Le Carmina Burana de Carl Orff qui constituait la pièce maîtresse du dernier concert de la saison de l’OSTR dimanche a permis aux solistes, ici le baryton Phillip Addis, de faire la démonstration de leur talent de comédien.

OSTR: l’art de finir en beauté

Trois-Rivières — La saison 2018-2019 de l’OSTR s’est terminée de grandiose façon dimanche après-midi à la salle Thompson. Non seulement parce qu’elle a pris fin sur les notes solennellissimes du O Fortuna de Carmina Burana mais également parce que le programme a été présenté devant une salle comble. Preuve supplémentaire que l’ère post-Jacques Lacombe se présente sous les meilleurs augures pour l’orchestre trifluvien.

La maestra Dina Gilbert, si elle est de petite taille, n’en a pas moins su soumettre l’orchestre à sa volonté dans la direction très précise que requérait la célèbre œuvre de Carl Orff, morceau de résistance de ce concert. Cette précision a permis d’accentuer le côté hétérogène et les nombreux éclats qui caractérisent la cantate d’une soixantaine de minutes. Or, avec la présence d’un imposant chœur constitué du Chœur de l’OSTR et de la Maîtrise du Cap, il fallait un leadership inébranlable au pupitre. Devant le résultat obtenu, force est d’admettre que la jeune chef était la personne toute désignée.

Trois-Rivières est une terre propice au développement des chorales et le concert de dimanche a mis en valeur cette caractéristique. Le chœur, très sollicité, a bien paru, se méritant même plusieurs gestes de remerciements et de félicitations de la part de la maestra au terme du concert, très apprécié du public si on se fie à l’ovation immédiate et enthousiaste dès la dernière note éteinte.

En première partie, la Cantate pour une joie pour soprano, chœur et orchestre du Québécois Pierre Mercure avait pris une dimension nouvelle du fait que la fille du compositeur assistait au concert. La belle et très évocatrice œuvre d’une trentaine de minutes annonçait fort bien celle qui allait suivre en offrant déjà un bel éventail de sonorités qui préfiguraient la très grande variété qui marque le Carmina Burana. Il a semblé, au terme du concert, que tout l’orchestre a été mis en valeur à un moment ou à un autre par la diversité inhérente aux deux pièces au programme.

Le programme a permis d’entendre trois solistes de haut niveau avec la soprano Aline Kutan, le ténor mauricien Jacques-OIivier Chartier et le baryton Phillip Addis. On regrettera seulement que la soprano ait eu de la difficulté à se distinguer de l’orchestre dans la cantate de Pierre Mercure au cours de laquelle, on perdait carrément sa voix à certains moments. Rien de cela dans la seconde partie où la délicatesse de l’accompagnement de l’orchestre a simplement mis en valeur les trois remarquables voix.

La part de Jacques-Olivier Chartier était malheureusement bien courte mais son Olim lacus colueram a permis de mettre non seulement sa voix en valeur mais également ses talents de comédien sur un ton humoristique fort réjouissant. Il reste qu’au terme de l’exercice, c’est le baryton Phillip Addis qui a fait la plus forte impression par sa démonstration de l’ampleur de son registre soutenu par un juste sens de la comédie.

Il se dégageait d’ailleurs de tous les interprètes un enthousiasme qui faisait plaisir à voir. Enthousiasme que partageait encore maestra Dina Gilbert au terme de la représentation. «L’orchestre trifluvien a une excellente réputation et il a été totalement à la hauteur de cette réputation aujourd’hui. De plus, individuellement, les musiciens ont manifesté beaucoup de personnalité et c’est très précisément ce que je souhaitais de leur part. J’ai demandé beaucoup de détails et ils me les ont donnés de façon fantastique dans le concert. Ils ont démontré beaucoup de flexibilité et ont élevé le niveau de leur interprétation d’un bon cran cet après-midi. Après avoir accumulé beaucoup d’informations au cours des répétitions, tout le monde était vraiment connecté dans le moment présent pour donner au concert une magie particulière.»

«L’orchestre a super bien réagi à toutes mes petites demandes supplémentaires au moment de l’interprétation et je dois dire que ç’a été fabuleux pour moi de travailler avec ces musiciens aujourd’hui. Trois-Rivières est choyée d’avoir un orchestre de cette qualité.»

De son côté, la directrice générale de l’OSTR Natalie Rousseau avait également plusieurs motifs de se réjouir et de ce concert et de cette saison qui arrivait à son terme. «Ç’a été un concert formidable! Ils ont vraiment travaillé dur et le résultat a été exceptionnel. L’équilibre des masses n’était pas à mon goût lors de répétitions, même à la générale, et aujourd’hui, tout était parfaitement en place. Je pense que le choix de Dina pour diriger ce programme était vraiment le bon. Jacques (Lacombe, qui a élaboré le programme) savait que ça prenait un chef capable de bien souder orchestre et chœur et comme elle est hyper vigilante aux détails, ça prenait ça pour contrôler autant de monde.»

La directrice générale convient que cette saison, la première depuis 12 ans sans Jacques Lacombe, constituait un grand défi pour tout le monde à l’orchestre et le bilan qu’elle peut aujourd’hui en tirer est très positif. «Oui, c’était un défi, notamment parce que certaines tâches qui incombaient au directeur artistique dans la mise en place des concerts ont dû être réparties entre plusieurs autres personnes qui les ont accomplies de très belle façon.»

«Ce dont nous sommes de plus en plus certains, et on va le tester encore plus l’année prochaine, c’est que c’est surtout le programme qui oriente les choix du public. Oui, il y a le chef, oui, il y a les solistes mais par-dessus tout, je pense que le programme fait la grosse différence. Les abonnés me proposent constamment des pièces et je sens bien qu’il y a un goût profond d’explorer de nouveaux répertoires. Je suis convaincue qu’il y a un public qui va suivre en autant qu’on fait de la belle musique et qu’on le surprend. Bien sûr, on n’oubliera jamais les grands classiques, mais il y a de la place pour des choses nouvelles.»

On en saura davantage au cours de la semaine puisqu’on dévoilera dans les prochains jours le contenu de la saison 2019-2020.