création que font les artistes en arts visuels autant qu’elle tient bien vivante, la mémoire de l’artiste Francine Turcotte qui a grandement contribué au rayonnement du domaine artistique tant localement qu’internationalement.

Pour Valérie Guimond, présidente du conseil d’administration de l’Atelier Presse-Papier, ce deuxième concours est une occasion de se surpasser. «Je vois ça comme un défi d’aller chercher un peu plus d’artistes au Québec. On veut grandir au Québec et, pour les éditions ultérieures, on verra si on ouvre le concours à l’international.»

En plus de souligner l’excellence du travail des artistes d’ici, le concours permet un réseautage riche pour les artistes. «L’un des buts premiers du prix Francine-Turcotte, c’est de favoriser les échanges entre les ateliers, en plus d’amener les artistes à proposer leur dossier», affirmait Valérie Guimond, présidente du conseil d’administration de l’Atelier Presse-Papier. «De plus, on voulait garder la possibilité pour un jeune en voie de professionnalisation, la possibilité de participer puisque beaucoup de concours s’adressent aux artistes professionnels.» C’est donc une belle vitrine qui s’offre pour la relève. «Le prix Francine-Turcotte permettra l’exposition d’une sélection de livres et une fois dans la galerie, peut-être que la majorité du public ne votera pas pour le récipiendaire du prix. Ça peut ouvrir la porte à des surprises», soulignait Mme Guimond.

Le gagnant méritera 500 $ remis par Culture Trois-Rivières, 100 $ chez Omer De Serre, une publication de la photo dans la revue de la 11e BIECTR et une résidence d’artiste de quatre semaines. La récipiendaire du tout premier prix Francine-Turcotte, Marilyse Goulet se trouvait d’ailleurs à Trois-Rivières lors du lancement. C’est le moment qu’elle avait choisi pour venir faire la résidence qu’elle a remportée.

«Ç’a été un honneur et j’ai été très flattée qu’ils reconnaissent le travail d’une femme et qu’ils accordent le prix à une autre femme artiste. Ça m’a beaucoup touchée et je suis doublement touchée après avoir vu les œuvres de Francine Turcotte qui se trouvent à l’Atelier Presse-Papier», soulignait la jeune maman de deux enfants qui savourait pleinement ce moment de création.

La période d’inscription est donc ouverte pour les quatre prochains mois, c’est-à-dire jusqu’au 1er mars. Les livres retenus par le jury seront exposés à l’Atelier Presse-Papier du 4 au 21 avril. C’est lors du vernissage de l’événement que sera remis le prix Francine-Turcotte. Le public est invité à venir admirer les œuvres qui auront été sélectionnées et à choisir un coup de cœur qui sera attribué à la fin de l’exposition. Tous les détails sont disponibles sur le site de l’Atelier Presse-Papier et en nouveauté cette année, toutes les mises en candidature devront être transmises électroniquement.

La Biennale internationale d’estampe contemporaine, partenaire du concours, ne peut que se réjouir de cette initiative qui permet, tout comme l’événement, de récompenser ce qui se fait de mieux dans le domaine. «Le livre d’artiste est un véhicule très important pour passer une idée et la partager au niveau régional, national et international», mentionne Élisabeth Mathieu, directrice artistique de la BIECTR.