Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sept compagnies québécoises, comme Extravaganz’arts ici au travail, participeront à la formule inédite du Micro-festival de marionnettes inachevées des Sages Fous au cours des prochains mois.
Sept compagnies québécoises, comme Extravaganz’arts ici au travail, participeront à la formule inédite du Micro-festival de marionnettes inachevées des Sages Fous au cours des prochains mois.

Micro-festival de marionnettes inachevées: nouvelle formule, même pertinence

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — L’année 2020 s’est déroulée sous le signe de l’adaptation chez les Sages Fous et il en est de même pour 2021. Si bien que leur 12e Micro-festival de marionnettes inachevées prend une forme inédite en devenant une succession de résidences pour des compagnies de théâtre insolite depuis la fin de 2020 et pour l’année qui vient.

Le festival amènera les compagnies à investir divers lieux, intérieurs comme extérieurs avec des réalisations diverses: spectacles de rue, in-situ, petites formes, spectacles jeune public et courts métrages. Avec les restrictions sur les voyages, le volet international est impacté de sorte que l’évènement-phare des Sages Fous est l’affaire de sept compagnies ou artistes québécois et d’une compagnie en provenance de France, Les Enfants Sauvages, qui avait obtenu préalablement les autorisations de séjour. La liste des invités se présente comme suit.

Colin St-Cyr Duhamel et Sandra Turgeon ont déjà effectué leur résidence en décembre dernier pour un projet de micro-série web. Claudine Rivest est présentement en résidence pour Veuves parallèles, qu’elle réalise en solo. Le Théâtre du Renard viendra du 15 au 21 mars pour travailler sur La vie secrète des arbres. Les tables tournantes bossera sur Graceland, du 29 mars au 9 avril. Les Ombres Folles, pour sa part, sera invitée à peaufiner son spectacle Pomelo du 19 au 23 avril. La compagnie Extravaganz’arts viendra terminer, du 10 au 16 mai, un travail entrepris en janvier: Jacques & Zébrelle: tout n’est pas relatif. Pour Les Enfants Sauvages, c’est du 17 au 31 mai qu’on travaillera à l’élaboration de Sauroctone. Finalement, la compagnie Aluma viendra s’installer à des dates à préciser en octobre 2021 pour leur résidence de création du spectacle Un Royaume.

Les Sages Fous, pour leur part, ne sont pas en reste alors qu’ils travaillent sur Fabrique ta Fabrique, un projet de courts films d’animation laissant les objets raconter le grand projet de la compagnie trifluvienne: la création de la Fabrique de théâtre insolite. Les Trifluviennes Claudine Rivest et Suzie Bergeron y ont travaillé en janvier et au début du mois de février.

South Miller, directrice artistique des Sages Fous.

Il va de soi que la pandémie ne permettra pas la présentation de spectacles en salle comme la formule traditionnelle du Micro-festival le prévoyait, mais on croit bien être en mesure de présenter dans la rue Jacques & Zébrelle: Tout n’est pas relatif au mois de mai. Qui sait si, en fin d’année 2021, on ne pourra pas présenter les résultats des séjours de création?

La nouvelle formule du Micro-festival se veut une façon de tester les installations de la Fabrique de théâtre insolite en gestation. «Nous avons libéré le local du Grand Salon du presbytère St. James pour installer un laboratoire de création, indique South Miller, directrice artistique des Sages Fous. Comme nous devrons quitter les locaux à un moment donné pour la rénovation intérieure complète, ça nous permet de connaître les besoins avant même de procéder à l’aménagement de la Fabrique. L’église, elle, nous sert de laboratoire pour des spectacles de plus grande ampleur.»

L’évènement est aussi une réponse à une forte demande pour un lieu de création dans le domaine du théâtre insolite. Cette année, South Miller soutient que c’est une cinquantaine de compagnies qui ont manifesté leur intérêt à y participer alors que l’année précédente, près de 90 compagnies se sont inscrites.

En conférence de presse, des invités qui ont vécu la résidence ont témoigné de la pertinence de cette formule. «J’ai fait deux résidences ici, a expliqué Claudine Rivest et c’est un véritable cadeau qu’on m’a fait en me proposant de revenir. L’endroit répond parfaitement à mes besoins. Les lieux ont une âme et c’est très inspirant. C’est un endroit très précieux. Je ne suis pas originaire d’ici, mais la présence des Sages Fous a été un incitatif pour que je vienne m’installer à Trois-Rivières pour de bon.»

«Nous voulons être une pépinière de nouvelles œuvres, d’ajouter South Miller, tant pour les Sages Fous que d’autres compagnies du Québec et du monde entier. Tous les spectacles ne seront pas entièrement réalisés ici, mais ils porteront tous un peu la marque de Trois-Rivières.»

L’ensemble du projet de la Fabrique de théâtre insolite a été quelque peu ralenti par la pandémie, mais tous les accords de principe sont scellés et on vise une ouverture officielle au début de 2023. «Ce qui est bien, dit la directrice artistique des Sages Fous, c’est que même avant l’ouverture officielle, on fait déjà rayonner à l’international le nom de Trois-Rivières comme lieu de création. Partout, les compagnies sont à la recherche d’une ambiance particulière, d’un lieu de création inspirant et ils savent que c’est très précisément ce qu’on leur offre. Ceux qui sont déjà venus tiennent à revenir.»