De gauche à droite: Gérard Boulanger, Yvon St-Aubin, Yvon Lemieux, Raymond Quenneville et Robert Roy, du collectif «les peintres du Saint-Laurent».
De gauche à droite: Gérard Boulanger, Yvon St-Aubin, Yvon Lemieux, Raymond Quenneville et Robert Roy, du collectif «les peintres du Saint-Laurent».

Mission accomplie pour le collectif «les peintres du Saint-Laurent»

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Après plus de cinq ans à découvrir et peindre le fleuve Saint-Laurent sous toutes ses coutures, le collectif «les peintres du Saint-Laurent» peut enfin dire: mission accomplie. En effet, les cinq membres du collectif ont choisi les derniers tableaux qui compléteront leur collection «Hommage au Saint-Laurent», soit 100 toiles représentant le cours d’eau à différents endroits, du lac Ontario à la Gaspésie.

En 2006, les peintres Gérard Boulanger (Québec), Yvon Lemieux (Québec), Raymond Quenneville (Champlain), Robert Roy (Sainte-Perpétue) et Yvon St-Aubin (Château-Richer) s’étaient lancé le défi de visiter chaque année une région dans laquelle le fleuve passe, pendant cinq ans. Ils devaient ensuite choisir les 20 toiles les plus belles ou les plus représentatives des paysages qu’ils avaient vus ensemble.

«On a été surpris et charmés par la diversité du fleuve. On est allés à des endroits où je n’avais jamais été, à commencer par Kingston, en Ontario. Ce sont des paysages tout à fait différents de ce qu’on connaît. Ensuite, on a fait les plaines avec le lac Saint-Pierre et les îles de Sorel, puis on s’est dirigés vers Québec. On a fait Charlevoix, la Côte-Nord et l’île d’Orléans», résume Raymond Quenneville.

Le périple des cinq peintres s’est terminé cette année, en Gaspésie.

«On s’était mis une limite, de Matane à Petite-Vallée. On a fait toutes les anses, toutes les baies, et on est revenus à la maison avec des croquis, des idées et des tableaux pas finis. Puis, on s’est donné rendez-vous pour choisir les œuvres ensemble», explique M. Quenneville.

Un livre en novembre

La prochaine étape pour le collectif est la parution d’un livre, qui regroupera les 100 œuvres sélectionnées en cinq ans et fera le récit de leur périple. Le recueil paraîtra en novembre prochain.

Au printemps 2021, un documentaire présentant le parcours des artistes paraîtra à son tour. Enfin, d’ici deux ans, les 100 toiles seront présentées au public lors d’une exposition.

«On avait les dates, mais avec la COVID, tout est chamboulé, alors on doit refaire les horaires. Mais au plus tard en 2022, ce sera présenté en musée», promet M. Quenneville.

Puisque les peintres vivent dans des régions différentes, il n’est pas impossible que leur exposition se transporte dans différents lieux de la province.

«Notre souhait, c’est que ça devienne une exposition un peu itinérante. Elle va être basée quelque part, mais elle va probablement se promener. On aimerait qu’elle soit vue partout dans le Canada, on est en démarches par rapport à ça», indique M. Quenneville.

Qu’importe le lieu et la date, le peintre champlainois espère que cette exposition, de même que le livre et le documentaire réalisé sur son travail et celui de ses collègues, permettra aux œuvres de survivre au temps. Une sorte de legs de la part de cinq artistes proposant aux Québécois de découvrir sous un autre angle le fleuve qui côtoie nombre d’entre eux chaque jour.

«C’est probablement le plus beau projet de ma vie artistique. C’est extraordinaire. J’ai l’impression qu’on va léguer quelque chose. C’est un beau sentiment, une belle émotion, d’avoir fait quelque chose qui va rester», se réjouit-il.