Malgré la pluie, tant les acrobates que les spectateurs ont savouré la dernière représentation de Nezha, l’enfant-pirate, à Shawinigan.

Nezha, l’enfant-pirate et Joyeux Calvaire: deux finales en beauté, malgré la pluie

TROIS-RIVIÈRES — Malgré un orage qui aurait pu gâcher la fête, c’est en beauté que le rideau est tombé, samedi soir, sur les spectacles Nezha, l’enfant-pirate, à Shawinigan, et Joyeux Calvaire, à Trois-Rivières. À la Cité de l’énergie comme à la Corporation des événements de Trois-Rivières, qui présentaient les deux créations, respectivement du Cirque Éloize et du Cirque du Soleil, on se réjouit du succès des deux spectacles, tout en regardant déjà vers l’an prochain.

La pluie et les éclairs ont légèrement perturbé la représentation de Joyeux Calvaire, hommage à la musique et à l’univers des Cowboys Fringants, à l’Amphithéâtre Cogeco. La directrice adjointe de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Marie-Michelle Mantha, assure cependant que cela n’a pas nui à l’expérience des spectateurs venus assister à l’ultime représentation de cette cinquième création de la série Hommage.

«On a dû interrompre le spectacle à la toute fin, 25 minutes, pour permettre aux artistes de performer en toute sécurité, explique-t-elle. Les gens sont restés dans la salle et on a pu recommencer à la fin de cette petite ondée. Mais ça a bien adonné, parce que le numéro qui suivait était celui des danseurs dans l’eau, donc ça a su donner une touche particulière. Tout le public s’est senti impliqué dans ce numéro d’eau!»

En dehors de cet imprévu, la soirée s’est déroulée comme sur des roulettes, assure Mme Mantha. «Ç’a été une super belle soirée. Je pense que les gens étaient très heureux et se sentaient chanceux de partager cette dernière soirée-là avec les artistes. On sentait d’ailleurs toute la nostalgie et la fébrilité chez ces derniers. Ils voulaient vraiment donner un spectacle pour marquer le coup et à la fin, ils ont tous plongé dans le bassin pour célébrer la fin de cette belle série hommage.»

Les artistes tenaient à offrir une dernière performance inoubliable pour le spectacle Joyeux Calvaire.

Pas stressés, les acrobates

À l’amphithéâtre Québecor de la Cité de l’énergie, les artistes du Cirque Éloize ont eux aussi vécu cette averse sans trop s’inquiéter. Certains acrobates ont même fait la remarque après le spectacle, à la blague, que la pluie se mariait plutôt bien avec le spectacle, qui présente le combat de Nezha contre les éléments, dont, bien sûr, l’eau.

«On n’a pas eu à interrompre le spectacle, souligne Sandy Letendre, directrice générale de la Cité de l’énergie. Les gens étaient sous l’amphithéâtre, qui est couvert. Pour les acrobates, il y a seulement une section qui est sous la pluie, mais l’eau se déverse quand même sur la scène quand il y a pluie battante. Mais ils étaient contents, ils trouvaient même que c’était un défi supplémentaire. Tout le monde était inquiet pour eux, mais ils ont vraiment apprécié l’expérience. Il y a une scène en duo avec Nezha qui se déroule au sol et avec l’eau par terre, ça a même ajouté beaucoup dans cette scène.»

«Une soirée vraiment magique, c’est ce que beaucoup de gens ont dit en sortant de l’amphithéâtre», ajoute Mme Letendre.

La pluie s’est arrêtée juste avant le début du feu d’artifice, vers 22 h 45. S’il est probable que plusieurs personnes aient renoncé à sortir de chez eux étant donné les caprices de la météo, Mme Letendre croit que l’achalandage était malgré tout très important.

La pluie s’est arrêtée juste avant le début du feu d’artifice à la Cité de l’énergie, samedi soir.

La suite?

Marie-Michelle Mantha confirme que les ventes ont atteint des records tout au long de l’été pour Joyeux Calvaire. Les trois supplémentaires se sont bien remplies et plusieurs soirs affichaient complet. Ce succès retentissant place du même coup la barre très haut pour la suite des choses, sachant que l’entente entre le Cirque du Soleil et la Corporation des événements de Trois-Rivières se poursuit jusqu’en 2024. Alors que certains se demandent si la formule de la série Hommage n’a pas atteint son apogée et ses limites avec Joyeux Calvaire, Mme Mantha répond qu’au contraire, elle semble plutôt être un gage de succès pour les productions à venir.

«La musique québécoise est tellement riche de par les artistes qui la composent, mais aussi les univers qui sont créés. Pour nous, c’est tellement inspirant de pouvoir travailler ce genre de spectacle-là et le Cirque nous semble être très inspiré également. Donc pour nous, cette formule-là a encore sa place et sa vocation. Il y a encore de belles manières de surprendre les gens tout en gardant un concept qui est similaire», promet-elle.

Une fois les décors enlevés, l’équipe de créateurs du Cirque du Soleil se remettra d’ailleurs rapidement à l’oeuvre, afin de pondre le prochain spectacle, dont le thème est habituellement dévoilé juste avant le temps des Fêtes.

Du côté de Shawinigan, l’entente entre la Cité de l’énergie et le Cirque Éloize prévoit que le spectacle Nezha revienne pour un troisième été, en 2020. Après deux saisons, le spectacle est bien rodé et il ne devrait a priori pas connaître de changements majeurs, selon Sandy Letendre.

«Techniquement, l’entente prévoit qu’on présente le spectacle pour trois ans. Mais est-ce qu’on garde la même formule ou on change les choses, ou est-ce qu’on présente un spectacle différent? On va faire un remue-méninges avec le Cirque Éloize en septembre pour voir ce qu’on fait l’an prochain», précise-t-elle.

«Mais on est vraiment satisfaits de la qualité du spectacle, il est excellent avec de bons acrobates, alors on vise la continuité», ajoute Mme Letendre.

En attendant l’été 2020, la directrice générale de la Cité de l’énergie invite le public à profiter de la vue magnifique sur les couleurs de l’automne qu’offre l’édifice, de même que ses expositions. Du côté de l’Amphithéâtre Cogeco, on rappelle aussi que plusieurs spectacles restent à voir avant la fin de la saison. Parmi ceux-ci, notons ceux de Trois-Rivières en Blues - avec notamment Melissa Etheridge et Colin James - du 22 au 25 août, Richard Desjardins symphonique le 28 août, Toutes les femmes de ma vie de Jean-Pierre Ferland, le 30 août, et Lenny Kravitz, le 31 août.