Une foule du Festival d'été de Québec
Une foule du Festival d'été de Québec

«Peu probable» que les festivals estivaux aient lieu

Avec la «règle des deux mètres» de distanciation qui devra être appliquée pendant encore «plusieurs mois» afin d’éviter une résurgence de l’épidémie de COVID-19, il est «peu probable» que les grands événements estivaux, dont le Festival d’été de Québec (FEQ), puissent avoir lieu, a indiqué mercredi le premier ministre du Québec, François Legault.

«C’est très difficile dans un festival ou un événement où il y a des centaines ou des milliers de personnes de respecter la règle du deux mètres. À partir du moment où on dit que la règle du deux mètres va s’étendre sur une plus longue période, effectivement c’est peu probable qu’on soit capable d’avoir ce genre de festivals cet été», a avancé le premier ministre lors de son point de presse quotidien. 

Interrogé au sujet des festivals, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, avait plus tôt déclaré que «les rassemblements intensifs vont demeurer un problème».

Avec de grandes foules convergeant notamment sur les plaines d’Abraham pendant 11 jours, le FEQ peut certainement mériter le qualificatif d’«intensif» choisi par le Dr Arruda. Ses organisateurs ont préféré réserver leurs commentaires pour jeudi matin. 

Aussi présenté sur l'immense site des Plaines, le spectacle de la Fête nationale du Québec risque fort de ne pas avoir lieu le 23 juin.

Au Festivent de Lévis (29 juillet au 2 août), aucune décision n’a été prise quant à la tenue ou non du rendez-vous. Le conseil d’administration doit se réunir mardi prochain et se penchera sur la question, a fait savoir le directeur général, Sébastien Huot.

«La première prémisse, c’est qu’on ne veut pas mettre la santé des festivaliers en jeu, explique-t-il. La deuxième chose, c’est qu’on ne veut pas mettre notre événement en fragilité financière. Si on a le droit de livrer un événement, on ne sait pas trop si les gens vont être au rendez-vous. Il y avait déjà beaucoup d’enjeux problématiques en ce moment.»

Avec un rendez-vous fixé à la mi-août, le festival d’humour ComediHa! se donne encore le temps d’évaluer les possibilités. «Depuis le début de la crise, on travaille sur un plan de contingence dans l’éventualité où ça pourrait perdurer. Dans les prochaines semaines ou les prochains mois, on va suivre l’évolution de la situation et on va suivre les directives qui vont être émises par les autorités. C’est sûr que la santé publique demeure la priorité», explique la directrice des communications Jolyane Pronovost. 

Incertitudes 

Tandis que plusieurs régions sont actuellement fermées pour des raisons de santé publique et qu’il est difficile de prévoir quand les déplacements seront de nouveau autorisés, les nouvelles prévisions ajoutent une pression supplémentaire pour les organisateurs d’événements.

Du côté de Tadoussac, dont le festival est attendu du 25 au 28 juin, on était dans l’incertitude, mercredi. «Dans le contexte actuel, et suite aux plus récentes déclarations du premier ministre du Québec, François Legault, la tenue du Festival de la chanson de Tadoussac s’avère de plus en plus compromise. Nous tiendrons une rencontre avec nos partenaires et les membres de notre conseil d’administration dans les prochains jours pour officialiser l’avenir de notre 37e édition et nous communiquerons la décision dans les meilleurs délais», a fait savoir le directeur général Julien Pinardon.

Attendu un mois plus tard, le Festif de Baie-Saint-Paul annoncera de son côté ses couleurs jeudi. 

Annulation des Chantiers du Carrefour

Plusieurs événements avaient déjà été annulés à cause du coronavirus, notamment à Montréal, où les festivals et événements sportifs ont été suspendus mardi jusqu’au 2 juillet. 

Dans la capitale, le Carrefour international de théâtre a renoncé à sa 21e présentation à la fin mars. Organisée en marge, l’activité Les chantiers / Constructions artistiques, qui présente depuis 13 ans des spectacles à diverses étapes de leur création (laboratoires, lectures, etc.) a fait de même jeudi. 

Avec une fenêtre ouverte jusqu’à la fin de l’automne, les festivaliers peuvent encore garder espoir d’un report du populaire spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…?, qui devait renouer en mai avec les berges de la rivière Saint-Charles.