Une activité d’initiation à l’archéologie gratuite a présentement lieu au parc Saint-Maurice de Shawinigan de 10 h à 16 h, et ce, jusqu’à samedi inclusivement. L’activité est animée par l’archéologue shawiniganais Vladimir Molina et a été initiée par Élyse Levasseur, agente de développement du patrimoine à Culture Shawinigan.

On marche sur du passé

Shawinigan — Le mois d’août est le mois de l’archéologie. Dans ce contexte, Culture Shawinigan a mis sur pied une activité d’initiation qui permet au public de se familiariser avec cette discipline tout en découvrant le métier d’archéologue, sa pratique, les notions de fouilles et les raisons qui les justifient. L’activité a lieu jusqu’au samedi 24 août inclusivement dans le parc Saint-Maurice.

L’archéologue shawiniganais Vladimir Molina préside à cette activité publique et gratuite. Ce bachelier en archéologie a mis sur pied un site physique regroupant quatre stations qui représentent quatre aspects du métier d’archéologue. «Dans ma pratique, je fais beaucoup d’activités de sensibilisation du public à son patrimoine archéologique, explique-t-il. Mes projets se concentrent sur la vulgarisation. Je veux montrer que la richesse de ce patrimoine-là peut et doit être mise en valeur. Les gens associent toujours l’archéologie aux personnages d’Indiana Jones ou de Lara Croft mais la réalité est loin de ça. On étudie plutôt la relation des êtres humains avec leur culture matérielle: les artéfacts et les vestiges.»

L’installation présente un carré simulant une fosse pour montrer comment les spécialistes procèdent aux fouilles. On montre aussi une couche stratigraphique, une représentation des strates du sol qui montre les niveaux d’occupation successifs. Une table présente des artéfacts alors que le carré de fouille simulé permet aux gens de s’initier à ce travail tout en découvrant ce qu’il est possible de découvrir. Finalement, on invite les visiteurs à tamiser le sol pour récupérer les éléments plus petits qui leur auraient échappé. Évidemment, le professionnel est là pour répondre à toutes les questions.

Si le grand public ne pense pas d’emblée à Shawinigan comme un haut lieu pour les chercheurs, l’endroit reste pour eux très intéressant. «On sait que la ville a été créée spécifiquement en fonction des industries, ce qui est tout à fait unique au Canada. Shawinigan a un patrimoine archéologique industriel très important. Cette spécialité se penche sur les mécanismes d’industrialisation comme les ponts, les routes, les forces motrices, etc. Derrière ça, on peut voir quelle était l’organisation de travail des gens, leur vie quotidienne puisque l’industrialisation laisse une marque très claire dans le mode de vie même des gens. On peut retrouver beaucoup de vestiges de cette industrialisation aujourd’hui. Il y a toujours énormément à y apprendre, notamment comment les gens ont vu leur mode de vie se dessiner dans ce contexte particulier.»

L’archéologie, à bien des égards, est un travail d’enquête similaire au travail des enquêteurs de police. Ainsi, nous révèle Vladimir Molina, la disposition spatiale d’un site archéologique est extrêmement importante pour la valeur des informations qu’il peut révéler. Il importe donc de respecter parfaitement sa disposition spatiale et si un site est modifié ou détruit, on ne peut plus remonter l’histoire qu’il raconte.

Méconnu, cet univers demeure fascinant et susceptible d’intéresser toute la famille. C’est bien la raison d’être de cette initiative d’Élyse Levasseur, agente de développement du patrimoine à Culture Shawinigan. «L’archéologie est un patrimoine qu’on ne voit pas forcément d’emblée et c’est important pour le public de prendre conscience qu’on marche sur du passé. Des gens nous ont précédé et ont influencé qui nous sommes. C’est une discipline qui mérite d’être connue.»

«Ici à Shawinigan, nous avons une histoire récente mais on peut aussi remonter jusqu’à l’occupation amérindienne qui tient à la présence du Saint-Maurice. C’est quand même plus le patrimoine industriel qui est particulièrement riche ici et qui constitue un volet très intéressant.»

Comme Vladimir Molina habite Shawinigan et qu’il possède une expertise dans la vulgarisation de la discipline, il apparaissait comme un choix évident. «J’ai confiance qu’on ait une bonne affluence pour l’activité, estime la responsable. Il y a eu beaucoup d’intérêt manifesté sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de sa tenue. J‘espère surtout susciter la curiosité, allumer une étincelle pour faire prendre conscience aux gens qu’il existe autre chose que ce qui est visible à l’œil nu quitte à ce qu’ils poursuivent leurs recherches d’informations de leur côté à la suite de la visite.»

L’activité est libre et se tient de 10 h à 16 h encore jeudi, vendredi et samedi au parc Saint-Maurice, au bout de la 4e rue de la Pointe, tout juste à côté du rond-point.