Le chef de l'OSTR, Jacques Lacombe.

OSTR: Puccini pour conclure la 39e saison

Comme il a pris l'habitude de le faire depuis quelques années, le directeur artistique et chef de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières Jacques Lacombe a choisi de conclure la programmation de sa saison par la présentation d'un opéra version concert. Ce dimanche 28 mai à 14 h 30, l'OSTR et ses solistes invités revisiteront Tosca, de Puccini, en clôture de la 39e saison de l'orchestre.
Jacques Lacombe n'a jamais caché son intérêt marqué pour l'art lyrique. L'an dernier, la saison avait été couronnée par la version concert de La Traviata de Verdi, avec notamment la présence de la soprano Lyne Fortin, qui reviendra cette année pour incarner Floria Tosca. Le ténor belge Marc Laho fera ses débuts canadiens en incarnant Cavaradossi et Gregory Dahl prêtera sa voix à Scarpia pour compléter le trio de protagonistes au coeur de l'histoire.
Tosca est le premier opéra que Jacques Lacombe a appris à l'adolescence. Il l'a dirigé plusieurs fois, dont à ses débuts au Royal Opera House du Covent Garden de Londres. Il l'a aussi dirigé à l'Opéra de Bonn ce 25 mai et le refera à Calgary la saison prochaine.
«Comme je savais que je faisais Tosca cette semaine à Bonn, je trouvais que c'était un bon prétexte pour le faire à Trois-Rivières», commence Jacques Lacombe en expliquant son choix d'oeuvre pour le dernier concert de la saison. Son idée de programmer l'opéra de Puccini s'est matérialisée avec le recrutement d'une distribution qu'il a aussi bien choisie.
«J'ai déjà travaillé avec Lyne Fortin et je savais que c'était du répertoire qu'elle souhaitait faire. Gregory Dahl avait chanté la 9e de Beethoven avec nous et comme je voulais programmer Tosca, je lui ai demandé si ça l'intéressait et il a dit oui. Ce sera la première fois qu'il chantera Scarpia. L'année dernière, j'ai dirigé des concerts avec l'orchestre de Mulhouse et j'ai connu ce ténor belge, Marc Laho, qui a une voix vraiment magnifique. Sachant qu'il avait déjà chanté le rôle de Cavaradossi, je l'ai invité à venir le faire au Québec avec nous et il a accepté», détaille Maestro Lacombe.
Le baryton canadien Bruce Kelly incarnera le Sacristain, tandis que le ténor trifluvien Frédéric Larochelle-Martin tiendra le rôle de Spoletta. Le baryton-basse Guillaume St-Cyr complétera la distribution. Le Choeur de l'OSTR, préparé par Raymond Perrin, et les Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap, préparés par Claire Bisaillon, se joindront aux musiciens et aux solistes invités. Quelque 200 artistes occuperont la scène de la salle Thompson.
L'opéra version concert
«Un des objectifs en programmant des opéras, c'est d'élargir le répertoire de l'orchestre et d'élargir les styles qu'on aborde. Jouer pour l'opéra, c'est toujours bon pour des musiciens d'orchestre parce que ça prend une souplesse, il faut être à l'écoute des chanteurs. Il faut savoir accompagner mais en même temps amener l'orchestre à être presque un personnage dramatique, ce qui est le cas dans Tosca», ajoute-t-il en précisant que le style de Puccini se distingue par ses fréquents changements de tempo.
Jacques Lacombe apprécie également le sens dramatique de Puccini: «C'est un des compositeurs qui avaient vraiment le sens du théâtre. Quand on suit la trame dramatique d'un opéra comme Tosca, la musique exprime exactement les sentiments, les émotions de chacun des personnages. C'est toujours construit avec une tension dramatique incroyable.» 
«Il y a Tosca qui est cette cantatrice amoureuse de Mario Cavaradossi, un peintre, mais elle est super jalouse. Scarpia est le chef de la police, dans la Rome du temps des guerres napoléoniennes. C'est une histoire assez moderne parce que c'est une histoire de pouvoir, d'amour, de jalousie. Ce que Scarpia fait subir à Tosca, c'est presque du harcèlement, de l'agression. Ça ne finit pas joyeusement, parce que les trois principaux protagonistes sont morts à la fin», raconte Jacques Lacombe.
«C'est une oeuvre très puissante à la fois sur le plan dramatique que sur le plan musical. Ça prend des grandes voix et on a des grandes voix», conclut-il en parlant de l'opéra qui sera chanté en italien et surtitré en français.