Le directeur du Musée des religions du monde, Jean-François Royal.

Maudite boisson au Musée des religions

NICOLET — Au fil des ans, le Musée des religions du monde nous a habitués à des expositions aux titres accrocheurs. Et Maudite boisson, la nouvelle exposition du musée situé à Nicolet, ne fait pas exception. Présentée à partir de vendredi, Maudite boisson aborde les liens ambigus entre l’alcool et les grandes religions.

«Dans toutes les religions, la consommation d’alcool est interdite. Il n’y a pas une religion qui dit: ‘‘let’s go, lève ton verre mon ami’’. L’alcool est considéré mauvais, il altère le jugement et empêche de prendre une décision rationnelle. Par contre, le geste le plus symbolique de la religion chrétienne c’est l’eucharistie. On transforme le vin en sang du Christ et le prêtre boit littéralement du vin devant tout le monde», explique Jean-François Royal, directeur du Musée des religions du monde.

L’exposition Maudite boisson aborde l’incontournable eucharistie, mais aussi la grande présence des monastères dans l’histoire de la production de la bière de même que la grande utilisation des termes relatifs au sacré dans les marques de bières du Québec. «Les religions et l’alcool, ce n’est pas clair. On a joué sur cette idée», note Jean-François Royal. «On parle aussi des interdictions et des lieux de consommation comme le bar, la taverne et la maison.»

D’ailleurs, les visiteurs pourront s’asseoir à des tables de tavernes, lieux mythiques d’une certaine époque. De plus, les sociétés de tempérance sont abordées dans l’exposition. Rappelons que le mouvement de tempérance nord-américain a milité au 19e siècle et au début du 20e siècle considérait que la consommation d’alcool était à l’origine de la plupart des maux de la société. Ce mouvement de tempérance a poussé bien des États à légiférer la distribution et la consommation d’alcool allant même jusqu’à la prohibition.

«Les sociétés de tempérance sont en quelque sorte les ancêtres des Alcooliques anonymes», précise Jean-François Royal.

L’exposition aborde aussi les liens entre l’alcool et les autres grandes religions. Si l’alcool est carrément proscrit par l’islam, elle ne l’est pas autant dans le judaïsme ou le bouddhisme. «Il n’y a pas d’alcool dans le rituel de l’islam, mais ça ne veut pas dire que les musulmans ne boivent pas d’alcool», soutient le directeur du Musée des religions du monde. «Du côté du judaïsme, on prend de l’alcool dans la cérémonie de la Pessa’h et il y a même des verres à vin spécialement pour des cérémonies. Et chez les bouddhistes aussi, on a une cérémonie bien particulière où l’on boit une bière à levain. Et on va offrir de l’alcool en offrande dans les temples.»

Maudite boisson est une exposition interactive permettant aux visiteurs de découvrir par eux-mêmes certains thèmes abordés. Il y a notamment des jeux-questionnaires qui rendront la visite plus intéressante.

L’exposition Maudite boisson sera présentée au Musée des religions du monde jusqu’au 14 octobre 2019 avant de se déplacer vers La Pocatière. Maudite boisson a d’ailleurs été créée en partenariat avec le Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation de La Pocatière. Par la suite, l’exposition devrait être présentée ailleurs au Québec.

En plus de Maudite boisson, le Musée des religions du monde propose cet été l’exposition AMEN nous la coupe et L’arche de Noé selon Claude Lafortune.